France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Ado tué par balle : les suspects restent libres

A. S.-M. Samedi 26 octobre 2013
Ado tué par balle : les suspects restent libres
C'est à cet endroit, à deux pas du conseil régional, que l'adolescent s'est effondré (SR)

Mis en examen dans l'affaire du jeune de 16 ans tué par balle mardi soir, trois adultes sont ressortis libres du tribunal hier.

Ils sont trois, deux hommes et une femme, âgés de 20 à 22 ans. Ils ont été présentés à une juge d'instruction hier matin. L'un des trois a été mis en examen pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui. Les deux autres ont été simplement mis en examen pour mise en danger de la vie d'autrui.
Tous les trois sont ressortis libres du tribunal hier, comme le souhaitait le parquet. Interpellés mercredi midi, ils ont passé deux jours en garde à vue, auditionnés par la police judiciaire. Même s'ils sont libres, ils restent sous contrôle judiciaire.
Mardi soir, un adolescent qui discutait avec son oncle devant chez lui, dans le lotissement Ifremer à Cayenne, s'était soudainement effondré. Conduit d'urgence à l'hôpital, il y décédera à 21 h 30, soit trois heures après avoir été blessé par balle. Le projectile, tiré depuis une carabine 22 long rifle, a pénétré dans son corps par le flanc, sous le coeur.
Les enquêteurs, qui ont d'abord pensé qu'il s'agissait d'une balle perdue tirée par un chasseur, ont rencontré un témoin. Celui-ci leur a expliqué que les tirs provenaient d'une maison située à 400 mètres des lieux du drame. En fait, les trois suspects auraient passé leur mardi après-midi à tirer sur des bouteilles en verre posées à même le sol, dans le jardin d'une villa de Bourda.
Si la juge d'instruction décide de les renvoyer vers un tribunal correctionnel (et non une cour d'assises puisque le délit retenu est l'homicide involontaire), les trois jeunes gens risquent au grand maximum cinq années de prison et 75 000 euros d'amende.
Lors d'une conférence de presse organisée jeudi au tribunal, le directeur de la police de Cayenne, Olivier Le Cardinal, s'étonnait que personne n'ait appelé la police alors que les coups de feu avaient été entendus mardi pendant tout l'après-midi dans le quartier. « Quand il y a des coups de feu, il faut impérativement appeler le 17. Si on avait été appelés, on aurait pu éviter le drame. » De son côté, le procureur Ivan Auriel souhaiterait que des mesures administratives soient prises pour interdire l'usage des armes à feu dans les zones urbaines du département.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

skol973 28.10.2013

Si c était des jeunes de bas quartier, c était directement la matourienne.... Mes condoléances a la famille de ce jeune qui a perdu la vie bêtement.

Répondre Signaler au modérateur
Badaw 28.10.2013

Ah bon? Vive la République, vive la France!!!!

Répondre Signaler au modérateur
A la une
1 commentaire