• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

À Charvein, un barrage routier aux "raisons évolutives" perturbe la circulation

Jade Letard-Methon (j.letard-methon@agmedias.fr) Jeudi 30 Juin 2022 - 17h41
À Charvein, un barrage routier aux "raisons évolutives" perturbe la circulation

Des habitants de Charvein, à Mana, se manifestent pour faire entendre leur voix. Si une revendication semblait être la raison de cette action, d'autres sont venues s'y accoler. Retour en détails sur cette journée agitée.

Dès 4 heures ce matin, le carrefour de Charvein, à Mana, est bloqué par des objets de fortune : plus aucune voiture ne peut circuler. Ce sont des habitants de ce quartier de la municipalité mananaise qui se sont organisés pour se faire entendre. Dans un premier temps, ils se disent affectés par le décès d'une jeune mananaise, Erine Lodi Bode, dont les circonstances (sur fond d'attouchements sexuels) restent encore à déterminer avec plus de précisions.

L'un des frères de la jeune femme que nous contactons au moment où il vient d'arriver sur les lieux du barrage a, lui-même, du mal à comprendre les véritables intentions des habitants de Charvein. "Ils revendiquent des choses qui ne sont pas en rapport avec la mort." Le parent de la victime estime d'ailleurs que les manifestants se sont "servis de ce fait pour se manifester". "La meilleure solution, c'est de rester dans l'attente vu que le parquet de Cayenne a saisi le corps et que l'autopsie sera faite afin de définir la raison exacte qui a causée l'infection et qui a précédée la mort."

Au fil des heures, la situation ne bouge pas d'un iota ; tant et si bien que des collégiens du collège Paule-Berthelot de Javouhey qui devaient se rendre à leurs épreuves du Diplôme National du Brevet n'ont pas pu atteindre leur centre d'examen à cause du barrage. Dans la matinée, le Rectorat de la Guyane s'est donc fendu d'un communiqué "regrettant" cette situation qui "pénalise les élèves" concernant des épreuves qui ne peuvent être "ni retardées, ni reportées". Le recteur a, par ailleurs, voulu "rassurer" les familles en leur assurant "qu'une solution de rattrapage sera trouvée, à une échéance qui sera précisée ultérieurement, afin de ne pas définitivement les pénaliser."

De leur côté, les manifestants auraient affirmé avoir informé la communauté mananaise de leur volonté de barrer la route, en amont, sur les réseaux sociaux. De ce fait, ils auraient imputé la responsabilité à la mairie de Mana qui, selon eux, aurait dû s'organiser pour que les collégiens puissent aller à leurs examens.
" Des revendications portées 'sans succès' depuis des années"
Plus la matinée avance et plus des revendications qui s'éloignent clairement de ce qui est annoncé à l'origine se font connaiître. Un document qui émanerait des personnes qui barrent la route stipule qu'elles "profitent du décès de [leur] soeur, amie et futur grande dame Erine Lodi Bode" pour dénoncer "l'insécurité et le manque de dispositifs des collectivités guyanaises". Ces personnes disent vouloir des réponses à leurs revendications qu'elles portent "sans succès" depuis des années.

Les manifestants réclament donc pêle-mêle : la justice pour Erine ; des lignes de transports qui desservent Mana, Saint-Laurent & Apatou vers Cayenne pour sécuriser les trajets de leurs enfants et de la population guyanaise. De plus, ils veulent savoir combien de maisons doivent être détruites à Charvein. La route de "Santi Passi" fait aussi partie de la liste car elle est décrite comme étant dans un "état lamentable" : tous veulent qu'elle soit réhabilitée avant la rentrée 2022-2023. Des ralentisseurs sont réclamés sur le CD10 de même que des lieux de divertissement dédiés à la jeunesse dans les écarts de Mana. Le terrain de football de Mana doit être réhabilité quand celui de Javouhey doit avoir un éclairage. Les habitants de Charvein exigent également que le raccordement en eau potable soit fait chez eux.

Les personnes qui barrent la route, et qui n'ont pas de leader ni de porte-parole désigné, veulent à tout prix rencontrer Albéric Benth, l'édile de la commune, alors qu'une de ses adjointes nous assure qu'il est hors de Mana. Ils n'ont d'ailleurs que faire de la visite d'au moins 3 adjoints sur les lieux ni de la proposition de réunion fixée demain matin à 10 heures par la mairie. À l'heure où nous écrivons ces lignes, le barrage est toujours en place.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

toniokila 01.07.2022
Revendications

Adan sa péyi-a ce sont en général ceux qui paient le moins qui revendiquent le plus

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
4 commentaires
17 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire