• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
AMENAGEMENT

Macouria : une réunion d'urgence pour pallier les inondations

Elias Halile-Agresti (e.halile-agresti@agmedias.fr) Vendredi 22 Avril 2022 - 15h34
Macouria : une réunion d'urgence pour pallier les inondations
La résidence les Caliendras de Soula est fréquemment inondée. Les résidents demandent au maire de leur apporter une solution. (photo prise ce jeudi 21 avril 2022)

Suite aux inondations spectaculaires de ces derniers jours, une réunion d'urgence s'est tenue ce matin, dans la salle des délibérations de Macouria, au bourg de Tonate. L'État et les bailleurs sociaux étaient présents.

 C'est le maire de Macouria, Gilles Adelson, qui a convoqué cette réunion d'urgence. Autour de la table : la DGTM, la CACL ou encore l'EPFAG. Dans son propos introductif, l'édile a assuré qu'il n'était pas question de "sortir de cette salle" sans avoir trouvé des solutions concrètes. A la fois pour gérer l'urgence, mais aussi pour anticiper l'avenir. Avec le dérèglement climatique, le rythme et l'intensité de ces précipitations "exceptionnelles" est amené à s'accentuer dans les années à venir, a encore souligné Gilles Adelson.

Jeudi, près de 10.000 personnes ont été impactées par ces inondations à Macouria, avec près de 4 heures de bouchons sur ce secteur stratégique de la RN1, et une bonne partie de la zone de Soula qui avait les pieds dans l'eau.
 
C'est le maire de Macouria, Gilles Adelson, qui a convoqué cette réunion d'urgence. Autour de la table : la DGTM, la CACL ou encore l'EPFAG. - EHA

Au final, la réunion "de crise" de ce vendredi aura duré deux bonnes heures. Si l'ensemble des parties prenantes s'est accordé sur le constat d'un manque d'entretien des canaux d'évacuations des eaux, et d'un sous-calibrage de ces derniers, notamment ; c'est lorsqu'il a été question de trouver des solutions que la discussion s'est compliquée...

Et pour cause, la RN1 (reliant Cayenne à Saint-Laurent) est la propriété de l'État, mais divers tronçons ou certains de ses attenants appartiennent à des bailleurs sociaux. Quand aux canaux d'évacuations et aux exutoires (dispositif qui sert de trop-plein dans un réseau d’égouts), nombre d'entre eux se trouvent sur des terrains privés.

L'ensemble des participants s'est donc accordé sur la nécessité d'un meilleur entretien des exutoires, de leur recalibrage, et sur leurs meilleurs administrations (l'importance de ramasser les déchets verts, par exemple). Des travaux d'urgence doivent également avoir lieu prochainement.

Le maire de Macouria, Gilles Adelson, attend une solution effective au 30 avril, pour terminer la saison des pluies de la meilleure façon possible. Des travaux de long terme sont également envisagés. "Les administrés, de Macouria ou d'ailleurs, doivent pouvoir aller travailler en toute sécurité", a t'il conclu.

Avec le dérèglement climatique, le rythme et l'intensité de ces précipitations "exceptionnelles" est amené à s'accentuer dans les années à venir, a encore souligné Gilles Adelson. -


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

mikeromeo 23.04.2022

Ah tien, JayJay ne critique pas déjà l'Etat. C'est vrai que ce sont les bailleurs privés qui découvrent que l'eau ca mouille. Tous les ans.

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 23.04.2022
Pouquoi

Ralez? Je rale quand s'est routes ect.. Les quartier inondé s'est les constructeurs qui font n'importe quoi, comme construire sur "marecage" ect...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 22.04.2022

@Elias...on ne pallie pas "aux"...on pallie "les"...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
A la une