France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
4 questions à…

« Lorsque la forêt brûle chez nos voisins cela engendre des micros climats dans toute la région »

Mercredi 28 Août 2019 - 03h15
« Lorsque la forêt brûle chez nos voisins cela engendre des micros climats dans toute la région »
Gabriel Serville député 1ere circonscription - BERNARD DORDONNE

Gabriel Serville, député de la 1re circonscription, n’a pas signé le courrier dénonçant les incendies en Amazonie. Il propose d’exploiter, rapidement, la ressource en eau douce de la Guyane.

Pourquoi n’avez-vous pas signé le courrier du ministre des Outre-Mer, des trois parlementaires guyanais de la République en Marche et du président de la CTG ?

Je n’ai pas signé car la majorité voulait en faire un véhicule de communication en faveur de la « trajectoire 5.0 outre-mer ». Suite à des pressions de certains cosignataires, l’opposition au projet écocide de la Montagne d’or a été retiré de la version finale. Elle invite à une union sacrée autour de la CTG, alors que cette dernière militait ardemment en faveur du projet montagne d’or que nous avons combattu. Et enfin elle n’établit pas la relation de confiance avec les populations autochtones qui à travers les siècles ont su préserver la forêt.

Avec ses incendies dans la forêt Amazonienne, le projet Montagne d’or revient sur le tapis, pourquoi ?

Je ne veux pas que l’on m’enferme dans une logique pour ou contre Montagne d’or car il n’y a pas que cette logique pour développer la Guyane. Je suis partisan pour qu’on puisse continuer à délivrer des permis miniers à des artisans ou à des sociétés artisanales à condition que tous soient organisé. C’est la raison pour laquelle je prétends qu’il faut revoir clairement le code minier dans toutes ses composantes, fiscales, emplois, environnementales pour que nous soyons sûr que l’exploitation de la mine en Guyane ne se fasse pas contre l’intérêt de la Guyane.

Je ne souhaite pas non plus être enfermé dans la logique que le gouvernement veut nous imposer en disant vouloir nous donner la Montagne d’or car pour lui sans ce projet nous n’allons pas pouvoir nous en sortir.

Quelle nouvelle source de développement proposez-vous pour la Guyane ?

Nous pourrions exploiter la ressource en eau douce de la Guyane. Je veux dire que l’homme pourra vivre sans or et sans pétrole mais l’homme ne pourra pas vivre sans eau. Aussi je considère que l’accès à l’eau douce pour laquelle la Guyane est deuxième pays au monde dans le classement mondial en termes d’eau douce renouvelable disponible par habitant est très important car nous avons une faible population de 300 000 habitants.

Mais il faut que nous soyons vigilants car si on veut qu’un jour l’eau douce de Guyane ait une valeur marchande qui permette de se positionner sur le marché mondial, il faudrait éliminer toutes les sources de pollution notamment le mercure qui est utilisé par les orpailleurs illégaux. Il faut aussi éliminer le cyanure que la Montagne d’or et d’autres sociétés voudraient introduire sur le territoire.

Qu’est-ce qui vous inquiète dans les incendies de forêt en Amazonie ?

J’ai l’intime conviction que le gouvernement fait beaucoup de communication, mais lorsque je monte au créneau pour demander que des mesures soient prises pour protéger notre part d’Amazonie, je n’ai pas eu les échos attendus.

Je m’inquiète des incendies de forêts en Amazonie, car lorsque la forêt brûle chez nos voisins cela engendre des micros climats dans toute la région et il se pourrait que les pluies soit moins abondante sur une partie de l’Amazonie, y compris en Guyane, et avoir une répercussion sur notre ressource en eau douce de la Guyane.

Propos recueillis par par Bernard DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

973Cayenne 28.08.2019
incompétent

les élus guyanais qui ont prouvés leur incapacité à gérer correctement les fonds locaux, veulent gérer un fonds international !
Ben voyons...

Répondre Signaler au modérateur
siage 28.08.2019
Poumon vert enfumé

Pratiquement aucun départ de feu au Nord du fleuve Amazone et dans l'état de l'Amapa.
Concentration des feux au Centre-Ouest du Brésil, Bolivie, Paraguay et dans le Sud de l'Amazonie; donc à plusieurs milliers de km de la Guyane.
Tous les départs de feux dans l'hémisphère Sud et au Sud de la ZIC.
Il semble qu'il faille être prudent avant de dire "Lorsque la forêt brûle chez nos voisins cela engendre des micros climats dans toute la région et il se pourrait que les pluies soit moins abondante sur une partie de l’Amazonie"
La situation de l'Amazonie, suite au laissé faire de Bolsonaro est dramatique, la récupération politique aussi.
Confère carte des feux sur:
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/08/28/l-amazonie-en-feu-vue-du-ciel_5503781_3244.html

Répondre Signaler au modérateur
dogs 28.08.2019

Nous approchons du mois d'octobre et comme chaque année la guyane va ressembler à un morceau de charbon de St laurent du maroni à Macouria. La maison brûle de partout et l'air devient irrespirable à cette époque de l'année.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une