• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Inondations

"La Guyane doit être déclarée en état de catastrophe naturelle"

I.J. Mardi 1 Juin 2021 - 12h52
"La Guyane doit être déclarée en état de catastrophe naturelle"
Patrick Lecante est maire à Montsinéry-Tonnégrande et président du Comité de l'eau et de la biodiversité.

C'est une proposition du président du Comité de l'eau et de la biodiversité, Patrick Lecante. L'enjeu : débloquer des aides exceptionnelles en faveur des populations impactées et aux collectivités territoriales.

"Pour la première fois, la Guyane connaît des épisodes pluvieux et des crues qui impactent les populations, les infrastructures et toute l'économie. A mon sens, l'Etat de catastrophe naturelle doit être déclaré" annonce Patrick Lecante, intervenant en tant que président du Comité de l'eau et de la biodiversité.

Ce dernier se fonde sur le Plan de Gestion des Risques d'Inondation 2016-2021 de la DEAL de Guyane devenue la Direction Générale des Territoires et de la Mer (DGTM) de la Guyane. Ce plan indique les risques naturels de la Guyane : les innondations par ruissellement, les inondations par submersion marines et les inondations par débordement de cours d’eau pouvant déclencher l'application de la Directive européenne inondation de 2007. Celle-ci impose aux États membres de se fixer des objectifs de réduction des conséquences dommageables des inondations. " Nous fléchons deux voire les trois cas de figures. En plus nous atteignons des intensités sans précédent en passant en vigilance rouge en avril dernier. La durée des crues et inondations est elle aussi exceptionnelle" justifie Patrick Lecante."Aux Antilles ce sont les cyclones, en Guyane c'est l'eau".

Un extrait définissant les risques naturels en Guyane - capture d'écran


Un extrait soulignant l'impact que peuvent produire ces inondations en Guyane - capture d'écran


L'enjeu d'un tel statut : débloquer des moyens financiers et une aide exceptionnelle de l'Etat pour soutenir les collectivités et les populations directement ou indirectement touchées. "On ne peut plus dissocier ce qui se passe à camopi, l'Oyapock ou le Maroni ou encore les éboulements à Rémire Montjoly. L'ensemble du Territoire est concerné" estime ce dernier."D'où mon appel public et politique".

Celui-ci indique en avoir fait la proposition dès ce matin aux deux membres du cabinet du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu qui sont actuellement en Guyane pour faire le point sur les dossiers prioritaires.

La semaine dernière, il avait également déclaré avoir réclamé une aide exceptionnelle pour aider Camopi auprès du président Pierre Dubreuil, de l’Office français de la biodiversité « C’est dans son domaine puisqu’il s’agit de ne pas laisser des populations ayant des problèmes de subsistance dans le milieu amazonien » explique ce dernier. Il n'a pas encore reçu de réponses.


 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

aouara 02.06.2021

Et vive l'EUROPE si décriée. Tiens elle sert à quelle chose?

Répondre Signaler au modérateur
Vieux blanc 02.06.2021

Pour pratiquer la politique de la main tendue en permanence il faut cesser de cracher dans la soupe.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
A la une
1 commentaire
1 commentaire