France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L’amer verdict

Serge RAVIN Mardi 28 Janvier 2020 - 03h05
L’amer verdict
OLYMPUS DIGITAL CAMERA - hespels

Constructions en bord de mer : la bataille continue

Dans un article publié le 28 décembre 2016 et intitulé « Coup d’arrêt aux constructions en bord de mer », France-Guyane avait rapporté la situation de Josette Lannes, enseignante à la retraite, qui se plaignait de la construction d’un immeuble situé en bord de mer sur l’avenue Pasteur à Cayenne, lequel lui masquait la vue sur l’Ilet de l’Enfant perdu. Cette construction a été réalisée malgré toutes les tentatives d’obstruction effectuées par cette personne.

En 2015, un permis de construire sur une parcelle voisine de l’immeuble précité a été accordé par la mairie de Cayenne à la Société AOP (Antilles Optique de Précision) qui avait pour gérant Thierry Campillo. Le TAG (tribunal administratif de la Guyane) a suspendu et annulé ce permis. Thierry Campillo a fait appel au tribunal de la cour d’appel de Bordeaux. Entre temps, la société AOP a déposé un nouveau permis qui a été accordé par la ville de Cayenne et qui a été à nouveau suspendu par le TAG. Le verdict de la cour d’appel de Bordeaux a été prononcé en février 2019 accordant le permis de 2015 suspendu et annulé par le TAG. Cette construction a donc repris malgré la suspension par la ville de Cayenne du second permis.

Attentif et vigilant

Le 7 novembre 2019 le TAG a donné son accord pour ledit permis de construire en exigeant toutefois une modification de celui-ci sous trois mois. À ce jour, aucune modification n’a été publiée. La construction est actuellement en voie d’achèvement. Un groupe de résidents et de voisins s’était constitué autour de Josette Lannes pour empêcher cette construction. Le TAG a ordonné à la mairie de Cayenne et à la Société AOP de verser une indemnisation à chacun des membres de ce groupe qui voit néanmoins s’évanouir ses chances de mettre fin à une construction qu’il juge non conforme au PLU. Le groupe de résidents déclare aujourd’hui rester attentif et vigilant quant à l’exécution de la décision du tribunal administratif de la Guyane.

 

Du balcon de l’immeuble occupé par Josette Lannes on aperçoit au centre l’ouvrage en construction, à gauche Central Optique et à droite la résidence Océane. - sr
Les 2 bâtiments situés en bord de mer 31 et 33 Avenue Pasteur à Cayenne et contestés par les riverains / photos SR - SR