France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Grains, pépins : place aux traditions de la Saint-Sylvestre

Mardi 31 Décembre 2019 - 03h07
 Grains, pépins : place aux traditions de la Saint-Sylvestre
traditions - hespels

Quelques règles doivent être respectées pour un réveillon du Nouvel An totalement réussi.

En cette fin d’année, alors que le réveillon de la Saint-Sylvestre se profile, cochons, volailles et moutons vont le sentir passer. Certes, les huîtres, foie gras, saumons fumés et autres douceurs européennes ont trouvé une certaine place sur les tables guyanaises, mais le menu du réveillon reste encore essentiellement traditionnel.

Mais même dans la tradition, diverses écoles s’affrontent, notamment sur le choix des viandes pour lequel les avis sont partagés. Beaucoup affirment, proverbe local à l’appui, que le cochon est réservé au repas de Noël et que c’est donc une autre viande, notamment de l’agneau, qui doit figurer au menu. D’autres restent totalement fidèles au porc, pour l’apéritif (boudin gras) comme pour le plat de résistance : le ragoût, le jambon au sucre — repassé ou tisonné — et le fameux cochon de lait ont de fervents partisans. Tout le monde, en revanche, s’accorde sur ce qui doit les accompagner : racines, igname en tête, et pois — pois rouges, pois de bois, lentilles… — parce qu’il n’est pas de Saint Sylvestre digne de ce nom sans pois.

Côté boisson, quoique le champagne et le vin aient fait une percée remarquée, le rhum sous toutes ses formes — schrubb compris — reste incontournable, tout comme les sirops (groseille péyi et anis notamment). Notre amie « Modération », évidemment, s’invite à toutes les tables. D’autres règles participent d’une fête totalement réussie. Les couleurs sont choisies avec soin : la nappe doit être blanche, agrémentée de fleurs blanches et jaunes. Et l’on doit éviter de porter des vêtements noirs, rouges — réservé à d’autres circonstances — ou bleus.

Des pépins dans le porte-monnaie

Sur la table, on pose de petits récipients contenant des graines de lentilles et des grains de riz, censés apporter l’argent. C’est dans ce même esprit qu’on sert au dessert des fruits à pépins, oranges et mandarines : placés à minuit dans le porte-monnaie, les pépins vont faire en sorte qu’il soit bien rempli toute l’année. Un dernier usage enfin, plus rarement rapporté, consisterait à disposer des « cigarettes jaunes » autour du cendrier. Mais personne n’en donne l’explication.