France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Atteindre l’autonomie énergétique d’ici 2030 »

Samir MATHIEU Jeudi 11 avril 2019
« Atteindre l’autonomie énergétique d’ici 2030 »
(FILES) In this file photo taken on October 14, 2016 one of the five wind turbines, of the Block Island Wind Farm, stands in the water off the shores of Block Island, Rhode Island. - President Donald Trump has never been shy of sharing his dislike of wind turbines. But by suggesting this week that their noise could cause cancer, he stunned political friends and foes alike. "It's an idiotic statement," Democratic House Speaker Nancy Pelosi said April 4, 2019, echoing an earlier assessment by Republican Senator Chuck Grassley. Addressing a Republican fundraiser in Washington, the US president -- who routinely questions the science of climate change -- launched a lengthy attack on wind turbines which he called "windmills.""They say the noise causes cancer," Trump told the gathering -- a theory not borne out by scientific research. (Photo by DON EMMERT / AFP) - DON EMMERT

Après les politiques, c’est au tour des professionnels de l’énergie de s’exprimer sur le développement des énergies renouvelables en Guyane. Robert Dardanne, président du Generg, évoque l’ensemble des projets guyanais et les perspectives pour le territoire.

La CCI a accueilli mardi une réunion sur les énergies renouvelables. Les professionnels du secteur (Generg) ont partagé leurs points de vue et ont discuté ensemble du PPE (Plan pluriannuel de l’énergie) de 2023. Une première mouture avait établi les grandes lignes et les objectifs en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Ce plan porte sur 600 millions d’euros d’investissement en Guyane d’ici 2023 et entraînera la création d’environ 600 emplois. D’ici 2030, l’investissement s’élèvera à 1 milliard d’euros !

Plusieurs filières de développement

Pour les énergies renouvelables, quatre filières sont en cours de développement. Il y a la biomasse. Ce sont les usines thermiques. Les travaux ont déjà débuté à Saint-Georges de l’Oyapock et à Cacao. Suivront les constructions et mises en service de Montsinéry, Kourou, Organabo (Mana), Petit Saut avec les bois du lac, Mana et Saint-Laurent du Maroni. à terme, il y aura donc huit petites usines qui produiront pour 40 megawatts et surtout vont apporter une grande valeur ajoutée soit 40 millions d’euros par an. Le photovoltaïque se développe aussi avec des prix compétitifs avec parcs au sol sur des terrains aménagés mais aussi sur des bâtiments et habitations, qui procéderont alors à de l’autoconsommation. La filière petit hydro électricité sans barrage concerne un projet à Maripasoula et un second sur l’Amana et devrait permettre de produire 12 megawatts à terme. Enfin, l’éolien se développe aussi. Ou tente de se développer avec un projet à Matiti, mais qui a reçu un avis défavorable de l’armée. Aussi, une cinquième catégorie va voir le jour explique Robert Dardanne. « Il s’agit d’une production hybride avec un projet Hydrogène de France porté à Mana et qui permettra la création de 10 megawatts. L’objectif est d’avoir une Guyane autosuffisante en matière d’énergie. « C’est pour 2030 », ajoute le président du Génerg.

Economiserles ressources

L’efficacité énergétique est le second axe mis en avant par les entrepreneurs. C’est toutes les mesures d’investissement qui permettent de réduire la consommation. Par exemple, pour avoir de l’eau chaude, il est recommandé d’avoir un chauffe-eau solaire… dans une maison climatisée à l’ancienne, il faut isoler le toit pour éviter la perte d’énergie, pour aussi économiser de l’argent… C’est la même chose lorsqu’il est conseillé de mettre sa climatisation à 22 au lieu de 18… Cela rejoint l’aspect éducatif. Les professionnels évoquent ainsi un volet « éducatif ». Des explications ont été données à des lycéens mais aussi à l’université de Cayenne. Concrètement, si tout le monde joue le jeu de l’efficacité du plan, cela devrait permettre d’économiser entre 10 et 15 % d’énergies, soit 30 millions d’euros. Et puis il y a un autre axe de développement de l’électrique pour les automobiles avec l’installation prochaine de bornes électriques sur les principaux axes routiers et dans les agglomérations.

Samir MATHIEU

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

MartinEden 11.04.2019
Chimères

LES 3 LYCÉES ET 4 COLLÈGES PROMIS POUR 2020 SERONT-ILS PRÊTS ? Non, et vous parlez d'autonomie énergétique en 2030.
Arrêtez avec vos blagues carambar.

La voiture électrique en Guyane. Allez voir les mécanos ! Ils vous diront que les voitures au multiples options électriques souffrent énormément du taux d'humidité, alors une voiture tout électrique !
Revenez à de la simple mécanique avec un combustible renouvelable plutôt.

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 11.04.2019

C'est surtout que les mécanos travaillent mal et que les voitures sont mal concues. Une voiture électrique mue par un moteur triphasé est beaucoup plus simple. Le vrai problème est les bornes de recharge et le réseau électrique qui doit les alimenter.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une