France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ÉDUCATION

Syndicats : « La fusée décolle, pas l'école! »

A.S.-M. Vendredi 17 octobre 2014

La ministre de l'Éducation est arrivée hier dans le département pour une visite que les syndicats estiment de complaisance (HG)

Afficher toutes les miniatures

Alors que la ministre de l'Éducation a atterri hier en Guyane, les syndicats sont unanimes pour évoquer « une visite sans intérêt » .

« Absolument rien » ou au mieux « pas grand-chose » . Voilà ce que les syndicats de l'éducation disent attendre de la visite de la ministre Najat Vallaud-Belkacem. « Elle visite une école où tout se passe bien et ne va pas sur le fleuve où il y a le plus de problèmes, je ne vois pas l'intérêt » , commente Michelle Couëtta, secrétaire générale du Steg-UTG, qui évoque « une visite d'agrément » . Pour la FSU, Alexandre Dechavanne parle de « tourisme ministériel » . « Elle vient voir un tir de fusée » , ironise-t-il, avant de rappeler un slogan de 2008 qu'il considère comme toujours d'actualité : « La fusée décolle, pas l'école! » Un slogan repris aussi par Martine Nivoix, secrétaire générale du Sgen, qui déplore un programme évitant « les questions de terrain » .
DES MOYENS « LOIN D'ÊTRE SUFFISANTS »
Tous déplorent en effet l'absence de certaines problématiques dans ce programme comme la déscolarisation, les constructions scolaires, la violence ou encore la formation des enseignants. Pour le secrétaire général du SE-Unsa, Didier Dorlipo, cette visite n'est qu'anecdotique. « Peu importe qu'elle vienne ou pas, ce qu'on veut, ce sont des décisions fortes. » Mais le syndicaliste ajoute qu'il n'y pas croit pas un instant. Il rappelle les visites de George Pau-Langevin et de François Hollande, « depuis, rien n'a changé! » Chez Sud-Education non plus, on n'attend rien « ni du ministère, ni du gouvernement » . Et Thomas Le Quenven ne mâche pas ses mots : « On va de réforme de m... en réforme de m... »
Interviewée par France-Guyane à la veille de son arrivée (lire dans notre précédente édition), la ministre expliquait pourtant que l'État mettait en Guyane des moyens « qui dépassent très largement ce qu'on fait dans le reste du territoire national » . Si les syndicats en conviennent, ils estiment en revanche qu'il ne s'agit là que d'un arbre qui cache une forêt en bien piteux état. Car « après des décennies de pénurie, c'est loin d'être suffisant » . D'autant que pour l'Unsa, « on ne va pas régler les problèmes en mettant des postes si ceux-ci ne sont pas pourvus » . Didier Dorlipo rappelle que de nombreux postes sont toujours vacants dans les communes isolées. Seuls la FSU et l'Unsa ont demandé une audience à l'équipe ministérielle, « par principe » . Martine Nivoix résume ainsi la position des autres syndicats : « Ça ne servirait à rien, si ce n'est nous décourager encore un peu plus. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

RODY95 20.10.2014
légende photo

la photo avec notre cher RA, on pourrait en mettre en légende tu peux toujours causé Najat , car moi j attend mon grand ami Nicolas car il a dit qu il irait chez nana ou polina avec moi car c est mon copain

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
3 commentaires
4 commentaires
Une

Pancho Devant !

Pancho - Mercredi 2 Septembre 2020

A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos