• Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Saül veut braver les interdits

Karin SCHERHAG Vendredi 17 octobre 2014
En fauteuil ou avec une canne, le petit groupe a pu arpenter les sentiers de Saül (Guillaume Feuillet - Parc amazonien de Guyane)

Le Parc amazonien de Guyane et la commune de Saül ont entamé un travail d'accessibilité aux touristes handicapés. Un premier groupe a effectué un séjour test et la réponse est unanime : l'Amazonie pour tous, c'est possible.

Imaginez. La forêt amazonienne accessible aux personnes en situation de handicap. Un doux rêve ? Eh bien non! C'est ce qu'a démontré un petit groupe d'aventuriers des temps modernes partis à Saül pour un séjour test. Cette mission coordonnée par le Parc amazonien de Guyane (Pag) a permis à des personnes souffrant d'un handicap moteur ou visuel d'arpenter les sentiers du village. Munis d'une canne blanche ou d'un fauteuil roulant - et surtout d'une bonne dose de courage - nos randonneurs sont allés au bout d'eux-mêmes. Et en ressortent « grandis » .
« Nous avons réussi à monter jusqu'au belvédère, avec des pentes à 30%! » siffle fièrement Philippe Harmegnies, le président de l'association belge Passe-Muraille. « Les sentiers sont tous aménagés. La plus grosse difficulté aujourd'hui, ce sont les racines et les chablis, indique Éric Gaba, coordinateur Tourisme et Handicap au Pag. Saül doit rester une destination d'aventures. On doit donc mettre en place des petits aménagements qui ne dénatureraient pas le site. Comme un bout de rampe par exemple. »
TOUS LES MAILLONS DE LA CHAÎNE
Mais si, avec un matériel et une préparation adaptés, l'ascension du mont La Fumée est possible, il faut désormais que tous les maillons de la chaîne jouent le jeu. Du transporteur aérien à l'hébergeur. « Tout le monde est mobilisé, assure Bérengère Blin, directrice adjointe du Pag. Nous comptons une vingtaine de partenaires. » À commencer par la commune de Saül. « Hermann Charlotte (l'ancien maire, ndlr) avait émis le souhait que Saül soit accessible à tout le monde et j'ai l'intention de poursuivre dans cette voie » , souligne son successeur, Marie-Hélène Charles.
Sensibilisés par l'équipe du Parc amazonien de Guyane dès l'année dernière, les hébergeurs ont eux aussi déjà commencé une phase de réflexion. « Certains ont réalisé des travaux pour rendre leurs carbets accessibles et d'autres nourrissent des projets » , précise Éric Gaba. En mai, ils ont également été formés à l'accueil des personnes en situation de handicap. Mais attention, « si Saül est potentiellement accessible, tout n'est pas encore opérationnel, rappelle Melina Roth, chef du service développement durable au Pag. On doit maintenant déterminer les axes à suivre, les priorités, les échéances et savoir avec qui travailler pour aller au bout de l'expérience acquise. »
Un petit groupe de travail va réfléchir à toutes ces questions pour que le slogan du Pag, « Saül, l'Amazonie pour tous » , devienne réalité.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une
Une

Nouveau report du lancement d'Ariane 5

P.R - Jeudi 13 Août 2020

2 commentaires