• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Premiers pas des lycéens sans affectation dans les locaux de l’OPRF

Gaetan Tringham Mercredi 10 Novembre 2021 - 18h00
Premiers pas des lycéens sans affectation dans les locaux de l’OPRF
L'OPRF de Matoury accueille à présent des élèves de CAP. - GT

 Par manque de place dans les lycées, 580 élèves sortant de 3ème n’avaient pas été affectés dans un établissement pour la rentrée de septembre. Ce 10 novembre, certains d'entre eux ont franchi pour la première fois le seuil de l’Opérateur Public Régional de Formation (OPRF). Des salles de cet organisme ont été réhabilitées pour accueillir pour la première fois des lycéens.

 « A partir de l’instant ou les lycées nous on dit qu’il n’y avait pas suffisamment de places , on a dû trouver une solution. Nous avions des locaux disponibles à l'OPRF. Il fallait simplement se donner les moyens ». C’est ce qu’annonce Gabriel Serville lors de la réunion de rentrée de ce jour. Si l’organisme de formation garde ses fonctions de base, il devient également un lycée à part entière pour les élèves et le personnel concerné.

L’ancien principal du collège de Papaïchton, John Mpemba Boni a été nommé responsable de cette unité d’enseignement professionnel. Il précise que « le fonctionnement reste celui d’un établissement scolaire. C’est-à-dire avec des professeurs, une direction, un emploi du temps, un carnet de correspondance, des horaires, des obligations pour les uns et des devoirs pour les autres ».

Un coût et des responsabilités
800 000 euros ont été investis par la CTG pour la mise en place de ces nouveaux accueils entre l’OPRF de Matoury et de Kourou. 200 000 euros ont été dédiés aux travaux d’aménagement et 600 000 euros pour les matériaux pédagogiques et l’équipement mobilier.

Gabriel Serville n’hésite pas à rappeler cela au élèves présents : « cet investissement provient de l’argent public. On vous donne les moyens d’être scolarisé, en retour je vous demande de faire en sorte que nous ne soyons pas déçus à la fois de votre assiduité, de votre ponctualité et de la qualité des efforts et du travail que vous allez fournir ».

Le président de la CTG, monte ensuite le ton : « Il y a des trajectoires de vie qui font que certains anciens élèves que j’ai connus quand j’étais principal - qui ne travaillaient pas et considéraient que tout leur était dû - certains d’entre eux je les croisais lorsque  je me rendais au centre pénitentiaire en tant que député et ils me demandaient de les sortir de là… votre place n'est pas au centre pénitencier. Elle est à l'école »

Il prévient enfin : « si vous refusez d’admettre ce que je suis en train de vous expliquer, vous m’aurez sur le dos. Je préfère vous tomber dessus maintenant pour ne pas avoir à vous le dire dans les semaines et les mois qui viennent ».

Une formation vouée à être renouvelée
La quarantaine d'élèves accueillis ce jour à Matoury se sont répartis en trois filières : les CAP électricien, maintenance des véhicules et équipier polyvalent du commerce. 

En plus de cela, le Rectorat signale que de nouvelles places ont été récemment ouvertes aux lycées Max Joséphine et Melkior Garré. Il précise ensuite : « les formations ouvertes cette année sont appelées à être renouvelées l'an prochain en plus des montées pédagogiques. Cette proposition a été faite, elle doit être entérinée par la CTG organisme compétent pour la carte des formations et propriétaire des locaux. Une convention d'utilisation de l'espace OPRF est signée par la CTG et l'OPRF».

Le 15 et 20 novembre les locaux de l’OPRF de Kourou ouvrent cette fois leurs portes pour les formations CAP électricien et CAP cuisine.

Enfin, pour rappel, John Mpemba Boni - nouveau responsable de cette unité d'enseignement -  devra se présenter devant le Tribunal correctionnel à Saint-Laurent-du-Maroni le 7 décembre prochain. Il doit comparaître pour harcèlement moral au travail, abus de biens publics et abus de confiance. Les faits qui lui sont reprochés auraient été commis lors de sa dernière fonction, en tant que principal du collège Charles-Tafanier de Papaichton.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

stone 11.11.2021
15 ans d’incompétence ou de lâcheté ?

Les nouveaux lycéens sont nés il y a environ 15 ans. Cela laisse le temps de planifier la construction de lycées qui est de la responsabilité de la région. Manifestement, il y avait d’autres priorités. Quant à l’argent, le passage de la cherté de vie de 40% à 25% aurait permis de trouver le financement et cela rétablirait l équité avec les autres régions de métropole (idf,paca). Mais il faut du courage. Ceci étant, l’hôtel de région au nord de l océan est magnifique.

Répondre Signaler au modérateur
Adopteunboulet 11.11.2021
Il est ou le recteur ?

Comme dit dans le titre , payé par nos impots ce bon a rien si se n'est s'écouter bonimenter .......

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
3 commentaires
5 commentaires
6 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos