• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SPORTS

Patrice Maciel, ce Guyanais qui se relance à la conquête de l’Atlantique

F.P Lundi 1 Mars 2021 - 09h12
Patrice Maciel, ce Guyanais qui se relance à la conquête de l’Atlantique

Ce lundi, le Kouroucien Patrice Maciel s'élancera du Portugal pour une traversée de l'océan Atlantique à la rame !

 Le défi peut paraître fou. Insensé. Risquer sa vie en traversant l’océan Atlantique à la rame pour battre un record du monde en moins de 48 jours. Ce lundi 1er Mars à 12h30, Patrice Maciel le tentera. Ce ne sera pas la première traversée du Kouroucien d’origine, car après ‘’Guyane Rame 2014’’, et avoir passé seul 82 jours en mer, il se présente cette fois ci à bord du ‘‘Rose’’ pour une nouvelle aventure. Ce bateau de 8,65 m mètres de long et 1.80 m de large dans lequel vivrons un équipage mixte de 5 personnes pour une traversée en autonomie complète et sans bateau va parcourir une route maritime de plus de 3300 miles nautiques, soit plus de 6100 km.

DR


A la tête du projet, Ralph Tuijn , un Hollandais de 49 ans, aventurier de l’extrême et l’un des skippers les plus chevronnés de la planète qui réalisera sa dixième traversée océanique en tentant de battre son propre record du monde de traversée de l’Atlantique. Dans son sillage, un équipage chevronné avec Dolores Desclavelière, 51 ans, seule femme à bord, Georgio Ardavanis, un grec de 58 ans, et enfin Patrice Maciel, 48 ans, éducateur sportif à la mairie de Kourou, qui se lanceront tous dans leur deuxième traversée de l’Atlantique, à l’exception du Maltais, Steeve Checuti, 50 ans, qui se partira lui dans sa première aventure sur l’océan.
Du Portugal à la Guyane en moins de 48 jours

Avec un départ prévu le 1er mars de Portimao, le tracker placé sur le bateau se lancera dès le premier coup de rame pour ne s’arrêter qu’en arrivant à la Marina de Kourou.

La traversée à la rame sur l’océan doit être accomplie sans assistance extérieur pour que le record soit homologué. La vie à bord sera spartiate, sans intimité et avec des temps de repos restreints. ‘’Nous allons ramer 24 heures sur 24. Nous sommes 5 sur le bateau, deux personnes rameront pendant que les trois autres se reposent. Nous changerons ainsi toutes les deux heures sans que jamais le bateau ne s’arrête. Chaque semaine, le binôme changera afin que les temps d’efforts soient équilibrés’’ explique Patrice.

‘’Nous serons aussi soumis aux aléas de la nature avec des températures variant de 0 à 50 degrés, un des défis sera donc de garder le corps à une température de 37 degrés. Les intempéries peuvent aussi nous confronter à des vagues de 10 m de hauteur.’’

Pour réaliser un pareil projet, outre une condition physique excellente dut à des mois de rame sur le lac de Kourou pour Patrice, il faudra surtout être prêt à souffrir mentalement. Mais derrière l’exploit individuel, c’est un collectif qui va se relayer durant toute la traversée pour accompagner l’équipage. Grâce à une liaison satellite, les athlètes pourront connaitre les vents et les courants en temps réel et ainsi que prévoir les trajectoires les plus adaptés.

DR


Arrivé depuis une semaine au Portugal, l’équipage qui ne se connaissait pas a pris ses marques sur le bateau jusqu’au jour J.

’’Nous attendons la bonne fenêtre de tir. Un équipage Franco-Belge est parti il y a deux jours vers la Floride et les vents les poussent vers les côtes Françaises. Nous devrons partir au bon moment. ‘’ explique Patrice.
Le collège d’Apatou suivra en temps réel l’exploit
Touché par les jeunes d’Apatou et le potentiel qu’il avait vu en eux à travers le football lors d’un tournoi il y a 4 ans, il s’est alors rapproché du collège d’Apatou pour faire vivre aux jeunes de l’établissement sa traversée au plus près. Après être venu rencontrer la classe qui le suivra durant ce défi et présenter l’aventure qui l’attend, il s’est prêté à un jeu de question-réponse avec les jeunes, comme Filiska l’interrogeant sur la sensation ‘’de se sentir seul’’.

Le collège va jouer le jeu jusqu’au bout car un écran sera installé dès la rentrée dans le hall pour permettre de suivre en direct la course. ‘’Nous allons aussi faire différents ateliers en lien avec l’aventure, comme par exemple un carnet de bord en Français, un travail sur l’écosystème en SVT, mais aussi en Mathématique, en Histoire, ou encore en EPS faisant le lien avec un cycle de Kayak que la classe a vécu au premier trimestre.’’ Explique Florentin Popieul, professeur d’EPS.

Le bouquet final de ce projet étant une sortie scolaire, dont une journée en mer à Kourou autour des îles du Salut, et rejoindre l’équipage du Rose le jour de son arrivée.
Une traversée pour des causes et des associations
Ce défi relève de bien plus qu’une histoire de record du monde. Patrice et son équipage vont se battre contre vents et marées pour mettre en lumière des valeurs humaines de cohésion, d’esprit d’équipe, de respect, d’entraide, d’abnégation et la passion du sport à travers trois grands thèmes : la jeunesse, l’écosystème planétaire et le handicap, via une histoire personnelle qui a marqué Patrice et sa famille dans sa jeunesse.

La première cause défendue par cet éducateur sportif sera donc la jeunesse, car elle est ‘’l’avenir de notre monde. J’ai souhaité la mettre en avant par la richesse de la culture Guyanaise’’ s’est adressé l’athlète à la classe qui le suivra ‘’vous êtes souvent mis de côté à Apatou ou en Guyane, je suis moi-même d’origine brésilienne. Une des causes que je défends est la jeunesse car vous êtes l’avenir, et je veux que vous arriviez plus tard à faire ce que vous voulez dans votre vie.’’ a-t-il expliqué devant les collégiens bouche bée devant l’ampleur de l’aventure.

DR


La deuxième est la biodiversité à travers l’écosystème maritime. ‘’Nous devons mettre en valeur les belles choses que l’on a pour continuer à les protéger’’. Il a également sensibilisé le public au 7e continent, ce tristement célèbre continent de plastique au milieu de la mer, à la jonction des courants marins où s’agglutine des tonnes de plastiques.

Enfin le troisième thème et le plus personnel pour lui sera sur le handicap. Ayant perdu sa sœur handicapée mentale et atteinte d’une cardiopathie à l’âge de 38 ans.

Pour cette course nous allons lever des fonds pour mécénat chirurgie cardiaque. ‘’Quand j’étais jeune, j’ai eu honte d’elle, je ne m’en suis pas occupé comme j’aurais dut. Nous n’avions pas les structure en Guyane pour la suivre correctement, et elle a dû se faire opérer à l’hôpital Necker de Paris. Elle a vécu jusqu’à l’âge de 38 ans. Aujourd’hui, mon message, si vous avez des frères ou sœurs handicapés, ce sont des personnes normales. Soyez fier d’eux et rendez les heureux.’’

Pour ce faire, une cagnotte Letchi a été créé dans le but de trouver 12.000 euros pour sauver un enfant dans le monde ou en Guyane ‘’comme ma sœur a pu en bénéficier plus jeune. Ce défi rassemble tout ce que j’aime et je souhaite transmettre aux jeunes Guyanais.’’ résume ce Guyanais qui partira rejoindre sa terre natale à la force des bras dans quelques heures…

Pour suivre en direct l’aventure, rendez-vous sur http://atlanticrowingchallenge.com , et pour faire un don à mécénat chirurgie cardiaque sur la cagnotte Letchi à l’adresse



Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
Une

Le marché de Montsinéry au rythme des...

Rédaction web - Samedi 12 Juin 2021