France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Pas de chasse à l'iguane pendant quatre mois

S. B. Mardi 09 septembre 2014
(DR)
Pendant quatre mois il est interdit de chasser l'iguane, particulièrement menacé en cette période de ponte comme l'affirme l'association de chasseurs Tchô Danbwa (DR)
Officiellement, la chasse à l'iguane est interdite pendant sa période de reproduction, du 1er septembre au 31 décembre. Un arrêté préfectoral a été pris en ce sens en 2011, dans un souci de préservation de l'espèce. Tout contrevenant s'expose à une amende pouvant atteindre 750 euros.
Une fois n'est pas coutume, cette réglementation satisfait les écologistes comme les chasseurs. Pour l'association de chasseurs Tchô Danbwa, c'est « une initiative intéressante » . « On assiste à une très forte diminution de l'espèce à cause de la chasse pendant la période de ponte, explique Philippe Lucenay, membre fondateur et vice-président de Tchô Danbwa. Il était nécessaire de mettre en place une réglementation pour protéger l'animal. »
C'est d'ailleurs cette association qui a proposé la période d'interdiction : « On peut chasser les iguanes jusqu'en août. Après, on leur fout la paix pour qu'ils puissent se reproduire [...] Ce n'est pas parfait, mais on essaie, à tâtons. »
L'association Maiouri Nature Guyane se félicite également de cette décision : « De nos jours, l'iguane subit une pression de chasse abusive, précisément durant cette période, pour sa chair et ses oeufs très appréciés [...]. Il est fondamental de respecter la période de reproduction afin de pérenniser l'espèce » , écrit-elle dans un communiqué.
Pour répondre à la demande des consommateurs, Tchô Danbwa souhaite désormais que l'élevage d'iguanes - qui se trouve aujourd'hui à un stade « embryonnaire » - se développe.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

A ban kourt... 09.09.2014

Bonne initiative que cet article sur la protection de l'iguane mais question illustration, on a du mal à identifier ce que représentent les photos !!
Pourquoi n'avoir pas fait figurer la belle affiche réalisée par Maiouri Nature, en ligne ou téléchargeable sur ce lien ?
https://sites.google.com/site/maiourinature/actualites-2011

Répondre Signaler au modérateur
A la une
2 commentaires
2 commentaires
L'info en continu