• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

Montabo, le rendez-vous des dauphins

Karin SCHERHAG Vendredi 01 août 2014
Montabo, le rendez-vous des dauphins
Équipés de jumelles, les visiteurs ont pu observer le sotalie (KS)

Les sorties d'observation du WWF affichent complet pendant les vacances. Mais avec quelques précieux conseils et un peu de patience, chacun peut apercevoir le dauphin de Guyane.

Pas besoin d'aller dans la Caraïbe pour apercevoir des dauphins. Moins connu que le grand dauphin qui incarnait Flipper dans la série de notre enfance, le sotalie est très présent au large des côtes guyanaises. Plus petit que son lointain cousin, il est reconnaissable à son ventre rose. Mais pour l'apercevoir, il faut ouvrir l'oeil et savoir se montrer patient.
Pendant les grandes vacances, la région Guyane et le WWF organisent des sorties d'observation (1) depuis le sentier de Montabo. Après une demi-heure de marche sous une chaleur étouffante, les chanceux qui ont pris place dans le groupe s'arrêtent sur une petite avancée rocheuse. Chacun dégaine la paire de jumelles qui vient de lui être prêtée et l'attente commence. On se remémore les conseils distillés quelques minutes plus tôt par Laurent Kelle, le directeur du bureau guyanais de WWF France. « Vous devez regarder au loin l'océan et y chercher ce que les scientifiques appellent des anomalies de surface. Un tronc qui flotte, des déchets ou un grand mammifère. Et surtout, aidez-vous d'alliés précieux que sont les oiseaux. Vous voyez cette mouette atricille, dit-il en pointant du doigt un oiseau scrutant la surface de l'eau, elle se nourrit des restes de repas des dauphins. C'est un bon indice... »
Ceux qui ont fait le déplacement ont pu voir le dauphin de Guyane, reconnaissable à son ventre rose. (KS)
JUMELLES ET TÉLÉOBJECTIFS
Laïna est à l'affût. « Je n'ai jamais vu de dauphins et je suis bien décidée à en apercevoir aujourd'hui. » Étudiante à Montpellier, la jeune fille est rentrée au péyipour les vacances. « Cette sortie tombe à pic. J'ai envie d'en découvrir davantage sur la Guyane. Et puis, ça me permettra de dire que, chez moi aussi, il y a des dauphins. » L'observation reprend. Et Laïna ne tarde pas à donner l'alerte. « Là-bas, j'ai vu quelque chose! Un aileron. » Bingo. Trois dauphins passent au large. Les jumelles et les téléobjectifs ne sont pas de trop. C'est qu'il est farouche, notre sotalie. Un autre groupe de dauphins passera un peu plus tard. Et plus près. C'est jour de chance pour les visiteurs. Diane et sa fille Axelle sont aux anges : « On les a vus, revus. On a même réussi à prendre des photos. Je savais qu'il y avait des dauphins ici, mes collègues n'arrêtaient pas de me le répéter. Mais je n'avais jamais réussi à en voir. Lors de mes prochaines promenades, je les chercherai en me servant des conseils qu'on nous a donnés. » Prisca, qui arbore trois tatouages de dauphin et revendique sa passion pour le cétacé, est un peu frustrée. « J'aurais aimé les voir de plus près » , confie-t-elle. Une prochaine fois peut-être...
(1) Toutes les sorties affichent déjà complet mais d'autres rendez-vous seront donnés en septembre. Les dates seront communiquées dans France-Guyane.
Observations à partager
Les études sur le sotalie n'en sont encore qu'aux balbutiements. Le WWF en appelle donc à la participation de chacun d'entre nous. Comment ? En allant sur le site guyane.wwf.fr et en remplissant une fiche d'observation indiquant le jour, l'heure et l'endroit où vous avez aperçu le dauphin.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
2 commentaires
3 commentaires
A la une