France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
MANA

Lycéens et historiens

Lima FABIEN Lundi 17 février 2014
Les élèves regardent leurs travaux tout en échangeant avec les visiteurs. (LF)

Les élèves du lycée présentent une exposition sur la guerre civile au Suriname, ouverte à tous, jusqu'à jeudi.

Jusqu'à jeudi, les élèves de 1re littéraire et économique et sociale du lycée Elfort de Mana présentent leur travail de recherche sur la guerre civile du Suriname, sous forme d'une exposition. Tout le monde peut venir la visiter. Pour que les élèves la réalisent, leur professeur Benjamin Combes leur a fourni les documents. « Ensuite, les élèves bénéficient de la richesse d'avoir des témoins directs. »
« C'était intéressant de travailler sur quelque chose qui nous touche. Souvent, on travaille sur la Seconde Guerre mondiale et la guerre d'Algérie. Mais là, c'est tout près. Il y a encore des témoins vivants et on a recueilli des informations et des témoignages, auprès de nos proches qui sont encore vivants » , confie Janick Asaitie, élève en 1re ES. Son camarade Ruby Alibo renchérit : « J'avais des grands-parents qui ont vécu la guerre et qui étaient des réfugiés. À partir d'eux, j'ai été informée pour aller vers ce monsieur ou cette dame. »
Janick apprécie l'intérêt de ce travail : « L'idée, c'est de ne pas perdre ces témoignages, d'avoir une trace écrite aussi et d'avoir un avis critique de l'extérieur comme un historien. Étudier l'histoire, c'est se dire : « Ça, ce n'est pas vrai » ou « c'est de la censure » ou « ça, c'est vrai » , de ne pas être naïf. Les gens de Charvein, on comprend d'où ils viennent. Ce sont des gens dont les familles étaient réfugiées et qui sont restés là. Maintenant, je sais. Si j'ai des neveux ou des nièces qui me demandent : « C'est quoi la guerre du Surinam ? » , je ne dirai pas je ne sais pas. Je dirai ce que je sais. »
L'exposition dans l'Hexagone
L'aventure ne s'arrêtera pas jeudi, quand l'exposition baissera ses panneaux. Un travail a été mené toute l'année avec un lycée d'Hérouville-Saint-Clair (Calvados), près de Caen.
« Cette exposition sera envoyée à la rentrée, pour être exposée au CDI de ce lycée en métropole, afin que ses élèves découvrent un petit peu cette partie qui n'est pas du tout connue.
C'est un très bon exemple de guerre civile qui fait suite à une décolonisation entraînant des déplacements de population importants. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une
1 commentaire