• Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Les profs se font désirer au collège Gran Man Difou

T.F. Jeudi 12 septembre 2013
Les profs se font désirer au collège Gran Man Difou
Quatorze postes n'ont pas encore été pourvus au collège de Maripasoula (photo d'archives)

Les élèves du collège Gran Man Difou de Maripasoula ont repris les cours. Mais il manque encore quatorze enseignants à l'appel.

Nul ne semble savoir s'il s'agit ou non d'un (triste) record. Quoi qu'il en soit, la rentrée 2013 au collège Gran man Difou de Maripasoula restera gravée dans les mémoires. Car, pour l'heure, pas moins de quatorze enseignants manquent à l'appel. Pour diverses raisons dont certaines, le rectorat l'assure, ne pouvaient être anticipées.
Quatorze postes non pourvus après une semaine de cours, la situation est inédite. Corinne Melon, directrice de cabinet du recteur d'académie, affirme que les membres du service « second degré » ne ménagent pas leurs efforts afin de résoudre le problème dans les délais les plus brefs. « Quatre candidatures ont été retenues et les enseignants doivent arriver avant la fin de la semaine à Maripasoula, explique-t-elle. Pour les dix qui manqueront encore, tous les moyens sont mobilisés pour les trouver rapidement. » Sans assurance, toutefois, de parvenir à dénicher ces professeurs manquants. La principale difficulté, selon Corinne Melon, est que l'académie présente les mêmes carences que l'Hexagone dans certaines matières. « L'EPS, les lettres, l'anglais ou la documentation sont des disciplines déficitaires en nombre d'enseignants, explique la directrice de cabinet. C'est une problématique nationale. De plus, le fait que la commune soit éloignée pose des problèmes de trajet et d'installation. On se heurte aussi au refus de certains contractuels de prendre leur affectation. »
Des arguments bien connus qui ressurgissent lors de chaque rentrée. Alors n'était-il pas possible d'anticiper d'éventuelles absences et autres refus ? Pas si simple, assure Corinne Melon. « L'affectation des titulaires sur le fleuve ne correspond pas forcément à leurs voeux, explique-t-elle. Quant à celles des lauréats au concours, elles arrivent très tardivement. C'est une machine assez complexe... »
À Gran Man Difou, les équipes pédagogiques ont vite réagi afin que les 673 élèves ne soient pas trop pénalisés par les absences. « Ils ont fait un travail extraordinaire pour que 80% des cours soient assurés et que l'intégralité des heures de soutien soit mises en place » , affirme Corinne Melon. Elle souligne également que le problème des postes non pourvus à la rentrée se retrouve sur la totalité du territoire, « y compris l'Île de Cayenne » . Dans des proportions nettement moins importantes, évidemment.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos