• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COVID-19

“Le rectorat doit prendre des mesures à la hauteur de la situation”

Samuel Reffé Vendredi 23 Avril 2021 - 11h26
“Le rectorat doit prendre des mesures à la hauteur de la situation”
Le recteur de la région académique de Guyane tiendra, tout au long de la semaine prochaine, des concertations portant sur la situation sanitaire. - D.R.

 Depuis le début de la semaine, l’activité de l'enseignement en Guyane est rythmée par les absences des personnels qui font valoir leur droit de retrait ou qui sont en septaine. Dans un communiqué, le syndicat Sud Education réclame au rectorat un protocole sanitaire adapté à la situation épidémiologique. Suite aux dernières annonces préfectorales, deux écoles, un collège et plusieurs salles de classes ont dû renvoyer les élèves "à la maison".

 “On est en droit de retrait pour danger grave et imminent”. Sabine Lagreze, enseignante au collège Holder à Cayenne, pèse ses mots. Depuis lundi, 25 personnels de l’établissement d'enseignement secondaire où elle travaille ont fait valoir leur droit de retrait. La représentante syndicale assure que le protocole sanitaire mis en place par le rectorat en septembre 2020, et toujours en vigueur, n’est plus en adéquation avec la situation épidémiologique actuelle.

En sortie de cellule de crise interministérielle, le préfet de Guyane annonçait ce jeudi, après discussion avec le recteur de l’académie de Guyane, qu’une règle très simple sera désormais appliquée : "lorsqu'il y a un cas de Covid-19 confirmé au sein d’une classe, cette dernière sera fermée”. L’enseignement hybride - ou en “demi-jauge” - instauré par le gouvernement dans l’hexagone à compter du 26 avril, “est très compliqué à mettre en place en Guyane puisque nous sommes un territoire très large” a précisé Thierry Queffelec.

Pas d’enseignement à distance en Guyane donc, sauf s’il y a fermeture administrative de l’établissement et que le principe de continuité pédagogique est mis en place, à l'instar de la situation au collège Justin Catayée fermé depuis ce vendredi.

L’arrêté préfectoral du 16 avril, qui annonçait le renforcement du couvre-feu le dimanche, “montre bien la gravité de la situation mais le rectorat n’a pas fait de protocole” déplore Sabine Lagreze. Dans ce cadre, le syndicat Sud Education réclame l’application “a minima” du protocole sanitaire national en limitant le brassage, “particulièrement dans les zones où la circulation du virus est en nette augmentation” précise un communiqué transmis au corps professoral. Des campagnes de dépistages salivaires dans les zones isolées, ou encore la clarification des démarches concernant les autorisations spéciales d’absence pour les septaines et les tests ont notamment été appuyées.
Fermetures en série dans l'enseignement primaire et secondaire
Selon nos informations, plusieurs établissements de l'Île de Cayenne, dont le lycée polyvalent Melkior et Garré, le lycée professionnel Max-Joséphine ou encore le collège Concorde-Maurice Dumesnil, sont concernés par un taux d’absence important chez les professeurs en raison des septaines en vigueur. Le lycée professionnel Max-Joséphine fait notamment face à une pénurie de surveillants (8 sont actuellement en septaine) en raison d’un cas de Covid-19 confirmé en début de semaine. Du côté du collège Concorde, à Matoury, 25 professeurs étaient comptabilisés absents ce jour.

Contacté, le Rectorat précise qu’une cellule de crise a été ouverte et que les cas qui sont remontés actuellement “résultent de contaminations qui ont eu lieu pendant les vacances, au sein des cercles familiaux”. Le Recteur de la Région Académique de Guyane tiendra tout au long de la semaine prochaine des concertations portant sur la situation sanitaire afin de prendre “d’éventuelles nouvelles dispositions”.

Cette semaine, deux classes ont été fermées en interne dans l’école élémentaire de Regina et au sein du collège Pierre Ardinet, également à Régina. L’école maternelle Joséphine Horth et l’école Capitaine Charles Cazal à Papaïchton ont dû fermer leurs portes aux élèves suite aux dernières annonces préfectorales. Ce vendredi, la région académique de Guyane a également annoncé la fermeture administrative du collège Justin Catayée suite à la détection d'un cas de Covid-19.

Une réunion du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l’Académie de Guyane est annoncée mardi prochain. "Le rectorat doit prendre des mesures à la hauteur de la situation" lançait SUD Education dans son communiqué.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Paassy 23.04.2021
Gros foutage de gu***e

Dans le collège de mes enfants, certains profs cumulent plusieurs septaines. De l'abus encore de la part de personnes qui ne veulent visiblement pas travailler.
Si vous avez peur d'attraper le COVID, la vaccination est ouverte !
Et pourquoi le rectorat ne mets pas en place une campagne de vaccination pour les profs ?
Curieux ces gens qui ont peur du COVID et peur du vaccin également.

Répondre Signaler au modérateur
Soula 24.04.2021

Cher Paassy, ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas. Les profs et personnels scolaires sont en contact direct avec VOS enfants qui n'arrêtent pas de se toucher les uns les autres et de se sauter dessus, enlèvent leur masques toutes les deux minutes, même en classe... les règles sanitaires et d'hygiène sont loin d'être respectées par vos enfants donc je ne sais pas ce que vous leur enseignez à la maison. Les profs et personnels scolaires sont donc en première ligne avec les risques de contamination que VOS enfants peuvent apporter dans les établissements. Il est normal donc que les profs et personnels des établissements aient peur d'être contaminés et de transmettre le virus à leurs proches. Vous ne voyez que votre confort mais allez en immersion juste une journée dans un établissement scolaire et vous comprendrez mieux la réalité des faits, les écoles sont des lieux à haut risques et pas juste des garderies.

Répondre Signaler au modérateur
Soula 24.04.2021

De plus, pourquoi être curieux que des êtres humains ne veuillent pas s'injecter un vaccin réalisé à la hâte dont on ne connaît toujours pas les conséquences à long terme ni l'efficacité. Au contraire, bien leur en fait de ne pas vouloir être des cobayes.
P.S: le vaccin ne garantit pas que l'on n'attrapera plus le Covid 19 + comment savez-vous que les profs ne veulent pas se faire vacciner? J'en connais beaucoup qui le sont et ça ne les empêche pas d'avoir peur car le risque existe.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 24.04.2021

Le bon peuple de bêlants, toujours prompt à taper du sucre sur les enseignants, mais impuissant quand il s'agit d'élire des politiques qui tiennent la route avec honnêteté...
A vomir.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 26.04.2021

"Casser du sucre", Tronoka.
En revanche, je ne comprends pas le rapport entre élus et profs en Guyane. Est-ce le fait que les deux cultivent avec la même ardeur absentéisme et surénumération ? J'ai bon ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
A la une
2 commentaires
5 commentaires