France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
3e salon Guyanum à Matoury

« Le numérique permet d’adapter l’enseignement au niveau des élèves »

Mercredi 23 Octobre 2019 - 03h10
 « Le numérique permet d’adapter l’enseignement au niveau des élèves »
RSMA - hespels

Le 3e Salon du numérique s’est déroulé la semaine dernière au lycée de Balata à Matoury. Trente-cinq stands étaient proposés aux élèves venus nombreux dans lesquels ils ont pu découvrir, échanger et s’initier aux dernières innovations en matière de numérique éducatif (imprimante 3D, tableau interactif, réalité virtuelle, drones, robots, codage, web documentaire, webradio… Sylvain Joseph, du laboratoire du centre pour l’éducation aux médias et l’information du réseau Canopé, a présenté au public et notamment aux parents et enseignants, le guide illustré de « La Famille Tout-Écran ». Mathieu Noucher, géographe et chercheur au CNRS, Pierre Joubert cartographe au Parc amazonien, et Marie Masson, vice-présidente du concours Carto et professeur d’histoire-géographie au lycée polyvalent Lama-Prévot de Rémire-Montjoly, ont animé une table ronde géomatique sur le thème des usages pédagogiques de la cartographie numérique dans la vie courante, dans les médias et dans le champ de l’éducation. Serge RAVIN

Henri Danglades - hespels
Gilles Jarry - hespels
Léna - hespels
« C’est l’occasion de présenter des usages pédagogiques du numérique »

«  C’est la 3e édition du salon Guyanum. C’est l’occasion de présenter des usages pédagogiques du numérique. Beaucoup d’exposants sont des enseignants qui utilisent le numérique dans leurs classes. Les collèges, lycées, et écoles ont été invités à faire visiter le salon par leurs élèves. C’est ouvert à tous les publics. Cela permet aux parents, aux élus, aux associations et au corps enseignant de voir et comprendre ce qui est fait en classe notamment en ce qui concerne les dernières innovations technologiques. Ça permet aussi aux élèves d’imaginer l’enseignement au XXIe siècle. On trouve des ateliers d’initiation à la robotique, il y a de la réalité virtuelle, il y a la réalisation de pièces mécaniques avec l’imprimante 3D. Il y a des activités d’apprentissage de lecture, d’écriture, de jeux avec du numérique et beaucoup d’autres choses. Le numérique permet d’adapter l’enseignement au niveau des élèves. On appelle ça en anglais l’adaptive learning. C’est une possibilité de les faire rentrer dans l’enseignement. Il y a différents thèmes dans cette exposition. Cependant nous avons mis l’accent sur l’usage du numérique en classe, par exemple l’escape game, les partitions de Mozart ou encore une enquête qui a lieu dans le milieu du jurassique. Il y a aussi un atelier d’utilisation de drones. Pour un public plus adulte, il y a une conférence qui porte sur l’usage du numérique par les jeunes dans la famille.  »

Gilles Jarry - hespels
«  Ce que j’ai préféré, c’est la réalité virtuelle »

«  On a visité le stand de réalité virtuelle, l’imprimante 3D, l’espace Game, la robotique, la cartographie au collège, le numérique en lettres… J’ai appris que le drone est un aéronef. Ce salon m’a permis de découvrir le monde du numérique et tout ce qui se fait avec . Ce que j’ai préféré c’est la réalité virtuelle. »

« On utilise de plus en plus le numérique pour les cours »

« Nous avons une classe de 5e un peu spécifique dénommée patrimoine et numérique. Par ailleurs, tous les élèves doivent avoir accès au numérique, donc cette visite au salon s’inscrit naturellement dans le circuit de leur formation. On utilise de plus en plus le numérique pour les cours et les élèves doivent concevoir des projets numériques avec l’appui des professeurs. Concernant notre collège, nous concevons des projets autour de Justin-Catayée. Nous allons organiser une Semaine Catayée où les élèves feront des recherches et des présentations en utilisant le numérique. Par exemple, comment faire parler une image, comment faire des puzzles sur Catayée. Ce travail pourra se décliner ensuite sur d’autres établissements  afin qu’à travers le numérique les élèves apprennent la vie des personnalités qui ont donné leur nom aux établissements qu’ils fréquentent.»

Henri Danglades - hespels
« Je crée de nouvelles configurations d’apprentissage des cours »

«  Je tiens un stand de langues et jeux. Je crée de nouvelles configurations d’apprentissage des cours, en l’occurrence l’apprentissage de langues puisque je suis professeur de portugais et intervenant académique pour les langues. À travers le numérique et diverses situations, on utilise différents matériels tels que tablettes, casques de réalité virtuelle, des manettes de jeux pour modifier des configurations de cours afin de susciter la motivation des élèves. Nous faisons de la veille informatique. Nous nous tenons au courant de toutes les actualités dans le domaine du numérique et nous repassons tout notre savoir dans le cadre des formations dispensées auprès de nos collègues enseignants. Ce matin, les élèves qui sont autour du stand voient le résultat, la restitution et l’évaluation de cette méthode mais il y a tout un travail qui est fait en amont et qui sera expliqué au corps enseignant. »

Jonathan Horatius - hespels
« Je souhaite exercer professionnellement dans ce domaine »

«  Je fais partie d’un club d’astronomie que je fréquente tous les vendredis. Nous avons pris ces images avec un télescope et une caméra. Plusieurs photos sont prises puis regroupées en une seule image et on les travaille ensuite avec un logiciel. Nous avons vu un trait sur une photo que nous avons prise de la Lune et nous avons voulu savoir ce que représentait ce trait. On a mis ce trait en trois dimensions. On a obtenu les reliefs de l’image qui est exposée et qu’on a introduite dans le casque de réalité virtuelle. À côté de moi, il y a une camarade qui, avec le clavier, dirige une personne sur la Lune. Cette personne porte un casque de réalité virtuelle qui va permettre aux personnes de marcher sur la Lune. En fait, ce sont nos images et les personnes marchent sur nos images. Ça fait cinq ans que je fais partie de ce club. Je souhaite exercer professionnellement dans ce domaine mais je ne sais pas encore dans quel secteur exactement.  »

Léna - hespels
Une formation web au RSMA

Le RSMA (régiment du service militaire adapté) recrutera et formera en août 2020 dans une nouvelle filière consacré au web. Comme pour les autres, il y aura une période de formation, un tronc commun, d’un mois à Saint-Jean, puis un enseignement spécifique qui se déroulera à Cayenne. Les candidats doivent avoir 18 ans. Les recrutements pour ceux qui auront des BTS les conduiront à un diplôme équivalent à bac + 3. Les jeunes pourront, s’ils le souhaitent, faire carrière dans l’armée. Durant la formation, ils sont nourris, logés et rémunérés.

RSMA - hespels

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
5 commentaires
A la une