France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
MANA

Le lycée Elfort se fait label

Lima FABIEN Jeudi 19 décembre 2013
Les tee-shirts « Mana Style » ont tous été vendus, lors du marché de Noël du lycée (LF)

L'établissement va déposer la marque « Délices d'Elfort » au titre de la propriété intellectuelle. Jeudi dernier, les élèves vendaient leur production sur leur marché de Noël.

Jeudi 12 décembre. Le lycée Léopold-Elfort de Mana accueille son marché de Noël. Tee-shirts « Mana Style » , confitures et sirops « Délices d'Elfort » font le bonheur des visiteurs. Les stocks produits par les élèves et les professeurs ont été vidés. Les tee-shirts ont tous été vendus.
Le proviseur Jacques Demarolle, arrivé depuis la rentrée de septembre, ne compte pas s'arrêter là. Il va déposer le label « Délices d'Elfort » au titre de la propriété intellectuelle pour le lycée. Cette marque est un travail de groupe. Cédric La Fenêtre, professeur en section boucherie, traiteur et poissonnerie, évoque l'exemple de la boutique nommée « Délices d'Elfort » , installée dans le lycée. Elle marche très bien.
Les élèves produisent eux-mêmes les confitures et sirops, sous l'impulsion de Lydie Nédan, professeur CSI (Conducteur des systèmes industriels) en CAP : « Je voulais faire un peu de conditionnement. Une amie faisait des sirops. Je suis allée la voir pour la recette, j'en ai fait un peu à la maison, puis avec mes élèves. Ça n'était pas gagné. C'est un travail assez physique et les élèves ont tenu le coup. »
En fin de parcours, ce sont les élèves du CAP d'employé de vente spécialisé produits alimentaire qui tenaient les stands lors du marché de Noël. Karina Tjappa, 16 ans et élève du CAP, s'est dit ravie de joindre ainsi l'utile à l'agréable.
« Apprendre en conditions réelles »
« Je ne dis pas que le lycée Léopold-Elfort devient une PME, mais c'est un peu l'idée, explique le proviseur Jacques Demarolle. Les savoirs professionnels qui sont maîtrisés par les élèves le sont d'autant mieux qu'ils le sont dans des conditions réelles. On n'a pas de vocation à produire, ni à être rentable.
Nous ne sommes pas une entreprise. On est un lieu de formation et nous tenons à le rester. Comme parle les enfants : « Ici, ce n'est pas pour de faux. » Il n'y a pas de notion de chiffre d'affaires. On n'est pas là pour faire de l'argent. On est attentif à ce que la situation soit professionnalisante parce c'est comme cela que les élèves se construisent un parcours et des compétences. Il y a un référentiel de métier dans les apprentissages. Le lycée n'est pas sanctuarisé, au sens où on ferait chez nous sans s'ouvrir aux autres. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une