• Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
LES RECORDS DE LA NATURE (1/6)

Le crapaud boeuf, il en impose

Karin SCHERHAG Lundi 15 juillet 2013
Le crapaud boeuf, il en impose
(Zoo de Guyane)

C'est le plus gros crapaud du monde. Mais c'est aussi un terrible prédateur. Le Bufo marinus de son nom zoologique, ouvre notre nouvelle rubrique consacrée cette semaine aux records de la nature en Guyane.

Dans la fable de La Fontaine, la grenouille « creva » en essayant de se faire aussi grosse que le boeuf. Le poète avait-il croisé un crapaud boeuf (Bufo marinus) avant d'écrire ce conte ? Ça, l'histoire ne le dit pas.
Originaire du nord de l'Amérique du sud (plateau des Guyanes et bassin amazonien), ce crapaud géant ne passe pas inaperçu : la femelle peut peser jusqu'à 3 kilos et mesurer 25 centimètres... sans compter les pattes! Des mensurations hors norme qui en font évidemment le plus gros crapaud du monde. Son coassement rauque, qui résonne à plusieurs centaines de mètres à la ronde, est tout aussi reconnaissable.
Extrêmement vorace, le crapaud boeuf se nourrit d'insectes, de vers, de mollusques, mais aussi de souris, de petits serpents et de cadavres d'animaux. Lui en revanche n'a que très peu de prédateurs : pour compenser sa lenteur, le Bufo marinus a en effet développé tout un arsenal de défense. Son corps est parsemé de pustules qui sont autant de petites glandes à venin. Deux autres glandes, plus grosses, sont situées derrière ses yeux. Une particularité qui lui valut d'être surnommé « épaule armée » par les premiers colons français qui débarquèrent en Guyane. Ces glandes produisent un liquide ayant l'aspect du lait, parfois de couleur jaune. Au contact des muqueuses de la bouche et des yeux, ce venin provoque de vives irritations. Seuls quelques serpents sont capables d'en venir à bout.
A la fin du 19e siècle, il fut importé massivement dans les Antilles pour se débarrasser des hannetons mangeurs de canne à sucre. Une expérience réitérée quelques décennies plus tard, en Australie. Mais ce qui devait être un insecticide naturel se transforma en véritable catastrophe ; en l'absence de prédateurs, le crapaud géant proliféra rapidement. Et avala tout sur son passage. Il supplanta même d'autres espèces de batraciens indigènes. L'île de la Dominique a d'ailleurs interdit toute importation de ce géant. La tragédie ne s'arrête pas là. Dans certaines îles du Pacifique où il fut également introduit, il décima des villages entiers. Dans plusieurs ethnies, les soupes à base de batraciens sont monnaie courante. Or le crapaud boeuf est toxique : composé de différents alcaloïdes, son venin s'apparente à la digitaline. La consommation par l'homme d'oeufs, de têtards ou d'adultes provoque une paralysie des muscles cardiaques. Le crapaud boeuf, un géant qui cache bien son jeu...
Avec la collaboration de Jean-Marie Prévoteau, guide animateur au Parc naturel régional de la Guyane
- ET AUSSI : Le paradoxe d'une grenouille
(Loreleï Prévoteau )
Mère nature est parfois taquine. Imaginez un nouveau-né qui serait plus grand que ses parents. Impossible! C'est pourtant l'étonnante particularité de la grenouille paradoxale (Pseudis paradoxa), le seul batracien au monde à avoir une métamorphose rétroactive. Quand les adultes atteignent la taille respectable de 7,5 centimètres, leurs têtards en mesurent... 26. De quoi forcer le respect.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire