Laëtitia, doctorante à mi-temps

Poursuivre une thèse requiert parfois des talents d'acrobate. Pas en matière de souplesse, mais plutôt au niveau de l'organisation de son emploi du temps. Particulièrement lorsque, à l'image de Laëtitia Ferraro, il s'agit d'effectuer ses recherches parallèlement à son activité professionnelle. Car, si Laëtitia planche avec passion sur la diversité génétique des populations d'Anopheles darlingi - le moustique qui transmet le paludisme (voir encadré) - elle est aussi et...

France-Guyane 694 mots - 19.07.2016
Cet article d'archive est payant ou réservé à nos abonnés ayant un crédit suffisant
Vous disposez d'un compte avec un crédit d'archives ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié
Nos formules d'achat d'archive à l'unité
Nos formules d'abonnement

Découvrez toutes nos offres d'abonnement

Découvrir