France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Kourou

La première école numérique de Guyane sort de terre à Kourou

Mercredi 15 mai 2019
La première école numérique de Guyane sort de terre à Kourou
Le coût global du chantier est de 9 millions d’euros. - DR

Trois ans après la fermeture de l’ancienne école élémentaire Maximilien-Saba de Kourou, le chantier du futur groupe scolaire a commencé dans la ville spatiale. Courant 2020, les élèves pourront intégrer ces locaux flambants neufs, conçus dans une optique de développement durable.

L’école Maximilien-Saba de Kourou sera la toute première école numérique de Guyane et même des départements d’Outre-mer. Elle doit ouvrir en deux temps, courant 2020. Elle sera équipée de tableaux numériques, d’ordinateurs et de tablettes, afin de privilégier un apprentissage ludique, une pédagogie qui optimise l’attention des élèves et leur stimulation intellectuelle.

L’autre aspect de ce futur groupe scolaire réside dans sa conception bioclimatique. Ses plans ont été pensés dans une logique de développement durable pour un confort thermique optimal. Les bâtiments sont conçus dans une orientation qui optimise une ventilation traversante, afin de limiter la consommation d’énergie. Les toitures en ailes d’oiseaux ont des matériaux différents. Selon la positon du soleil durant la journée, ils apportent une protection spécifique à la chaleur afin de générer une sensation de confort et surtout de limiter la consommation énergétique avec la climatisation. Cette toiture sera également équipée de panneaux solaires, pour une production future d’électricité, qui devrait dépasser la seule consommation de l’école.

En deux temps

« L’architecture des bâtiments sera contemporaine, avec des matériaux naturels, avec de l’angélique ou de l’ébène verte, dans le but de faire travailler la filière bois de Guyane, assure Daniel Jos, l’architecte qui a conçu le projet avec son groupement. Les pignons de bois seront traités avec de grandes mosaïques qui vont représenter des ciels de cases, en référence à l’art amérindien. »

Les travaux du futur groupe scolaire ont commencé fin avril. Les 15 entreprises qui interviennent sur ce chantier sont actuellement en préparation de chantier. Une fois livrée, il y aura deux bâtiments, l’un pour l’école maternelle et l’autre pour l’école élémentaire, pour un total de 23 classes. Le chantier se fera en deux temps. Dans huit mois les élèves d’élémentaire intégreront leurs nouveaux locaux. Huit mois après, viendra le tour des élèves de maternelles. Le principe est également d’amorcer une restructuration de la rue Justin-Catayée, artère importante de Kourou, avec la création d’un petit square entre la plaine des sports et le groupe scolaire. Dans la mesure où le bâtiment s’inscrit dans un quartier pavillonnaire, l’école n’aura qu’un étage pour la primaire, et uniquement un rez-de-chaussée pour la maternelle.

Aurélie PONSOT

En septembre 2016, les élèves effectuent leur rentrée dans des bungalows. - Déborah Neusy
L'école élémentaire Saba fermée en mai 2016. - Pierre-Yves Carlier
La classe numérique inaugurée en mars 2017. - Laurent Marimoutou

La classe numérique inaugurée en mars 2017.

L’école élémentaire Saba fermée en mai 2016.

En septembre 2016, les élèves effectuent leur rentrée dans des bungalows / photos d’archives

Vue d’architecte du futur groupe scolaire Maximilien-Saba de Kourou. Le coût global du chantier est de 9,5 millions d’euros / document DR

Sept années de galère

Année scolaire 2012-2013. La température dans l’école Maximilien-Saba de Kourou bat des records. Excédé, un parent d’élève de maternelle achète un climatiseur pour la salle de son enfant. En janvier 2013, des enseignants demandent aux parents de se cotiser pour en acheter d’autres. Une enseignante a fait masquer les fenêtres de sa classe, pour se protéger du soleil. Des tôles s’effritent. Dans certaines classes, il pleut. La reconstruction de l’école revient sur la table.

8 septembre 2014. Les parents bloquent l’école maternelle pour protester contre la suppression d’une des neuf classes. Elle sera finalement maintenue.

13 octobre 2014. L’école est cambriolée pour la troisième fois depuis la rentrée des classes. Les voleurs sont repartis avec de l’informatique. Trois semaines plus tôt, ils avaient scié les barreaux d’une fenêtre.

19 mai 2016.Le maire François Ringuet ferme l’école. Il a reçu un rapport de la commission de sécurité et de l’entreprise Socotec sur l’état du groupe scolaire. La maternelle est jugée acceptable. L’élémentaire, en revanche, « présente un péril imminent pour les occupants », selon la commision de sécurité. Socotec a constaté que « les bâtiments de blocs sanitaires (sont) très endommagés, les épaisseurs de métal restantes sont très faibles, voire inexistantes (...) La couverture [...] présente un vieillissement assez avancé sur l'ensemble du groupe scolaire. »

1er juin 2016. Les élèves de l’école élémentaire sont désormais accueillis au collège Ho-Ten-You.

8 juin 2016. Les parents d’élèves manifestent dans Kourou. Le maire promet des bungalows pour la rentrée. L’État annonce qu’il aidera financièrement. François Ringuet table sur une reconstruction de l’école pour les rentrées 2018 ou 2019. L’opposition lui reproche d’avoir abandonné les projets d’école internationale et d’école du Village saramaca.

1er septembre 2016. Les près de 400 élèves d’élémentaire rentrent dans des bungalows.

17 mars 2017. Le recteur inaugure la première classe numérique à l’école Maximilien Saba.

12 mai 2017.France-Guyane dévoile les plans d’architecte de la future école. François Ringuet, qui la veut écologique et numérique, s’engage à ce qu’elle soit terminée avant la fin de son mandat, en mars 2020.

Septembre 2017. Les élus votent une première tranche de travaux de 3,5 millions d’euros. L’Etat aidera à hauteur de 2,8 million ; le reste sera payé par un prêt-relais auprès de l’Agence française de développement (AFD). Le coût global de l’école est estimé à 9,5 millions.

Avril 2019. Début des travaux.

Pierre-Yves CARLIER

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Ile de Cayenne

Les prix, ça se mérite !

Lundi 01 juillet 2019

.

A la une