France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La « grève du bac » divise

Samedi 15 juin 2019

La Fapeeg, le Steg-UTG et le SE-Unsa, s’opposent à la grève nationale de la surveillance des épreuves du bac prévue lundi, relayée en local par cinq syndicats : le Snes-FSU, le Snetap-FSU, Sud éducation, le Snep-FSU et le Snalc-CSEN. « Nous ne souhaitons pas pénaliser nos élèves, mais leur assurer la meilleure éducation possible et un diplôme national ne fermant pas les portes à certains en raison de leur origine sociale ou territoriale », explique l’intersyndicale.

La Fapeeg, de son côté, dénonce dans un communiqué « ce qui apparaît comme une volonté délibérée d’ajouter au stress des examens, un autre stress inutile et inacceptable pour nos enfants. Si les épreuves sont perturbées, menant à leur annulation et à la reconvocation des élèves, peut-être que Mr le Ministre en portera en partie la responsabilité. Cependant, ce sont nos enfants qui ont subiront les conséquences. »

Le Steg-UTG comme le SE-Unsa s’accordent en partie sur les revendications de l’intersyndicale, qui demande le retrait de la réforme des lycées et du baccalauréat entre autres, mais pas sur le mode d’action. « Il serait irresponsable et contre-productif, d’opposer les enseignants aux élèves et à leurs familles, alors qu’il s’agit de défendre avec eux les conditions d’enseignement et d’égalité d’accès aux formations », précise l’Unsa dans un communiquée.

Les candidats du bac sont quoiqu’il en soit invités à se rendre aux épreuves comme prévu dès lundi dans les treize centres d’examens de l’académie dont huit pour le public, deux privés sous contrats et un lycée agricole. Le rectorat explique « avoir pris des mesures pour garantir le bon déroulement des épreuves au regard du mouvement de grève annoncé ».

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Ile de Cayenne

Les prix, ça se mérite !

Lundi 01 juillet 2019

.

A la une