France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L’Île-de-France accompagne les étudiants ultramarins

Vendredi 11 Octobre 2019 - 03h10
 L’Île-de-France accompagne les étudiants ultramarins
Le Forum mobil' jeunes s'est déroulé le 5 octobre / photo FXG - FXG

Préparer les étudiants d’Outre-mer avant leur départ pour la Région parisienne, les accompagner pendant leurs premières années d’études, c’est le programme du Forum Mobil’ Jeunes lancé par le conseil régional d’Île-de-France, samedi 5 octobre, en présence de Didier Robert.

«Les taux d’échec à l’entrée dans les études supérieures en Métropole sont très élevés pour les étudiants des Outre-mer. » Patrick Karam, vice-président de la Région Île-de-France, précise que 90 % des jeunes Mahorais décrocheraient dès la première année... Comment garantir la réussite de leurs études aux jeunes ultramarins arrivés dans l’Hexagone ? C’est une préoccupation dont s’est saisie la Région Île-de-France.

LADOM et le ministère des Outre-mer organisent avec succès depuis plusieurs années le Campus Outre-mer, puis le Forum des étudiants des Outre-mer. Mais le conseil régional francilien veut aller plus loin dans l’accueil et l’accompagnement de ces jeunes « déracinés et sans réseaux » en lançant Mobil’  Jeunes, samedi 5 octobre.

Des ateliers pratiques et des stands de la RATP — la régie des transports parisiens –, des juristes, des conseillers du Centre d’information des droits des jeunes, des associations ultramarines sont venus présenter les outils à la disposition des jeunes pour faciliter leur vie d’étudiant. C’est « un service d’accompagnement renforcé et à la carte qui leur est dédié », se réjouit Patrick Karam, architecte de ce dispositif.

Le Conseil régional a voté en mai une subvention de 150 000 euros pour garantir la pleine réussite des  parcours scolaires, universitaires et d’insertion des jeunes ultramarins. Avec cette dotation, le CIDJ assurera la préparation au départ des étudiants avec l’aide des centres régionaux d’information jeunesse (Crij) et centre d’information jeunesse (CIJ) d’Outre-mer. Ferroudja Kaci, responsable du développement des services au public au CIDJ, ajoute qu’en complémentarité des entretiens individualisés, des ateliers et un espace de coworking et post-coworking se tiendront une fois par  mois dans ses murs pour conseiller ce public fragilisé par l’éloignement familial et l’isolement social.

Mobil’Jeunes étendue à toutes les régions ?

Mouna originaire de La Réunion et étudiante en prépa d’école d’ingénieur, adhère au dispositif : « Se retrouver entre jeunes avec la même culture pour faire connaissance, c’est une bonne chose. Depuis que je suis arrivée, je n’ai pas rencontré de Réunionnais... » Lamianthy, étudiante venue de Mayotte en licence de chimie-biologie, vit dans l’Hexagone depuis deux ans. elle se sent un peu « seule ».

Memona Hintermann grand reporter et ancienne membre du conseil supérieur de l’audiovisuel), a lancé : « Avec votre volonté politique, il faut l’étendre à d’autres régions comme les Hauts-de-France, Rhône-Alpes... Ça nous permettrait de nous sentir Français ! » Didier Robert a abondé : « Cette volonté de travailler ensemble, en cohérence pour nos territoires, est essentielle pour l’avenir de la jeunesse ultramarine. » Le président de La Réunion est sans doute le mieux placé pour encourager le gouvernement à faire participer les collectivités de l’Hexagone dans ce vaste programme lancé par Valérie Pécresse et Patrick Karam, puisque le chef de l’État sera  en visite sur ses terres dès le 23 octobre.

FXG, à Paris

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

cleo 11.10.2019

Effectivement , il est préférable qu’on distribue le bac pour les jeunes Guyanais , surtout lorsqu’on voit le niveau de paresse, d’incompétence et d’absentéisme de "certains" enseignants qui viennent dans ce pays !!! Le lycée de la Rocade qui a changé de direction est un exemple criant ... Pure logique !!!

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 11.10.2019

Quel pays ? La France...ils ne vont nulle part. Ils sont chez eux comme tout français sur le territoire national.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 11.10.2019

Au passage le lycée que vous citez était dirigé par des locaux...lol. Regardez le nouveau proviseur...réfléchissez deux secondes...vous n’êtes visiblement pas au cœur du système. Ne vous déplaise, l’incompétence de recrutement est locale et se niche dans les recrutements locaux y compris venant de métropole. Le problème est là. Pour remplir les cases, on prend n’importe qui...

Répondre Signaler au modérateur
Kikiwideguyane 11.10.2019
Logique

On distribue le bac pour obtenir le moins mauvais taux de reussite. Donc forcement la suite est que pure logique

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une