France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ÉDUCATION

Il obtient son CAP avec 14 de moyenne mais n’est pas pris en bac pro

Pierre Rossovich Mardi 22 Octobre 2019 - 03h25
Il obtient son CAP avec 14 de moyenne mais n’est pas pris en bac pro
Lycée Melkior-Garré - ARCHIVES

Les parents de Johann, élève à Melkior-Garré, sont en colère. Alors que leur enfant voulait poursuivre ses études dans le lycée après avoir passé avec brio un cap cuisine, il se retrouve placé sur « liste d’attente ».

Depuis la rentrée scolaire, Johann se sent « déscolarisé de force ». À 16 ans, il a obtenu son CAP cuisine à Melkior-Garré avec une moyenne très honorable de 14, 5 points. Le jeune homme souhaite aujourd’hui poursuivre son cursus en passant en première bac professionnel cuisine. Pour ce faire, l’établissement lui a demandé d’écrire une demande d’admission avant les grandes vacances dernières. Sans réponse, Johann s’est présenté à la rentrée de septembre, pour découvrir qu’il n’avait pas été retenu. « On ne sait pas quoi faire, nous explique la mère de Johann, remontée. On nous apprend à la dernière minute qu’il n’y a pas de place pour lui. Il ne peut pas entrer à l’OPRF (Opérateur Public Régional de Formation, ndlr) car il faut avoir 18 ans… À Melkior, on nous a même demandé si Johann ne voulait pas plutôt aller travailler… ». Johann est aujourd’hui placé sur liste d’attente et attend un désistement pour espérer intégrer le bac professionnel. En Guyane, seuls deux établissements proposent le bac pro cuisine : Melkior-Garré donc, et Raymond-Tarcy à Saint-Laurent. Les deux n’ont plus de place en bac pro cuisine et plusieurs élèves seraient dans le cas de Johann.

Les collégiens prioritaires

Nous avons exposé la situation de Johann au rectorat qui nous a confirmé que la poursuite d’études en première bac pro, suite à l’obtention du CAP, n’est possible que sur places vacantes : « La réforme de la voie professionnelle indique que le parcours CAP mène à une insertion professionnelle. Les formations telles que les bac pro ASSP et Cuisine sont très demandées dès la fin du collège et les élèves admis en 2nde décrochent très peu… C’est pourquoi, il n’y a malheureusement quasiment pas de possibilité pour eux de poursuivre en 1ere bac pro en lycée à ce jour.

Par ailleurs, il reste l’alternative de l’apprentissage, à condition de trouver un organisme de formation qui propose un bac pro ».

« Nous nous retrouvons sans solutions, souffle la mère de Johann. Si nous avions su en amont, on aurait pu s’organiser. Dans le meilleur des cas, il perdra une année. Faut-il que mon fils se réoriente par désespoir ? ».

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

xxl 22.10.2019
PROFESSIONNALISATION

Madame, il existe des différents niveaux, CAP, bac, bac général, bac pro, si vous avez un bac pros il n'est pas possible d'intégrer l'université, sauf en droit ou exceptionnellement ? Il reste à votre fils à s'inscrire à pôle emploi et croyez moi il aura plus de chance de travailler que ceux qui cherchent à obtenir divers bacs, et sachez qu'il à la possibilité de voir avec des entreprises AFIN d'obtenir un contrat de professionnalisation.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 23.10.2019

Vous dites des bêtises mais c'est assez fréquent mon cher XXL. Avec n'importe quel baccalauréat vous pouvez vous inscrire à l'Université (hors numerus clausus). Quand bien même vous avez un bac pro restauration, un bac technique gestion ou que sais-je ? Vous pourrez vous inscrire en sociologie, mathématiques, anglais, histoire, etc. Tout ce que vous voulez mais, la réalité demeure que le taux de réussite des titulaire d'un bac pro est très faible en première année pour des raisons multiples (manque de niveau intrinsèque, surnotation durant trois années, manque de travail autonome, etc.). De fait, c'est exactement ce que dit l'autre commentateur, avec un tel CAP, les notes sont purement fictives au vu du faible niveau des élèves. Il faudrait qu'il ait bien plus et que les places soient libres pour avoir pu espérer quelque chose. Et pour le coup, je le sais bien, j'ai travaillé à Melkior et travaille dans ce domaine alors le niveau des élèves, je le connais. Sans doute des amis de Gégé...lol.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 22.10.2019
PROFESSIONNALISATION

Madame, il existe des différents niveaux, CAP, bac, bac général, bac pro, si vous avez un bac pros il n'est pas possible d'intégrer l'université, sauf en droit ou exceptionnellement ? Il reste à votre fils à s'inscrire à pôle emploi et croyez moi il aura plus de chance de travailler que ceux qui cherchent à obtenir divers bacs, et sachez qu'il à la possibilité de voir avec des entreprises AFIN d'obtenir un contrat de professionnalisation.

Répondre Signaler au modérateur
Ta race Boulba 22.10.2019
Explication

Il faudra hélas expliquer à cette famille que les élèves en CAP sont des élèves en grande difficulté depuis le collège . De ce fait les notes sont artificiellement gonflées pour encourager les élèves . Ainsi , un élève obtenant 14 de moyenne , même si c'est sans doute une indication de son sérieux en classe , n'a pas le niveau pour intégrer un bac pro ; c'est la triste réalité. Les quelques élèves sélectionnés pour cela doivent avoir en général 17 ou 18 de moyenne ; et encore quand il reste des places .
De plus , il faut rappeler que le CAP est un diplôme de cycle court (en 2 ans) prévu pour une insertion immédiate sur le marché du travail ; il n'y a pas, sauf cas exceptionnel, de poursuite d'études prévue.
Je comprends la déception des parents mais il n'y a absolument rien d'anormal à cette situation.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 23.10.2019
Tout est dit

Excellente explication à laquelle il n'y a rien à ajouter, si ce n'est faire remarquer que les médias adorent mettre de l'huile sur le feu et créer des polémiques à partir de non-évènements. A moins que les journalistes de FP, remarquables par leur manque de culture orthographique, ne brillent également par leur manque de culture générale...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une