France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

École Phinéra-Horth : le maire se justifie

Karin SCHERHAG Lundi 03 novembre 2014
Au moment de dévoiler la plaque portant le nom de son père, Marie-Laure Phinéra-Horth lui a glissé dans un sourire : « Ça fait tout drôle » (KS)

L'école Colibris, dans le quartier de Bourda, a pris vendredi le nom de Stéphan Phinéra-Horth. Malgré les nombreuses critiques essuyées par le maire, la dénomination s'est déroulée sans accroc.

La décision du maire de Cayenne, Marie-Laure Phinéra-Horth, de donner à l'école Colibris (Bourda) le nom de son père, Stéphan Phinéra-Horth, a créé la polémique. Depuis des semaines, notre journal reçoit presque quotidiennement des courriers très acerbes à l'égard de l'édile. Certains parents d'élèves avaient même menacé de perturber la dénomination de l'école au prétexte que Stéphan Phinéra-Horth n'avait jamais enseigné à Colibris.
Finalement, la manifestation organisée en grande pompe vendredi (chorale, discours multiples, cadeaux et cocktail) s'est déroulée sans accroc. Peut-être le choix de la date (pendant les vacances scolaires) n'est-il pas étranger à cette ambiance sereine. Malgré les oppositions, Colibris n'est donc plus et une jolie plaque « école Stéphan Phinéra-Horth » ainsi qu'un totem installé dans la cour sont là pour le rappeler.
Dans son allocution, Marie-Laure Phinéra-Horth a clairement choisi d'assumer son choix : « Nous, enfants de Guyane et des Outremer, savons que nos grands personnages sont très peu connus. Qui les honorera si nous, responsables politiques, ne le faisons pas ? [...] Stéphan Phinéra-Horth est un modèle d'intégration (il est né en 1933 au Vietnam et est arrivé en Guyane douze ans plus tard, ndlr). Enseignant dévoué, conseiller municipal, conseiller général puis président du conseil général, il a oeuvré pour la Guyane. [...] Oui, cet homme est mon père et j'en suis fière. [...] Au nom de quelle moralité ne devrions-nous pas honorer des grands hommes au motif que leurs descendants ont des responsabilités politiques ? L'histoire ne retiendra de toute façon que leur oeuvre et leur nom. » Et d'enfoncer le clou : « Le conseil municipal est la seule entité décisionnelle pour la dénomination des écoles. » Un argument applaudi par l'assistance.
Responsables politiques et amis de Stéphan Phinéra-Horth se sont succédé au micro pour louer les louanges de cet ancien enseignant qui a sillonné la Guyane, de Régina à Saint-Jean du Maroni. « Stéphan Phinéra-Horth est un pionnier, a déclaré le préfet Éric Spitz. Un homme qui pensait que tous les enfants de Guyane devaient avoir les mêmes chances. » Très ému, l'ancien président du conseil général (de 1994 à 1998) aujourd'hui installé en Ardèche, a remercié la municipalité pour cet hommage et redit sa « fierté d'appartenir à une génération qui a éduqué et instruit de très nombreux élèves » .
ET AUSSI... Pasteur devient Ribal
Plus tôt dans la matinée, c'est l'école Pasteur, dans la cité du même nom, qui a changé d'identité. Elle s'appelle désormais Étienne Ribal, en mémoire à l'ancien conseiller municipal de Cayenne et figure emblématique du PSG.
Étienne Ribal est décédé en Guadeloupe en 2008, à l'âge de 91 ans. Son petit-fils, Jean-Bernard, ancien directeur de cabinet de Marie-Laure Phinéra-Horth et désormais conseiller technique chargé des questions liées aux collectivités locales et à la fonction publique au ministère des Outre-mer, avait fait le déplacement pour prendre part à cet hommage.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

kiki973 13.12.2014
Encore une fuite de gaz à l'école...

J'ai très souvent félicité Mme le Maire de Cayenne pour ses actions, son courage mais pas en cette occasion. J'ai même apprécié son père pour son travail en faveur des collèges. Il y a comme une odeur de népotisme mégalomane... Quant à Ribal qui remplace Pasteur ! A quand Toto Karam pour remplacer de Gaulle et Léon Bertrand à la place de Victor Hugo ?

Répondre Signaler au modérateur
Si y dous, di y dous 05.11.2014

"J'ai fais un rêve", j'ai rêvé que nos écoles et les bâtiments publics auront des noms de guyanais. Merci Mme le maire de Cayenne de mettre les GUYANAIS en avant.

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 05.11.2014

Stéphan Phinéra-Horth ? Un grand homme ? Euh... Il a fait quoi exactement ? Une découverte médicale ? Il a sauvé des dizaines de gens des rafles nazi ? Il est titulaire d'une record du monde ?
Non, rien de tout ça. On donne en exemple à la jeunesse de ce pays en exemple un homme dont le seul écho qu'il ait eu en dehors du département fut sa mise en examen pour favoritisme. Et qui, une fois battu s'est barré du département. Il n'y avait vraiment que sa fille pour lui trouver des qualités.

Répondre Signaler au modérateur
blackmackina 05.11.2014
Mégalomanie

je trouve ça un peut déplacer de donné a une école le non famille du maire actuelle.elle n'a qu'a rebaptisé une avenue a son nom aussi. MÉGALOMANIE QUAND TU NOUS TIENS

Répondre Signaler au modérateur
shabeen 05.11.2014
tout petit

Je crois qu'il y a tellement plus important à faire pour notre commune, que ces petites phrases blessantes, acerbes, vous vouliez quoi école Hollande, Sarkozy, Chirac?c'est toujours la même histoire nègre contre nègre. Mme le Maire vous avez raison, on sait tous qui tire les ficelles, et se sert du moindre sujet pour vous toucher, mais c'est du pipi de chat FENM KA PLIER MAIS PAS KA KASE, MAIRE CAYENNE CONTINUER OU TRAVAIL NOU KE OUYE EN DECEMBRE 2015

Répondre Signaler au modérateur
BonPom 04.11.2014

"Au nom de quelle moralité ne devrions-nous pas honorer des grands hommes au motif que leurs descendants ont des responsabilités politiques ? L'histoire ne retiendra de toute façon que leur oeuvre et leur nom."
FAUX ! En Guyane, les (mêmes ?) responsables politiques ont débaptisé l'aéroport du nom d'un glorieux général de la révolution qui s'illustra lors de la guerre d'indépendance US au nom de la confusion amenée par les actions peu glorieuses (!) de sa descendance ....

Répondre Signaler au modérateur
marsupilami 04.11.2014
Phinéra et son père.

mmmouais...Mme Le Maire, vous avez raison, on peut oublier que c'est votre père...Cependant, ce qui choque davantage, c'est de l'honorer ailleurs que dans l'école ou il est resté si longtemps directeur.... Ca reste un grand bohomme tout de même.

Répondre Signaler au modérateur
Palmitate 04.11.2014
Échanges de bon procédés

Exemple flagrant de népotisme ! ! !

Répondre Signaler au modérateur
A la une