• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Du rififi pendant le cross du collège Auguste-Dédé pousse des enseignants à débrayer

Jade Letard-Methon (j.letard-methon@agmedias.fr) Lundi 20 Juin 2022 - 19h41
Du rififi pendant le cross du collège Auguste-Dédé pousse des enseignants à débrayer
Le collège Auguste-Dédé est le seul du territoire à ne pas être en REP+. - JLM

Des faits de violences "peu courants", qui ont eu lieu dans ce collège de l'Ile-de-Cayenne, ont amené des membres du corps enseignant à réfléchir collectivement sur la meilleure façon de gérer ce genre de situation.

Ce lundi matin, le calme est revenu au collège Auguste-Dédé de Rémire-Montjoly même si on flaire dans les attitudes et les rires audibles un avant-goût de grandes vacances. En salle des professeurs, une vingtaine d'enseignants débrayent car ils sont soucieux des derniers faits de violence qui ont secoués l'établissement situé à proximité de la mairie.

L'élément déclancheur a lieu le mercredi 15 juin pendant les épreuves sportives du cross organisé par le collège ce jour-là. Un conflit latent entre deux élèves qui ont eu maille à partir aurait continué à s'envenimer pendant l'évènement qui a lieu autour de l'enceinte de l'établissement. L'une des protagonistes appelle un de ses parents qui vient sur place et prend à partie une des élèves. "C'est quand même étrange que ce parent considère qu'il doit venir régler ses comptes, s'en prendre à un mineur, profiter de cet espace", commente une de nos sources de l'équipe éducative. Un autre témoignage évoque plusieurs départs de bagarres en simultané. Dans ce capharnaüm ambiant, un professeur est frappé par un élève quand d'autres se font insulter. Il nous est rapporté que des enseignants qui tentent de calmer le jeu constatent qu'un ou plusieurs élèves détiennent des armes blanches.

D'ailleurs, alors qu'ils sont appelés par un parent d'élève, les gendarmes arrivent en milieu de matinée et interpellent un élève qui porte une arme blanche. Alors que certains enseignants ont l'impression que les faits s'éternisent, les forces de l'ordre - qui comptent deux patrouilles mobilisées - affirment que la tension est vite redescendue. Concernant le jour d'après le cross, on nous fait état d'un regain de tensions dans le collège. 
Pas de classement en Réseau d'éducation prioritaire
"Concrètement, le cross a été interrompu. Il y a quelque chose qui ne va pas chez certains élèves et chez ce type de parent qui a ce type de comportement." Dès le jeudi matin, l'idée d'une mobilisation fait son chemin chez certains profs qui en parlent de manière informelle. Toutefois, ils disent ne pas vouloir rajouter de l'huile sur le feu et préserver un climat d'apprentissage non-dégradé au vu des épreuves du brevet qui sont programmées le vendredi matin. Ceux qui sont intéressés évoquent donc un débrayage le lundi matin en salle des professeurs. Pour ceux qui participent à ce qui prend la forme d'une réunion où la direction est conviée, l'idée est de se retrouver pour parler des derniers faits de violence tout autant que ce qui s'apparente à une recrudescence d'évènements similaires qui sont loin d'être passés inaperçus.

"On est dépassés, on est pris de court parce qu'il y a eu toute une succession d'évènements anormaux qui ont entraîné cette situation." La réunion dure un peu plus d'une heure et demie mais à l'issue du mouvement, c'est le statu quo puisque, en dépit de la présence de la direction, on nous indique une évolution des moyens déployés peu probable. Et pour cause : Auguste Dédé est le seul collège de la Guyane à ne pas être en REP+ et de ce fait, il ne dispose pas des moyens logistiques et humains que l'on peut retrouver dans les établissements qui bénéficient de ce classement. D'ailleurs, les enseignants qui acceptent de nous dire quelques mots se décrivent comme "chanceux" : "habituellement, c'est plutôt calme."

Contactée, la direction de l'établissement s'est refusée à tout commentaire. Finalement, combiné à ce climat jugé "inadmissible" par certains membres du corps enseignant s'ajoute le souci de ne pas susciter l'inquiétude auprès des parents qui confient leur progéniture au collège. A l'approche des grandes vacances et de l'arrêt de l'année scolaire en cours, la situation devrait indubitablement se tasser mais qu'en sera-t-il dès la rentrée de septembre prochain ?
Le débrayage, qui a pris la forme d'une réunion, a duré un peu plus d'une heure et demi. - JLM

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Harold 25.06.2022

Comme d’habitude on pose un couvercle et on laisse la marmite chauffer jusqu’à ce que ça déborde !
Et tout ça au détriment des élèves et enseignants

Répondre Signaler au modérateur
den97300 23.06.2022

Je rejoins le commentaire précédent. Le collège AUGUSTE DEDE bien que se trouvant à proximité de la caserne de gendarmerie est un collège où la violence est beaucoup présente qu'ailleurs. Les parents ne sont pas avertis de ce qui s'y passe car il faut pour la direction maintenir cette impression que tout est sous contrôle, que tout se passe bien, que tout va bien alors que ce n'est pas du tout le cas. Ça explose ailleurs et on le sait, on le voir car la communication est de mise. Mais pas à DEDE. Les parents découvrent souvent via les réseaux ou leurs propres enfants ce qui s'est passé la veille ou la semaine d'avant. On fait semblant, on fait comme si mais en réalité, rien ne va

Répondre Signaler au modérateur
Véro973 22.06.2022
Paradoxe

Je ne suis pas sûre que ce collège soit si calme que cela. Les incidents se multiplient ces derniers temps (attaques au couteau, nombreuses bagarres et autres agressions à l’abord et dans l’établissement…) même si la presse n’en parle pas toujours.
Ce qui en fait un des collèges les plus violents de Guyane et paradoxalement, le seul qui ne soit pas en REP +.
Je pense que les parents doivent se mobiliser pour que cela change. Leurs enfants ont également le droit à la sécurité.
Il vaut mieux prévenir un drame que le constater.
Car au vu de la dynamique actuelle, dans cet établissement, le pire est malheureusement une certitude.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
2 commentaires
A la une