• Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Deux cents contrats d'avenir pour les activités périscolaires

Pierre-Yves CARLIER Vendredi 19 juillet 2013
Deux cents contrats d'avenir pour les activités périscolaires
L'enseignement s'arrêtera à 15 heures à la rentrée, à Cayenne. Des activités seront proposées aux enfants jusqu'à 16 heures. (photo d'archives)

Mardi, les élus ont discuté des moyens pour modifier le rythme scolaire à partir de la rentrée.

À la rentrée, le rythme des écoliers de Cayenne va changer. L'enseignement s'arrêtera à 15 heures et des activités leur seront proposées jusqu'à 16 heures. Mardi, le conseil municipal a discuté des moyens pour mettre en place ce changement.
La principale conséquence est l'embauche de deux cents contrats d'avenir, en plus des quatre cents agents communaux qui participeront.
Tous ne le seront pas d'ici la rentrée : les activités périscolaires ne sont pas obligatoires, le nombre d'embauches dépendra du nombre d'enfants inscrits. Il faut un encadrant pour dix-huit enfants en élémentaire et un pour quatorze en maternelle.
« DES EMPLOIS SANS AVENIR »
« Contrairement à d'autres collectivités, il n'y aura pas de quotas. Tous les enfants pourront s'inscrire. Si c'est le cas, il y aura besoin de recruter davantage » , précise Aurore Francius, directrice générale des services de la mairie.
Les personnes recrutées bénéficieront d'un contrat d'avenir d'un an, renouvelable deux fois. Ils effectueront dix-sept heures et demie de travail, payées au smic.
Comme ils ne consacreront que quatre heures de périscolaire, ils seront répartis entre les services de la mairie le reste du temps. « Nous allierons nos recrutements d'emplois d'avenir avec nos besoins de compétences au sein de la collectivité » , poursuit Aurore Francius.
Pour l'opposante Marie-Josée Laslie, « ce sont des emplois sans avenir » , condamnés à chercher du travail ailleurs après leur passage à la mairie.
Un avis partagé par Jean Parize, qui a multiplié les questions sur les conditions de travail : « Ces emplois d'avenir n'ont pas d'avenir, surtout au sein de la collectivité. »
- Un débat après l'heure
La décision a été prise il y a deux mois. Un point d'étape a été réalisé au rectorat la semaine dernière. Les discussions sur les moyens à attribuer pour modifier les rythmes scolaires à Cayenne se sont déroulées mardi. Le désormais conseiller d'opposition Jean Parize ne décolère pas contre le maire Marie-Laure Phinéra-Horth : « Pourquoi nous présente-t-on le rapport aujourd'hui, alors que votre décision est prise depuis longtemps ? (Le rythme scolaire) aurait pu faire l'objet d'un débat sur l'organisation, les activités... » Aurore Francius, directrice générale des services, lui a répondu que ce dossier était le problème du maire et des fonctionnaires : « Un comité de pilotage se réunit toutes les semaines avec les services concernés : sports, DSRU, culture, ressources humaines. Madame le maire a fait part de sa volonté d'expérimenter ce système avant 2014. » Pour l'opposant, « ce dossier aurait mérité un vrai débat, soit en commission, soit au cours d'une séance plénière dédiée. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire