France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
EDUCATION

Cayenne : l'école élémentaire Maxilimen Saba saccagée

Gaëtan Tringham (g.tringham@agmedias.fr) Vendredi 5 Août 2022 - 12h12

Cette semaine, l'école élémentaire Maximilien Saba a été dégradée trois fois en trois jours. La ville de Cayenne a convié les médias afin que l'on constate les dégâts. Si le phénomène des écoles vandalisées n'est pas nouveau, les dégradations de cette semaine sont particulièrement visuelles et choquantes.

Les couloirs de l'école Maximilien Saba ont été particulièrement atteint. De la peinture a été répandue de partout.

Des vitres ont été brisées de manière à ce que les auteurs atteignent de nouvelles salles à détruire.

Le cadre de Maximilien Saba, mis en avant dans l'école, n'a pas été épargné.

Une salle particulièrement ravagée.

Ces escaliers montent vers un étage, lui aussi atteint.

Des feuilles jetées de partout à l'extérieur.

Des élus et employés de la ville de Cayenne se sont rassemblés pour constater les dégats.

Un système d'alarme également détruit.

Les couloirs de l'école Maximilien Saba ont été particulièrement atteint. De la peinture a été répandue de partout.
Des vitres ont été brisées de manière à ce que les auteurs atteignent de nouvelles salles à détruire.
Le cadre de Maximilien Saba, mis en avant dans l'école, n'a pas été épargné.
Une salle particulièrement ravagée.
Ces escaliers montent vers un étage, lui aussi atteint.
Des feuilles jetées de partout à l'extérieur.
Des élus et employés de la ville de Cayenne se sont rassemblés pour constater les dégats.
Un système d'alarme également détruit.
 Ils n'ont pas fait dans le détail. "Cette fois, s'en était trop", peste Covis Klébert directeur opérationnel des services techniques de la ville de Cayenne.
À trois reprises cette semaine, l'école élémentaire Maximilien Saba a été saccagée à un niveau rarement égalé. Couloirs, préau, salles renversées, vitres cassées, boite aux lettres, robinets : tout y est passé. Et la peinture répandue tout autour des murs n'aura pas l'honneur de valoir un Picasso.

C'est en revanche plusieurs milliers d'euros qui vont devoir être déboursés pour réparer les dégâts constatés. 45 000 euros pour repeindre par-dessus les dégradations. Quant au reste des travaux, les devis n'ont pas été finalisés, mais ils sont déjà estimés à un minimum de 80 000 euros par les services techniques.

"L'établissement, ils le connaissaient par cœur"
Lors de la visite de ce jour, les personnes présentes ne s'avançaient pas trop sur les responsables de cette action. Mais c'est une histoire qui se répète dans les écoles élémentaires de Cayenne. Onze d'entre elles ont été victimes d'actes de vandalisme au cours de ces dernières années. "Ce sont les dégâts les plus impressionnants que j'ai vu", avoue tout de même Erick Saha, délégué au travaux dans les écoles de la ville de Cayenne. De son côté, Covis Klébert concède : "Ce sont souvent des anciens de l'établissemment en question à l'origine de ces actes". Des jeunes de moins de 15 ans pour la plupart. 

"Ils savaient pertinemment ce qu'ils faisaient. L'établissement, ils le connaissaient par cœur; surenchérit Erick Saha. Ils sont passés du côté où il n'y avait pas de caméra de surveillance. Ils savaient où se trouvait la peinture dans l'école."

La police nationale est en charge de mener l'enquête. Les résidences d'en face surplombent la cour de l'école et auraient vraisemblablement pu observer ou entendre les faits.

Depuis, un dispositif de gardiennage 24h/24 a été mis en place, annonce Christian Faubert, 1er adjoint de Cayenne.

La rentrée décalée ?
La rentrée est, quant à elle, remise en question. Les élus précisent tout de même qu'ils feront en sorte de mobiliser les entreprises pour qu'elle se déroule comme prévu. "Si nous devons décaler le retour en classe pour finir les réparations, les personnes concernées seront tenues au courant à temps", informe encore Christian Faubert.

Signe de ce fléau constant, alors que nous sommes en train de finir le tour de l'école, Covis Klébert reçoit un message annonçant que l'école Mortin a, elle aussi, été impactée par cette vague de vandalisme la nuit passée. La plomberie, le réfectoire et des salles de classes ont été dégradés.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

phi 06.08.2022
laxsime

on a tellement surprotegés nos chers bambins !! plus de giffles ! plus de reprimandes ! plus de fessés !
voila le resultats !

Répondre Signaler au modérateur
Katchopine 05.08.2022
Je m étonne !

Je m'étonne que dans ce quartier où il y a tant de vie , personne n ait rien vu , rien entendu !
Tous complices !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
A la une
1 commentaire