• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

Appel à la grève dès lundi au lycée Félix-Éboué

P.R. Jeudi 24 Septembre 2020 - 11h38
Appel à la grève dès lundi au lycée Félix-Éboué
L'entrée du lycée Félix-Eboué, à Cayenne

Les syndicats enseignants du lycée Félix Eboué à Cayenne (Sud-Education, SNES-FSU et SE-UNSA) ont déposé un préavis de grève pour lundi 28 septembre afin de protester contre la « dénonciation brutale et sans préavis des contrats de travail de trois de (leurs) collègues A.E.D. en cette rentrée 2020 »

 Rentrée mouvementée au lycée Félix-Éboué, à Cayenne. Et cette fois, ce n’est pas (entièrement) à cause du Covid. Dans un mail adressé à la rédaction de France-Guyane, les syndicats enseignants de l’établissement dénoncent ainsi le « mépris » avec lequel auraient été traités leurs collègues assistants d’éducation (AED). Trois AED, que les syndicats décrivent comme « des piliers du Lycée Félix Eboué » auraient en effet vu leur contrat non renouvelé depuis la rentrée.

« Leur travail contribue grandement au climat scolaire serein et à la qualité de l’encadrement de nos élèves et étudiants », argumentent les syndicats, qui demandent donc au proviseur du lycée de prendre « des mesures immédiates ou d’alerter les autorités compétentes, afin que leurs contrats soient rétablis au plus vite et qu’ils soient réintégrés sans délai ».

Claire Ngwete Freymann, professeur, représentante Sud Education explique :
« D’une part, nous n'avons pas d'infirmière pour protéger la santé des élèves, l'infirmière titulaire étant absente et non remplacée. C'est donc sur la vie scolaire que repose présentement la tâche de gérer les élèves souffrants et de veiller au respect du protocole Covid. Aucune solution n'a été proposée par le rectorat.

D'autre part, 2 surveillants (AED) ont été licenciés en fin de semaine dernière au prétexte qu'ils ne respecteraient pas les conditions de diplôme requises pour occuper leur poste. Ces personnels sont en poste au lycée depuis plusieurs années. Nous demandons une dérogation et régularisation de leur statut, ainsi que leur réintégration immédiate. L'équipe vie scolaire assume actuellement des responsabilités très lourdes, avec un effectif amputé. Les enseignants affirment leur solidarité totale. C'est la sécurité des élèves qui est négligée.

Enfin, notre informaticien, qui était embauché sur un contrat AED, a également été licencié à la rentrée au prétexte qu'il ne possède pas les diplômes requis. Ce monsieur travaille à Félix depuis 2017 et a remis sur pied à lui seul le réseau informatique du lycée. Son absence aura forcément des conséquences sur le fonctionnement des enseignements. Son remplacement rapide par une personne plus diplômée est très improbable, car ses compétences sont rares sur le territoire. 
»



Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Ta race Boulba 24.09.2020
Encore nos amis du rectorat !

Mais quand est ce que les planqués du rectorat laisseront les établissements fonctionner normalement ?
La moitié des grèves dans l'éducation sont dues à des décisions stupides prises dans les bureaux bien climatisés du rectorat.

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 25.09.2020

Ces bureaux où des gens parfois en tongs se plaignent que des profs viennent le mercredi après midi en short ?

Répondre Signaler au modérateur
ubuntu 24.09.2020

(pour redresser la France) Faudra-t-il enfin employer des sous-diplomés compétents plutôt que des diplômés trop souvent incompétents ?

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 24.09.2020

Soupçonnez plutôt derrière cette histoire une atteinte (que l'on peut regretter ou non selon sa sensibilité) au copinage et aux passe-droits créoles : combien d'incompétents et de non-diplômés lézardent en Guyane sur des sinécures qu'ils considèrent comme un dû ad vitam.
Cette année le Rectorat a choisi de donner quelques coups de pieds dans ces fourmilières.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 29.09.2020

La représentante syndicale, Claire Ngwete Freymann (a priori non créole) défendrait donc les passe-droits de créoles "incompétents" qui "lézardent"…en contestant le renvoi de ces assistants d'éducation. Ce genre d'irruption systématique du préjugé-dénigrement ethno-culturel, ben ça suinte un peu quelque chose…

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
3 commentaires
A la une