• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ECONOMIE

Une année "résiliente" pour le Grand Port Maritime

Michel LE TALLEC Mardi 12 Octobre 2021 - 11h56
Une année "résiliente" pour le Grand Port Maritime

Vracs solides en forte hausse, hydrocarbures et roulier en recul, stagnation des conteneurs à l’import, c’est le bilan 2020 du port de Degrad-des-Cannes, qui doit aussi gérer le dossier de la grue endommagée, toujours en cours.

 Résilience. Le terme ne pouvait pas être mieux choisi par les responsables du GPM (Grand Port Maritime) de Guyane pour, en terme de bilans, qualifier l’année écoulée. Résilience, car la pandémie mondiale et son corollaire immédiat, la crise des conteneurs, ne pouvait pas ne pas toucher le site de Degrad-des-Cannes.

Mais résilience aussi, car si l’on se réfère au rapport d’activité 2020 rendu public ce jour, le GPM a en effet réussi, et tant bien que mal, à encaisser le choc. Les chiffres sont là pour le prouver : le trafic global de l’année 2020 se situe, tous frets confondus, à 838 325 tonnes, soit une petite hausse sur 2019 de 2,37 %. Avec certes des disparités : si les vracs solides (clinker et gypse pour la fabrication du ciment local) font un bond en avant de 24,2 %, les vracs liquides (hydrocarbures et méthanol) enregistrent un petit recul de 2,3 %, plus faible néanmoins que celui du fret roulier (véhicules, engins…), en chute de 10%.

On l’aura compris, ces deux types de frets (vracs liquides et roulier) ont été directement touchés par les conséquences de la pandémie, le premier en raison de la baisse du trafic routier, confinements et couvre-feux obligent, le second par le net ralentissement de la production des grandes firmes automobiles européennes et asiatiques.

Considéré comme un fret à forte valeur ajoutée, le trafic des conteneurs signe une petite hausse de 6,2 %, avec un flux enregistré de 63 480 EVP (1). Mais il convient de nuancer : cette hausse est essentiellement dûe au rembarquement des conteneurs vides (+ 16,49 %), tandis que le trafic des pleins (à l’import donc) recule de 1,06 %.

Côté budgétaire, recettes et dépenses de fonctionnement s’équilibrent à peu près (23,42 millions d’euros pour les premières, 21,22 millions d’euros pour les secondes). Notons, et ce ne sera une surprise pour personne, la part importante du budget consacré au dragage du Mahury, près de 8,5 millions d’euros, soit 40 % des dépenses de fonctionnement du GPM.

Rappelons enfin que le port de Degrad-des-Cannes est engagé dans un projet stratégique de développement, qui court jusqu’en 2023, crédité d’un budget de 150 millions d’euros. Prévu, entre autres, pour doter le site de structures de chargement et déchargement adaptées (grues, terre-pleins remaniés, rails..), ce projet, qui suit son cours, a été malheureusement pénalisé par la chute accidentelle, le 24 juin dernier, d’une des deux grues commandées à un consortium franco-chinois.

Près de quatre mois après l’accident, le dossier des éventuelles réparations et compensations est toujours entre les mains des experts et des assureurs.

© Alexandre Clair

(1) : Equivalent Vingt Pieds, l’unité internationale de mesure du trafic conteneurisé, soit des conteneurs de 6 m de long.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

g6d 12.10.2021

Avec l'UTG et les Komités en embuscade pour trouver un prétexte pour bloquer le port, et saboter l'économie guyanaise en très mauvaise santé. Je note que la Guyane n'exporte rien de remarquable puisque cet article ne parle que de produits importés.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
13 commentaires
6 commentaires
1 commentaire
2 commentaires
A la une
8 commentaires