• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Pêche illégale

Un navire de pêche dérouté par la marine nationale puis détruit par la DGTM

La rédaction Mercredi 3 Août 2022 - 12h47
Un navire de pêche dérouté par la marine nationale puis détruit par la DGTM
Le navire brésilien Guerreiro defe a été dérouté par les marins du patrouilleur léger La résolue, jeudi 28 juillet. - Marine nationale

Un navire de pêche brésilien surpris dans nos eaux pour la énième fois a été dérouté par la marine nationale puis déttruit par la DGTM après une décision de justice.

  Jeudi 28 juillet, le navire de pêche brésilien Guerreiro Defe a été dérouté en direction du port du Larivot par les marins du patrouilleur La Résolue.
   Surpris en action de pêche illégale, et ayant déjà fait l'objet de plusieurs contrôles par le passé, ce navire récidiviste a fait l'objet d'une saisie par les services de l’État. Le juge des libertés et de la détention de Cayenne a ensuite ordonné sa destruction.
  Le capitaine du navire, placé en garde à vue dès son arrivée à quai, a été auditionné pendant 24 heures. Il devrait passer très prochainement devant le tribunal correctionnel.
   Dans l'Ouest, les forces armées en Guyane (FAG), les affaires maritimes et l'Office français de la biodiversité (OFB) ont arraisonné huit embarcations étrangères ayant permis la saisie de 16,5 tonnes de produits de la pêche capturés sans autorisation.
  Ces opérations répondent aux inquiétudes des pêcheurs professionnels et amateurs qui constatent une présence accrue de pêcheurs illégaux comme dans ces reportages de Guyane la 1ère (à lire ici et ici).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Georges de Cayenne 04.08.2022
Et les torpilles ?

Il faut déclarer à guerre à ces navires pirates et les torpiller après 3 coups de semonce ! Le problème sera vite réglé !

Répondre Signaler au modérateur
jéjé76 03.08.2022

La lutte contre la pêche illégale n'est qu'une question de volonté politique . Pourquoi nos patrouilleurs ne sortent que si rarement ? Pourquoi les baser à Kourou et non à Saint-Laurent ?
Ils se cachent dans la mangrove , et l'état Français n'a pas les moyens techniques et financiers d'aller les cueillir ??? Nos voisins rigolent bien de nos " forces de l'ordre " , et ils ont bien raison , nos gouvernements successifs , nos préfets à répétition , tous des incapables ... Et nos élus locaux ? Pas très virulents !!! Et encore moins efficaces !!! Nos deux nouveaux députés qui devaient remuer ciel et terre ont gouté aux dorures des palais parisiens , sont devenus comme les autres , des fruits pourris !!!

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 04.08.2022

Question de pognon… Police, justice, hôpitaux,…en pénurie de moyens et sous-effectif chronique dans l’hexagone. La Guyane lointaine, n’est donc pas une priorité en terme de dépenses régaliennes. Peu de moyens, donc peu d’efficacité…Sauf évidement à fantasmer sans vergogne sur un changement de cadre, autorisant le rétablissement de ces si vertueuses «normes premières», psalmodiées par quelques vagues exaltés. Pour rétablir par exemple des normes primitives d’intervention intrinsèquement bien plus économes et efficaces, tel le tir à vue par exemple (hein, JayJay). L’illumination des exaltés résidant aussi au passage, dans le fait de croire que la France consentirait à ce genre d’abaissement de son standard de civilisation. Les députés auront beau s’exciter sur le banc de l’assemblée, la mère patrie ne lâchera donc pas si facilement le pognon et elle ne reniera pas pour autant ses valeurs.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
A la une
1 commentaire