• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
VOYAGES

Testés au départ et à l'arrivée... Le calvaire des voyageurs Guyanais

Pierre Rossovich Samedi 26 Juin 2021 - 15h52
Testés au départ et à l'arrivée... Le calvaire des voyageurs Guyanais
Des files d'attente à n'en plus finir à l'arrivée... En cause : les tests imposés aux voyageurs en provenance de Guyane. - P.R.

 Ce mercredi 23 juin, Air France inaugurait la ligne Félix-Eboue/Roissy-Charles De Gaulle. Un vol qui s'avéra être un long calvaire pour certains de ses passagers. Récit :

 Pour débuter, Air France demande à ses passagers d'arriver à l'aéroport de Matoury 4h avant le vol, prévu à 21h30 ce mercredi 23 juin, "en raison d'une forte affluence". Sur place chacun y décline les résultats de son test PCR de moins de 48h ainsi que ses motifs impérieux, qui restent obligatoires pour prendre l'avion depuis le début de la crise sanitaire.

Regroupement familial, voyage d'affaires, rendez-vous médical... Les motifs autorisés sont finalement assez larges et la police aux frontières pas très regardante. Et tant mieux : devant l'affluence, l'examen minutieux de chaque cas entraînerait rapidement d'importants retards.

Finalement, les formalités se passent plutôt bien, si ce n'est que l'avion qui devait décoller à 21h30 décollera à 22h. Après un vol sans encombre dans un Boeing 777-300 ER très moderne, c'est à Roissy que les choses se compliquent pour les Guyanais. À bord de l'avion, la plupart des passagers redoutent de devoir à nouveau se faire tester.

Une fois arrivés à Paris, plusieurs passagers ont manqué leur correspondance en raison de l'attente pour les résultats. - P.R.


Premièrement parce que tous ont en main un test négatif datant de moins de 48h, comme imposé. Un nouveau test leur semble donc plus qu'accessoire. Surtout, beaucoup sont en correspondance et craignent de rater leur avion. C'est ce qu'il arrivera à la plupart des passagers ici... La faute à une désorganisation indigne du plus grand aéroport français qu'est Roissy-CDG.

Cette impression qu'ont certains Guyanais d'être des pestiférés est latente ce jour-là à CDG. Une fois débarqué du terminal E, des agents vous demandent votre provenance. "Cayenne ? Par ici svp". Chaque passager passe au test antigénique. Vacciné ou pas, même sentence. Le test est assuré par des bénévoles de la Croix Blanche. Après avoir rempli une nouvelle fiche de renseignement associée à un code QR, on vous dirige vers une file, selon que vous soyez vacciné ou non.
Inégalité de traitement
Bien entendu, la majorité des personnes qui sont montées dans l'avion à Cayenne sont vaccinées. La file des vaccinés est ainsi bien plus étoffée que celle des non-vaccinés. Les deux files allant de toutes façons au même endroit. Plus d'une heure plus tard, les résultats sont obtenus. Si ceux-ci sont négatifs, vous êtes libre ! Ouf !

Cette impression qu'ont certains Guyanais d'être des pestiférés est latente ce jour-là à CDG. - P.R.


Mais ce jour-là nombre de voyageurs en transit ont raté leur correspondance pour Nantes, Lyon, Toulouse ou Bordeaux... Arrivés à l’aéroport à 11h, Étienne* et ses trois enfants seront "déplacés" sur le vol de 22h... avec pour seul geste commercial de la part d'Air France un avoir de 15 euros par personne à dépenser dans l'aérogare. Même sentence pour Patrick* et sa fille de six ans en correspondance pour Nantes.

La compagnie aérienne se dit non responsable de ce retard imposé aux voyageurs par l'aéroport de Paris, qui obéit aux mesures gouvernementales... Une mesure de test qui semble injuste à certains : les Guyanais sont "fragiles" du fait de leur proximité avec le Brésil et du variant brésilien. Pourtant, les voyageurs en provenance directe du Brésil ne sont pas soumis aux mêmes rigueurs administratives une fois arrivés à Paris*... Au final, nos voyageurs auront tout de même subi un trajet de plus de 24h pour arriver à leur destination finale. Une gabegie inadmissible pour beaucoup.

*Prénoms modifiés
*Contactée à ce sujet, la préfecture de Guyane précise que le Brésil étant un pays classé "rouge", les voyageurs en provenance d'un des aéroports du pays et à destination de l'hexagone doivent s'engager sur l'honneur à accepter qu'un test soit réalisé à leur arrivée à Roissy. A noter que ce test, pour les voyageurs guyanais, apparaît comme obligatoire à l'aéroport, comme le montre cet article. 

À LIRE AUSSI : La Guyane reliée à Roissy Charles De Gaulle dès ce mercredi

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 28.06.2021
Faux pas se laissez faire!

Pourquoi les Guyanais sont encore traité comme des citoyens de segonde zone? Faux pas se laissez faire ou l'etat francais ne nous respectera jamais... Les Antillais eux ils se laisse pas faire et ya qu'a voir le developpement chez eux et chez nous...

Répondre Signaler au modérateur
denisfaure 26.06.2021

c'est exactement le même traitement qu'a Orly et tous les passagers sont prévenus bien à l'avance de ce qui les attend à l'arrivée.

Répondre Signaler au modérateur
francoisrob 26.06.2021
Scandaleux

D'autant que depuis le 21 juin, les tests à l'arrivée ont été supprimés pour les passagers vaccinés. Et pourtant, encore ce matin, tout le monde y a droit!

https://outre-mer.gouv.fr/sites/default/files/deplacements_11_territoires_converted2_0.png

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire