• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ECONOMIE

Sommet Pétrole & Gaz au Suriname : 30 milliards de barils attendus

Eric GERNEZ, à Paramaribo Vendredi 1 Juillet 2022 - 14h00
Sommet Pétrole & Gaz au Suriname : 30 milliards de barils attendus

30 milliards de barils attendus. C'est l’annonce retentissante faite hier par Glenn Corrie, vice-président offshore de Staatsolie, la société pétrolière du Suriname.

 Le sommet consacré à l’industrie des hydrocarbures s’est terminé hier au Suriname. Intitulé ‘’Suriname open for buisness’’, son objectif était de permettre un moment de communication faisant le point sur ce secteur au Suriname et motiver les investisseurs futurs à s’impliquer dans le développement de l’industrie du pétrole et du gaz.
180 millions de barils confirmés.
Rassemblant un large éventail de spécialistes du secteur qui ont animé les conférences, ces deux jours ont permis de présenter tous les aspects du développement de la prospection et des futures, mais désormais très proches, phases d’extraction.

La semaine dernière, APA Corporation et TotalEnergies ont annoncé qu’un total d’au moins 180 millions de barils de pétrole récupérables ont été identifiés dans le puits Krabdagu-1 du fameux bloc 58.

Les récentes découvertes de pétrole au Suriname dans le bloc 58 estiment le volume de ressources récupérables à plus de cinq milliards de barils de pétrole. Mais ce nombre n’est qu’une infime fraction de ce que l’on croit être détenu dans le bassin du Suriname. Nous ne sommes, il faut bien le comprendre, qu’au tout début d’un énorme bouleversement économique.
Sur les traces du Guyana
Au Guyana voisin, ExxonMobil a déjà démontré onze milliards de barils de pétrole récupérable et la production a déjà commencé. Avec ses revenus pétroliers, le Guyana est actuellement l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde avec une croissance de 46%.
Potentiel de 30 milliards de barils
« Environ trente milliards de barils de réserves de pétrole récupérables se trouvent dans le bassin, dont nous n’avons pas encore compris l’ampleur. C’est là, la véritable opportunité pour les activités futures », a déclaré Glenn Corrie, vice-président de Staatsolie offshore. Il précise aussi, qu’actuellement, seulement 40% des espaces offshore ont été offerts à l’exploration. D’ici la fin de l’année, les autres ‘’blocs’’ seront mis aux enchères.


Et le gaz…
Après la mise aux enchères des concessions dans la zone des grands fonds marins cette année, les concessions en eau peu profonde seront mises sur le marché l’année prochaine. Selon Corrie, les investisseurs « ne devraient absolument pas manquer » cette opportunité. En plus d’énormes quantités de pétrole, il y aurait une énorme réserve de gaz au large des côtes. Le potentiel gazier du Suriname est estimé, lui aussi, à plus de trente milliards de mètres cubes.

Cette conférence a connu un énorme succès de participation, c’est d’ailleurs le plus grand événement organisé par l’hôtel Torarica, depuis sa création, il y a près de soixante ans. A cette occasion, de nombreux travaux de rénovation ont été effectués dans la ville. Ils continuent d’ailleurs, pour accueillir les délégations qui vont participer au forum de la Caricom, à partir du 4 juillet.


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 04.07.2022
et Guyane?

comme par hazard tout les pays autour ont du petrole et pas Guyane? Et Total devait pas faire des recherches au large de la Guyane? Fou comme meme toutes les ressources de notre pays qui sont pas exploiter (or, pierre precieuse, petrole ect...). Si seulement on pouvait recuperez tout sa, on serait aussi riche que "brunei", "dubai" ect (je rigole pas).

Répondre Signaler au modérateur
toniokila 04.07.2022
Pas de chance

Comme par hasard, il y a du pétrole partout: Surinam, Guyana, Vénézuela, Brésil... sauf chez nous!!
Il est vrai que nous (français-européens et que sais-je encore), nous avons les moyens de payer le litre d'essence à plus de 2€

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
4 commentaires
A la une
1 commentaire