France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Salon du tourisme : une 21e édition aux contours contrastés

Lundi 15 avril 2019
Salon du tourisme : une 21e édition aux contours contrastés
Le stand Vani Croisière a reçu le prix du meilleur accueil et Bon Ti Koté, celui du plus beau stand, voir en une du journal - Angelique GROS

Le salon du tourisme a permis cette année encore de présenter avec succès les nouvelles offres touristiques aux 9 864 spectateurs venus pour l'occasion même si certains opérateurs ont joué la carte du stand fantôme ont l’ont tout simplement boycotté. Retour sur les temps forts du salon et ses nouveautés.

Nouveaux produitset valeurs sûres

Il y a ceux que l’on voit au Salon depuis des années comme Jacques Riché et ses sorties à Kaw, Tropic Alizées ou encore Locapirogue et des nouveaux comme Niakrafting (lire par ailleurs). On retrouve aussi des concepts innovants présentés par Bon Ti Koté comme le carbet flottant l’Oxygène qui propose des balades sur la Comté jusqu’au village Favard ou jusqu’aux cascades du Fourgassier et les habitués comme le Blues road carbet. Cette année encore, les agences de voyages enregistrent de très bons chiffres de fréquentation. « On a doublé nos réservations par rapport à l’année dernière », indique Nicole Vaïti, responsable de Vani Croisière. Avec 9 864 entrées, cette 21e édition du Salon du tourisme enregistre un record dans la décennie et se rapproche un peu plus des chiffres d’avant 2010.

Lancement de Valeurs Parc naturel régional

L’oiseau de Paradis, à Sinnamary et le Samana, à Mana, ont été labellisés samedi Valeurs parc naturel régional. Cette nouvelle marque du parc naturel régional de Guyane (PNRG), dont les valeurs s’appuient sur l’humain, le respect de la biodiversité et l’intégration dans le paysage, labellisera des hébergements, restaurants, artisans, agriculteurs et opérateurs de loisirs. L’ensemble des labellisés sont consultables sur le site parcs-naturels-regionaux.fr/consommer-parc.

Pleins feux sur le guide du Routard Guyane

Le premier guide du Routard de Guyane, sorti en début d’année a été l’un des incontournables de ce salon. Son auteure, la journaliste Hélène Duparc, en a assuré la présentation samedi. Sans critiquer la qualité de l’ouvrage, Philippe Boré, éditeur du guide de Guyane, s’est fendu d’un communiqué pour dénoncer « qu’une partie conséquente du budget alloué dans le cadre de l’Accord de Guyane, ait été attribué au géant de l’édition, le Groupe Hachette. » Philippe Boré, explique que « ce nouveau concurrent met très sérieusement en question la pérennité de mon entreprise à tel point que je ne n’envisage plus vraiment de réédition fin 2020. »

Des visas gratuits pour les touristes surinamais

Afin de favoriser le tourisme entre le Suriname et la Guyane, l’ambassadeur Franck Joly, délivre depuis plusieurs mois des visas gratuits a tous les clients surinamais qui passent par une agence de voyage. « Les agences remplissent un formulaire et prennent la responsabilité de nous garantir que leur client a acheté une prestation touristique en Guyane. » Les agences de voyages guyanaises seront en mesure de garantir la gratuité du visa à leurs clients surinamais elles aussi dans les prochaines semaines. Le visa n’est valable que pour la Guyane et les Antilles et sa durée est limitée à celle de la prestation. L’ambassadeur devant être remplacé d’ici 2020, le président du club des hôteliers François Du Boulay, reste sceptique quant à la longévité de ce dispositif.

Angélique GROS

Dario Anatole, président de l'association Wakeboard club Kourou - Angelique GROS
Valérian Augnacs, directeur de Niakrafting - Angelique GROS
«  On a lancé notre activité »

« On a lancé notre activité de rafting depuis six mois à saut Maripa, à Saint-Georges. On a des créneaux le matin et l’après-midi, il suffit de réserver sur notre site. Pour participer, il suffit juste d’avoir plus de 8 ans et de savoir nager ! »

Valérian Augnacs, directeur de Niakrafting - Angelique GROS
Valérian Augnacs, directeur de Niakrafting - Angelique GROS
« Des activitéset des stages »

« On propose du wakeboard principalement mais aussi de la bouée tractée, du paddle, des promenades sur le fleuve et du canöé gonflable.

On organise des activités au moins un week-end sur deux et des stages pendant les vacances scolaires. »

Dario Anatole, président de l'association Wakeboard club Kourou - Angelique GROS
Dario Anatole, président de l'association Wakeboard club Kourou - Angelique GROS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

mikeromeo 15.04.2019

Donc en gros, on avait un guide Guyane produit localement et on a filé de l'argent public pour qu'un groupe international en fasse un concurrent. Et après on pointe l'absence d'initiative privé en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
josy 15.04.2019
Bof

Il y a bien mieux ailleurs en toute sécurité et moins cher !!!!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
1 commentaire
A la une