France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Pourquoi Vega a explosé en plein vol

Vendredi 13 Septembre 2019 - 03h25
Pourquoi Vega a explosé en plein vol
Le satellite que Vega devait mettre sur orbite ce 10 juillet, avait pour objectif d’aider Abou Dhabi à connaître plus précisément ce qui se passe dans le détroit d’Ormuz et chez ses proches voisins / photo d'illustration AFP / CNES / ESA / ARIANESPACE / P. PIRON - HANDOUT

Le soir du 10 juillet, la fusée Vega a explosé deux minutes après son lancement, entraînant la perte du satellite qu’elle transportait. Arianespace et l’ESA ont alors mis en place une Commission d’enquête indépendante afin d’expliquer cet échec. Son rapport vient d’être rendu public.

Après des suppositions diverses et variées, allant même jusqu’à soupçonner une tentative d’espionnage, les conclusions techniques sont tombées et les causes de l’échec du dernier lancement de la fusée Vega sont désormais connues. Pas de malveillance donc, mais un moteur défaillant : le moteur Z23 du deuxième étage. Après 130 secondes de vol, c’est cette défaillance qui a conduit à la perte du satellite d’observation militaire des Émirats arabes unis, le Falcon Eye-1. Cette faiblesse technique a entraîné la rupture du lanceur en deux parties principales : le moteur Z23 et un ensemble composé de la coiffe, du satellite, de l’adaptateur de vol, de l’AVUM, et de l’étage Zefiro 9. Cinq secondes après cette rupture, la trajectoire de la fusée a commencé à dévier, obligeant le centre de contrôle à émettre un ordre de neutralisation. Le rapport de la commission évoque un problème thermo-structural dans le dôme avant du moteur Z23.

Suspense intenable

Les Kourouciens se souviennent bien du contexte particulier de cette soirée du 10 juillet : le lancement de la fusée Vega avait été reporté depuis cinq jours successifs, à cause de vents violents dans le ciel guyanais. Un suspens intenable pour les acteurs du CSG mais aussi pour tous les corps de métiers impliqués à l’occasion de chaque départ de fusée. Finalement, l’autorisation de décollage était donnée, pour ce sixième lancement depuis le début de l’année 2019. Vega, le plus petit lanceur de la gamme d’Arianespace, devait alors placer sur une orbite à 611 kilomètres d’altitude, le satellite de reconnaissance optique Falcon Eye 1, construit par Airbus Defense and Space et Thales Alenia Space, pour le compte de l’Armée des Émirats arabes unis. Mais après seulement deux minutes de vol, au moment de l’allumage du deuxième étage, une « anomalie » était apparue sur le lanceur, entraînant la fin prématurée de la mission. Suite aux conclusions de son rapport, la commission d’enquête a émis deux recommandations avant de pouvoir procéder au prochain lancement de la fusée Vega prévu en 2020 : établir un plan de vérification comprenant des analyses détaillées complémentaires au rapport et procéder à des essais suivis d’actions correctives portant sur les sous-systèmes, les processus et les équipements concernés. De nouvelles investigations sont donc à prévoir, ce qui laisse à penser à certains spécialistes qu’un retour en vol d’ici sept mois comme annoncé est très peu probable.

Aurélie PONSOT

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
Une

Xavier Harry récompensé à New York

FXG à Paris - Lundi 21 Octobre 2019