France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Politique : Antoinette s'attaque au monopole d'Air France

K.A / P.R. Jeudi 19 Septembre 2013 - 15h18
Politique : Antoinette s'attaque au monopole d'Air France
Depuis qu'Air Caraïbes a décidé de ne plus assurer la liaison Guyane/Antilles, Air France se retrouve en "situation d'abus de monopole".

Le Sénateur Jean-Étienne Antoinette a interpellé le ministre des Outre-mer Victorin Lurel sur la cherté des billets d'avion, en évoquant la position "monopolistique" d'Air France en Guyane, subie par les consommateurs.

Début mai, Jean-Étienne Antoinette, Sénateur de Guyane et maire de Kourou, interpellait Victorin Lurel, ministre de l'Outre-mer sur la question de la continuité territoriale et la liaison Antilles-Guyane.

"Air France est désormais en situation d'abus de monopole" en ce qui concerne la desserte Antilles-Guyane, rappele Antoinette, ajoutant que sur "une distance comparable et à une période identique", la liaison entre "deux métropoles européennes" revenait à des "prix inférieurs de 20 à 25 %".

Le Sénateur maire pointe également la composition du prix des billets d'avions, qu'il juge peu lisible.

Victorin Lurel a répondu au Sénateur maire la semaine dernière, rappelant que le fond de la continuité territoriale "finance des aides aux particuliers", selon leur besoin : passeport mobilité études, mobilité formation professionnelle etc.

Pas convaincu par la réponse du ministre des Outre-mer, Antoinette compte maintenant interpeller le ministre en charge des Transports, Frédéric Cuvillier.

Après le député Nilor en avril dernier, Jean-Étienne Antoinette compte à son tour interpeller le ministre des Transports sur la cherté des billets d'avion dans les DOM. -

LE MINISTRE DES TRANSPORTS DÉJÀ INTERPELLÉ
En avril dernier, le député martiniquais Jean-Philipe Nilor apostrophait déjà le ministre des Transports : "malgré le passeport mobilité et la dotation territoriale, les dispositifs sont largement insuffisants. [...] Le prix d'un billet d'avion Fort-de-France/Cayenne constitue un frein à l'émergence de relations transversales. [...] À quand de réelles obligations de service public instituant des tarifs réduits pour les étudiants et personnes âgées, instaurant un prix plafond en haute saison et créant comme pour la Corse un billet territorial annuel pour tous nos ressortissants ?".

Dans sa réponse au député martiniquais, Frédéric Cuvillier, avançait que le prix d'un vol Cayenne/Fort-de-France n'était pas plus élevé que « les prix pratiqués en Europe continentale sur des distances de même importance ». Une rapide vérification permet pourtant de contredire le ministre. Un vol Air France Paris/Lisbonne (1 453 km) en classe économique pour un adulte coûte environ 220 euros, en période normale. Dans les mêmes conditions, un billet Cayenne/Fort-de-France (1 469 km) coûte environ 530 euros, soit plus du double, sans sortir du territoire français.

Sur cette somme de 530 euros, Air France encaisse 385 euros. Les 150 euros de taxes restant contiennent la surcharge carburant ; la taxe d'aéroport (aller et retour) ; la redevance passager ; la taxe d'embarquement et la taxe de solidarité (voir encadré ci-dessous).

Pour Air France, ce comparatif n'est pas révélateur car la « structure des coûts » n'est pas la même. « Les taxes sont différentes, ainsi que les salaires des personnels en Europe. »
L'INFLUENCE DU PRIX DU KÉROSÈNE

Dans le cadre de la loi contre la vie chère, deux rapports ont été demandés par le ministre de l'Outre-mer, Victorin Lurel, sur la structuration des prix des billets ainsi que sur les conditions tarifaires. Des rapports dont on devrait connaître le contenu d'ici peu. Frédéric Cuvillier a également précisé que les sommes consacrées à la continuité territoriale entre l'Hexagone et les Outre-mer (plus de deux millions d'euros par an pour la Guyane) étaient assurées.

Il y a quelques années déjà, la Cour des comptes notait que la hausse du prix du kérosène influait directement sur le coût du transport aérien, « au point qu'on est en droit de se demander si une part significative de la dotation de continuité territoriale n'a pas pour seul effet de compenser l'augmentation de cette charge ».
Plus de détails dans votre édition de demain
- REPÈRES
Sur chaque billet d'avion, vous payez diverses taxes :
- Taxe d'aéroport
Perçue par l'État, qui la reverse à la CCIG pour assurer les services de sûreté et de sécurité (contrôle des passagers et des bagages, protection incendie).
- Redevance passager
Perçue à l'aller par la CCIG, elle sert à financer l'investissement et le fonctionnement de l'aéroport. Et au retour par l'aéroport concerné.
- Taxes
Pour les banques d'enregistrement tre et pour financer le service d'assistance aux personnes handicapées à mobilité réduite (prêt de fauteuils roulant...)
- Taxe d'aviation civile

Finance le fonctionnement de l'administration de l'Aviation civile.
- Deux euros de contribution solidarité
-Taxe mise en place par Jacques Chirac, affectée aux pays en développement.
- Taxe régionale d'embarquement
Perçue par la Région depuis près de 20 ans pour compenser le déficit chronique de la collectivité.
- Surcharge carburant
Revient à la compagnie. Sert à financer le surcoût du pétrole, les primes d'assurances et les obligations de sûreté. Varie selon les distances de vol et l'évolution du cours du pétrole. En théorie, les compagnies l'augmentent et la baissent suivant le coût du baril de pétrole. Dans les faits, Air France s'est déjà fait rappeler à l'ordre par des associations de consommateurs pour ne pas avoir diminué cette surcharge alors que le prix du pétrole baissait. De son côté, la compagnie assure ne pas s'aligner sur le prix du baril, même en cas de hausse. « Sinon le prix du billet aurait explosé. »
- Frais de services
Varient entre 5 et 70 euros en fonction de la compagnie, de la classe dans laquelle vous voyagez, du mode de réservation et d'achat de votre billet. La vente par internet coûte le moins cher. Ils ne sont alors pas remboursables et ne s'appliquent pas aux bébés de moins de deux ans n'occupant pas de siège.
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

kafka 23.09.2013

En fait, au delà du prix du billet d'avion, c'est le cout du transport de manière générale qui doit être mis sur le tapis car de lui dépend aussi la cherté de la vie en Guyane vu qu'on importe quasiment tout ce que l'on consomme

Répondre Signaler au modérateur
monchou 21.09.2013

Autant pour moi... En même temps, non, je n'ai pas fait l'armée...désolé. Je réitère le propos, tout est prioritaire en guyane. Et les gens qui s'endettent pour acheter le billet a 1600 euros période rouge, sont pas forcément ceux qu'on croit...l'insécurité, en guyane, en corse, a Marseille et..... Tenez vous bien.....en Guadeloupe....! Et puis on peut aussi mourir à petit feu, a force de tourner en rond, sans jamais connaître ailleurs que le cercle...une balle dans le dos, pas encore vu cela à kourou, mais a cayenne, oui, a St. Laurent, oui, a sinnamary, oui, en corse, je passe, a Marseille, je repasse en Guada, je trépasse. Guada me manque.... A vos ordres néanmoins, mon colonel pour la suite...:)

Répondre Signaler au modérateur
aucun 20.09.2013

Bonjour, ZMS, Zone Militaire Sensible, on voit ceux qu'on pas fait l'armée, NC (No Comment / Sans Commentaire). Et effectivement c'était un jeu de mots avec ZSP, Zone de Sécurité Prioritaire. Ceci étant dit, je reste pas d'accord avec le propos. En effet, sur la grande majorité de la population Guyanaise, le problème du prix du billet Air France reste le problème d'une toute petite minorité qui, de toute façon, prend déjà l'avion. L'insécurité dans la ville du Sénateur Maire, Kourou, et plus largement en Guyane, par contre, concerne tout le monde. Donc non, tout n'est pas prioritaire, ou en tout cas, il y a bien des priorités "prioritaires". De mon point de vue, toutes celles où il y a un risque de "mort d'homme". Merci.

Répondre Signaler au modérateur
monchou 20.09.2013

comment dire...? En ZSM???? C'est nouveau ca??? ZSP vous vouliez dire...Je ne vois pas le rapport. Tout est une priorité en Guyane!!! Encore une fois stop les polémiques inutiles. Quand les politiques font, il faut le dire....

Répondre Signaler au modérateur
***---*** 20.09.2013
Souvenir souvenir

Certain commence à se réveiller à propos de cet aéroport, c'est très bien mieux vaut tard que jamais.

Mais n'oubliez pas qu'à l'époque la priorité du Guyanais était de savoir si l'aéroport devait s'appeler Felix eboue ou TARTENPION léBEN, étrange effet sur la mémoire que fait l'alzheimer!!!!!

Des pétitions ont déjà été à l'ordre du jour, sans réels effets, donc oui quand SKOL parle de réveille sénatorial je pense qu'il n'est pas trop loin de la réalité!!!

La mémoire ça se travaille!!!

Répondre Signaler au modérateur
aucun 20.09.2013
étrange priorité ...

comment dire ... il n'a pas des dossiers un peu plus prioritaires à défendre le Monsieur Sénateur Maire d'une ville classée ZMS ? on s'en fout du prix de billet si on est mort d'une balle dans le dos !

Répondre Signaler au modérateur
monchou 20.09.2013
pas de polémiques inutiles

je suis sidéré mon cher skol quand je lis votre commentaire: se réveiller avant les sénatoriales????? Et m^me si cela avait été le cas!!!!! ce qui m'intéresse c'est de ne pas avoir à payer un billet d'avion 1600 euros pour la métropole pour les vacances!!! alors au lieu de polémiquer sur le bien fondé des actions du sénateur la dessus, signons un pétition, pour le soutenir: c'est d abord pour nous, vous et moi qu'il prend son baton et monte au créneau!!!! non mais, j'hallucine. En plus c est son boulot que de le faire, il le fait et ca rale quand meme. courage, sénateur, battez vous pour nos billets moins chers, que je puisse aller voir mes petits enfants à paris en décembre, ou la encore ca va etre très cher. De tout coeur avec vous!

Répondre Signaler au modérateur
skol973 19.09.2013

Il suffit d'enlever les taxes aéroportuaire et on aura le vrai prix du billet. Nous avons l'aéroport le plus cher de France. Mr le sénateur, il n'est jamais trop tard de se réveiller, peut-être,êtes-vous déjà en campagne pour les sénatoriales?

Répondre Signaler au modérateur