• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ECONOMIE

Plan de relance : 1,5 milliard pour les Outre-mer

FXG Mercredi 2 Septembre 2020 - 20h34
Plan de relance : 1,5 milliard pour les Outre-mer

Le plan de relance national qui va être exposé ce jeudi au conseil des ministres, consiste en une enveloppe de 100 milliards destinée à compenser la perte de 4 % du produit intérieur brut à la suite de la crise sanitaire.

 Ce plan doit s’exercer en 2021 et 2022. L’Outre-mer y aura sa part : 1,5 milliard qui constituent une enveloppe dédiée et fléchée dans cinq principaux domaines. Le premier, c’est le social. Sur les 15 milliards au plan national, le ministère des Outre-mer table sur 5 à 600 millions pour le soutien à l’emploi-formation et les « parcours emploi compétitivité » (PEC qui ont remplacé les contrats aidés).

Au niveau national, il y en aura 60 000 marchands et autant non marchands. La clé de répartition n’est pas encore connue, mais c’est la Réunion qui devrait en récupérer le plus. Le deuxième domaine est celui de l’adduction, des réseaux et de l’assainissement de l’eau. En tout, ce sera 50 millions (dont la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane devrait largement bénéficier).

Viennent ensuite 50 millions d’euros pour la mise aux normes des bâtiments publics dans le cadre du plan séisme Antilles. Seuls 20 à 30 % des élèves sont dans un bâtiment sécurisé aux Antilles ! Le quatrième domaine de ce plan concerne la transformation de l’agriculture. L’Etat débloque une rallonge de crédits de 80 millions, soit 10 % de l’enveloppe agricole nationale.

En vue : la modernisation des abattoirs, le remplacement de la canne à sucre par la canne fibre et le renouvellement des agro-équipements. L’objectif est de parvenir d’ici 2030 à l’autonomie alimentaire des territoires telle que promise par le président Macron lorsqu’il s’est rendu à la Réunion.

Un peu à l’encontre du discours de « verdissement de l’économie », le gouvernement entend encore financer les infrastructures routières notamment en Guyane et à la Réunion (engluée dans son pharamineux chantier de la route du littoral). Le montant de l’enveloppe dédiée aux Outre-mer n’est pas encore consolidé, mais l’enveloppe globale se chiffre à 250 millions.

Par ailleurs, l’Etat veut accompagner les collectivités. Ainsi, il met 50 millions pour les opérations « Action Cœur de ville » et la réhabilitation des petites collectivités. Il débloque encore 250 millions de garantie des recettes fiscales non perçues par les collectivités du fait de la Covid19.

Durant les deux ans que prévoit ce plan de relance, le Premier ministre veut réunir chaque deux mois une réunion interministérielle pour vérifier l’état des dépenses. Les fonds seront fongibles, annonce le gouvernement. Ce qui veut dire que les territoires qui dépenseront bien pourront dépenser plus par rapport aux territoires où les choses n’avanceraient pas. Car ce plan doit être décliné localement, territoire par territoire.

Ceci étant, les territoires d’Outre-mer restent éligibles au reste de l’enveloppe de 100 milliards du fonds de relance à partir du moment où ils répondront aux divers appels à projets, notamment en matière de déchets ou de transport. Enfin, en dehors des mesures financières, le gouvernement annonce sa volonté d’assouplissement en matière de normes, comme c’est déjà le cas pour certaines modalités d’accès aux marchés publics.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

BELLOD 06.09.2020

La population outre-mer représentant 4% de la population française, l'outre-mer ne bénéficierait donc que de 1,5% des subsides de ce plan de relance national… Un effet d'annonce mathématiquement limpide, qui en dépit de toute la com gouernementale, a donc le mérite de la totale franchise quant à la considération réellement portée aux citoyens ultramarins, qui proportionellement auront donc au moins deux fois moins que les autres…

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 04.09.2020

D'après notre ami g6d jamais aucun territoire occupé/conquis ne saurait desserrer ses liens avec le pays occupant, car "tout vient de là". Jamais, aucun.
L'autodétermination même partielle est un insulte et l'évocation de l'indépendance sera bientôt punie de la peine de mort.
Voilà nos jacobins colons qui nous pourrissent la vie.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 03.09.2020
Qu'en disent

Nos indépendantistes patentés?
Des millions, des médecins et des sagefemmes, sans compter les autres professionnels de santé et de l'enseignement: la majorité des moyens vient de la Métropole.
Comment vivrait une Guyane indépendante?
Trop facile de crier après ceux qui gouvernent actuellement sans proposer d'alternative crédible.
Quant à ceux qui parlent du statut des TOM: cela signifie prestations CAF, Sécu, retraite, RSA (s'il y en a) financées localement.
Ça fait rêver, non?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos