France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Plaine de Zéphir : des riverains en colère

T.F. Vendredi 13 septembre 2013
Plaine de Zéphir : des riverains en colère
Le président du syndic pose devant son barrage de pierres (HG)

Le syndicat des propriétaires de la résidence Kalina, à Cayenne, a obstrué le chemin d'accès au chantier de la plaine sportive de Zéphir, afin de protester contre l'utilisation de la voie privée par les entrepreneurs.

Depuis mercredi après-midi, le plateau sportif de la plaine de Zéphir, à Cayenne, n'est plus accessible. Du moins, plus par la voie qui longe le collège Gérard-Holder. Le président du syndicat de propriétaires de la résidence Kalina a pris la décision de bloquer le chemin. Pour ce faire, il s'est offert plusieurs tonnes de pierres qu'il a déversées en travers de la voie. Un geste d'exaspération lié aux nuisances créées par le passage des camions de chantier ainsi qu'aux détériorations que cette circulation entraîne.
« En avril 2011, quand on est entré dans les appartements, le chantier de rénovation du hall sportif avait déjà commencé, explique Georges Pauillac, président du syndicat de propriétaires. Le chemin est un bourbier en saison des pluies, et en saison sèche c'est le Sahara. » Un locataire renchérit : « Ce chantier est incroyable. Il y a la boue, la poussière, les trous... Je croyais que le chemin appartenait à la mairie ou à la collectivité, mais en fait il est privé. » Et c'est là que se situe le noeud de la discorde.
VOIRIE EN SERVITUDE
Selon Georges Pauillac, les propriétaires du lotissement jouissent d'une « servitude » sur la voie qui passe devant leurs logements. « Le conseil général, qui est maître d'ouvrage, a construit un équipement sportif de grande classe mais sans penser à installer une voie d'accès, ironise-t-il. Le conseil général est propriétaire, mais à partir de la clôture du collège. Ils nous ont demandé d'utiliser le chemin pour accéder au chantier. Ils ont eu l'autorisation, mais maintenant ils nous demandent de participer aux frais de rénovation de la voie. Ils ne se considèrent pas comme responsables des dégradations. » Le président du syndic affirme que les travaux s'élèveraient à 120 000 euros.
Arrivés sur les lieux quelques minutes après l'installation du barrage de pierres, des représentants du Département et de l'entreprise chargée des travaux entament une réflexion. Comment accéder au plateau sportif ? « On va passer par le collège et casser une clôture » , suggère un membre du conseil général. Désireuse d'obtenir quelques explications, la presse s'invite dans l'enceinte de l'établissement scolaire afin d'interroger les responsables de la collectivité. « Il n'y a rien à raconter, on veut juste finir ce chantier » , nous indique-t-on avant de nous pousser vers la sortie. Circulez, il n'y a rien à voir...
Quelques minutes plus tard, le petit groupe traverse la cour du collège en direction de la clôture en tôle qui le sépare de la zone en travaux. À la recherche d'une voie d'accès sécurisée dans l'enceinte de l'établissement. De fait, depuis hier, les camions traversent la cour du collège pour accéder au chantier.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire