• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Outre-mer en commun » : 1 milliard d’euros en soutien aux collectivités et entreprises

Rédaction web avec AFP Mardi 26 Mai 2020 - 08h20
« Outre-mer en commun » : 1 milliard d’euros en soutien aux collectivités et entreprises
Annick Girardin, ministre des Outre-mer : « Mon rôle n’est pas seulement d’apporter des réponses immédiates pour faire face à la crise. Il faut également proposer un cadre pour construire les sociétés ultramarines de demain ».

Ce lundi, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD), ont lancé « Outre-mer en commun ». Une initiative dotée d’un montant de 1 milliard d’euros et dédiée au soutien des collectivités locales et des entreprises ultramarines.

La pandémie de Covid-19 a touché la quasi-totalité des territoires d’Outre-mer. Les impacts économiques et sociaux sont importants. La nécessité d’une réponse forte s’impose, en complément des mesures indispensables déjà prises pour préserver la santé de la population et l’économie de ces territoires. Cette initiative « Outre-mer en commun » contribue à répondre aux enjeux sanitaires, économiques et sociaux, en accompagnant les secteurs privés et publics ultramarins.

« Profondément multiforme, la crise du coronavirus ne pourra être dépassée qu’avec des plans de riposte spécifiquement adaptés à chacun de nos territoires et permettant de progresser de façon décisive vers le développement durable », affirme Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement. « C’est le sens de l’initiative " Outre-mer en Commun " que l’Agence française de développement, partenaire historique des acteurs ultramarins, est fière de mettre en œuvre à la demande du gouvernement. »
Une initiative en réponse à l’urgence sanitaire
L’AFD renforce son appui aux réseaux régionaux de surveillance épidémiologique. En sa qualité de partenaire financier traditionnels des hôpitaux ultramarins, elle apporte un appui rapide aux systèmes de santé de ces territoires, avec plusieurs outils. L’AFD entend ainsi contribuer au plan de réforme et de relance des investissements annoncé par le gouvernement.
Une mobilisation pour soutenir le tissu économique
L’AFD s’engage à aider les acteurs publics et privés pour faire face aux conséquences économiques et financières de la crise. L’agence examine les demandes de report d’échéances de 6 mois de ses prêts aux collectivités locales et aux entreprises, qui porteront au minimum sur plusieurs dizaines de millions d’euros. Elle accélère, par ailleurs, ses décaissements pour les financements en place (à hauteur de 250 millions d’euros) et accélère également les instructions de prêts budgétaires annuels des grandes collectivités, ce qui pourrait concerner au minimum un encours de 250 millions d’euros.

Pour les collectivités ultramarines, l’AFD met en place des prêts d’urgence d’aide à l’investissement sur 20 ans, avec 3 ans de différé et des modalités de déblocage accélérées (40 % dès la signature), à partir des projets retenus dans les contrats collectivités-État.
À la demande du gouvernement, l’Agence française de développement étudie également l’opportunité d’accorder des lignes de refinancement pour les banques locales des Outre-mer, comme elle a pu le faire après la crise financière de 2008. Elle expérimentera, à Mayotte, dès le second semestre 2020, un dispositif de prêt de préfinancement du Fonds de compensation de la TVA pour les communes leur permettant d’amorcer plus facilement leurs projets d’investissement, avec le soutien financier du ministère des Outre-mer. Une extension aux autres départements et régions d’Outre-mer sera envisagée en 2021 si les résultats de l’expérimentation mahoraise sont concluants.

Enfin, l’AFD accélèrera l’instruction d’une ligne de crédit à l’ADIE (Association pour le droit à l'initiative économique), pour renforcer ses capacités de microcrédit en appui aux TPE ultramarines les plus fragiles.
Un plan de relance inclusive et décarbonée
Grâce au nouveau fonds Outre-Mer 5.0, l’AFD accompagnera des programmes d’investissements publics vers une relance durable, notamment par le biais de prêts bonifiés. Elle finance une étude sur la « relance décarbonée et inclusive dans les territoires ultramarins », en vue de déterminer les actions à financer en priorité et leurs modalités, pour une relance post-crise durable et résiliente.
« Les territoires d’Outre-mer ont été profondément touchés par la crise du Covid-19, qui a exacerbé partout les tensions sanitaires, sociales et économiques préexistantes », déclare Annick Girardin, ministre des Outre-mer. « Mon rôle n’est pas seulement d’apporter des réponses immédiates pour faire face à la crise. Il faut également proposer un cadre pour construire les sociétés ultramarines de demain. Cette initiative de l’AFD et du ministère des Outre-mer est ainsi capitale pour renforcer la résilience immédiate des économies ultramarines face à la crise, mais aussi pour penser et préparer l’avenir des territoires, un avenir " Outre-mer en commun ", un avenir " Outre-mer 5.0 " ».

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une