France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Macouria

Opération jeunes agriculteurs à Matiti

Michel LE TALLEC Vendredi 19 Juillet 2019 - 07h31
Opération jeunes agriculteurs  à Matiti
En compagnie du maire de Macouria, Gilles Adelson, assisté de Jean-Michel Hyasine, responsable du service foncier et aménagements, et de Jean-Claude Tran-Tu-Yen, du service urbanisme, les jeunes agriculteurs découvrent les parcelles qui leur ont été attribués. - Photo M.L.T.

Permettre à de jeunes agriculteurs de s’installer en leur louant des terrains à des tarifs préférentiels, c’est l’opération lancée par la municipalité de Macouria. Huit professionnels en ont profité. Une dizaine d’autres sont en attente.

Soleil de plomb, végétation rare, chaleur prégnante : le cadre de la remise officielle, mercredi, document administratifs à l’appui, de parcelles municipales de Macouria à huit jeunes agriculteurs donnait le ton de ce qui attend ces travailleurs de la terre. Il sera dorénavant à leur charge de cultiver et de faire fructifier ces terrains. « Cette opération, votée en conseil municipal, a pour but de favoriser l’installation de jeunes professionnels sur le territoire de la commune, souligne le maire Gilles Adelson. Un bail agricole, d’une durée de neuf ans, est conclu entre la municipalité et l’agriculteur. » Situées à Matiti, les parcelles couvrent des superficies allant de 2 à 5 hectares. « En tout, nous avons loué vingt et un hectares, précise Jean-Michel Hyasine, responsable du service foncier et aménagements de la commune. Mais, en tant que propriétaire foncier, nous avons un droit de regard sur l’évolution des parcelles en question. Un suivi régulier sera donc effectué. »

La commune n’entend pas en rester là. Une seconde opération, non encore fixée au calendrier, prévoit de louer une dizaine de parcelles à de jeunes volontaires.


« Analyser la terre »

« Je ne sais pas trop encore ce que je vais planter. Cela va dépendre de la terre qui m’a été attribuée, il faut que je l’analyse. J’aimerais faire beaucoup de légumes, de la pastèque, de la laitue, du manioc...  »

Pierre - Photo M.L.T.
Des citronniers, des mandariniers

« Je voudrais cultiver des citronniers, des mandariniers et bien sûr, faire de la banane. Pour les premiers, il faudra attendre trois ans avant des les récolter. La banane, c’est plus rapide, un an suffit. »

Thomas - Photo M.L.T.
« Beaucoup de travail »

« J’ai une concession de 2 hectares. C’est assez petit mais, malgré tout, c’est beaucoup de travail  : il faut niveler la terre avec une mini-pelle, aménager les accès, prévoir l’eau… »

Va - Photo M.L.T.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Guyane

Trouver une télé un grand pas...

Samedi 20 juillet 2019

texte

A la une