• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Logement social : situation tendue à l'Ouest

Stéphanie BOUILLAGUET Vendredi 25 octobre 2013
Logement social : situation tendue à l'Ouest
Seul un chantier de construction de 234 logements sociaux à la Zac Saint-Maurice devrait démarrer dans les prochains mois. Il en faudrait deux à trois fois plus pour répondre aux objectifs (PYC)

Cette année, aucun chantier de construction de logements sociaux n'a démarré dans l'Ouest guyanais pendant la saison sèche. Une situation exceptionnelle.

Pour la première fois depuis une bonne dizaine d'années, aucun chantier de logements sociaux n'a encore démarré durant la saison sèche dans l'Ouest guyanais. Seul un chantier de 234 logements sociaux devrait commencer dans les prochains mois à la Zac Saint-Maurice, précise Bernard Sellier, président de la Senog (Société d'économie mixte du nord-ouest guyanais).
Une situation qui inquiète les professionnels du bâtiment : « Le secteur va connaître des mois très difficiles » , prédit Olivier Mantez, président de la fédération du BTP. L'Ouest a pourtant de gros besoins en matière de logements sociaux, mais aussi en emplois induits par le BTP.
À l'origine de cette situation, les retards de paiement de la ligne budgétaire unique (LBU), qui finance la construction de logements sociaux. Sur deux ans, ils s'élèvent à environ 42 millions d'euros. Conséquence : les bailleurs, constructeurs, aménageurs, ne préfèrent pas lancer les chantiers prévus pour 2014. « On assiste à un ralentissement. Depuis plusieurs mois, il y a moins de mises en chantier » , précise le président de la Senog, Bernard Sellier.
2013 avait pourtant été une année faste pour le BTP, avec la construction de 1 200 logements, contre 500 à 600 il y a trois ans. Mais Olivier Mantez craint de voir les efforts anéantis. L'objectif de 1 500 logements en 2014 paraît de plus en plus difficile à atteindre. « Le secteur est sur une mauvaise pente, mais ce n'est pas irrémédiable. Il faut relancer l'activité de la LBU » , insiste le président de la FBTP.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une