France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les saveurs du Liban à Kourou

Samedi 18 mai 2019
Les saveurs du Liban à Kourou
dsqd - dqsd

Le tout premier snack libanais de Kourou a ouvert ses portes début mai dans la ville spatiale, pour le bonheur de tous ceux qui rêvent d’un petit voyage aux saveurs orientales.

Conviviale, d’une grande finesse et d’une grande variété, la cuisine libanaise est épicée, souvent à base de légumes, agrémentée de persil, de menthe et d’épinards. C’est une des cuisines les plus appréciée de la gastronomie orientale. Au cœur du quartier Eldo de Kourou, Robert et Georges Karam ont ouvert le tout nouveau snack « L’Orient, les délices du Liban », au début du mois.

Sur la carte, le choix entre sept spécialités libanaises, en sandwichs et très prochainement proposées en « assiette ». Les noms nous transportent au pays du cèdre : « Fatayer », ces rissolés aux épinards acidulés accompagnés de tomate et oignon, et « lahme bi ajin », la fameuse pizza libanaise, sont deux plats qui sont traditionnellement dégustés au petit déjeuner. La « shawarma », émincé de boeuf mariné, en galette, est la version libanaise du kebab. Les Libanais ont ajouté de la crème de sésame et du persil au traditionnel sandwich turc. Le « samkek harra », filet de poisson avec des épices, de la crème de sésame et de la crème d’ail, accompagné de tomate et salade, est une spécialité de Tripoli, au nord du Liban.

D’autres projets

Les « falafels », boulettes croquantes aux fèves, pois chiches et épices, sont très appréciées dans tout l’orient, en Égypte, Syrie et Palestine. C’est un plat économique et nourrissant qui fait fureur chez les végétariens, car il remplace les apports en protéines d’une viande classique. Enfin les deux desserts proposés, baklawa et maamoul, sont typiquement orientaux, à base de pistaches et de miel. Tous ces plats ainsi que le pain libanais sont conçus et cuits directement devant le client avec des produits frais. Les recettes ont été étudiées pendant douze mois avec l’aide d’un restaurateur au Liban, afin de pouvoir cuisiner les mêmes plats, mais uniquement avec des produits que l’on trouve en Guyane.

Robert Karam est arrivé en Guyane en 1994 afin de rejoindre sa future femme et fonder leur famille. Comptable de métier, à Cayenne, il débarque à Kourou en 1997 pour gérer un commerce, puis il se lance à son compte en ouvrant le magasin « Petit Prix » en 1999 dans le quartier d’Eldo. « Depuis quelques années, je me demandais pourquoi il n’y avait pas de restaurant libanais en Guyane », explique-t-il. Il a donc décidé d’ouvrir son snack. Le prochain objectif de Robert et George Karam est d’ouvrir plusieurs points de restauration dans toute la Guyane, et surtout de développer l’offre traiteur. Aurélie PONSOT

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire
1 commentaire