• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Alimentation

Les restaurateurs de l'Ouest tentent de rattraper leurs pertes

Samuel Zralos Mercredi 14 Octobre 2020 - 19h27
Les restaurateurs de l'Ouest tentent de rattraper leurs pertes
Adam Coulibaly, représentant des restaurateurs, veut le retour des «sorties entre amis». - Samuel Zralos

Depuis la réouverture des restaurants dans l'Ouest, le retour à la normale s'effectue progressivement. Mais les restaurateurs estiment qu'ils n'auront pas retrouvé l'équilibre avant au moins mars 2021.

Attablé à la terrasse de son restaurant, Adam Coulibaly affiche sa satisfaction de voir le public reprendre le chemin des assiettes. « le public massivement revenu dans les premiers temps, là on revient petit à petit à la normale », raconte le représentant du Collectif des restaurateurs de l'Ouest guyanais. Tous ont rouvert dès l'autorisation préfectorale accordée, à l'exception du Paradis des amis, qui n'a pas survécu à la crise liée à la covid-19. Le travail est redevenu classique, avec quelques adaptations héritées des derniers mois. Ainsi, dans son établissement, Adam Coulibaly continue de faire de la livraison et de la vente à emporter, mais uniquement le midi. Forcément, la demande est moindre qu'en plein confinement, « mais il y a toujours une activité ».
Retourner à l'équilibre

Tout n'est pas rose pour autant : « Le déficit reste important », après plusieurs mois de fermeture plus ou moins complète. Aujourd'hui, les membres du collectif « travaillent pour rattraper [leurs] dettes ». Les aides de l'Etat, qu'ils saluent, leurs ont permis de survivre, « mais surtout pas de compenser les dettes accumulées ». Pour la plupart des restaurateurs, l'équilibre ne sera pas retrouvé avant mars 2021, d'après Adam Coulibaly, « sachant que le pic de fréquentation d'avant covid n'est toujours pas atteint » et que les gens ont changé leurs habitudes au cours des six derniers mois. Alors qu'un couvre-feu est instauré dans plusieurs villes françaises , les restaurateurs se montrent aussi prudents dans leurs commandes. Ils préfèrent acheter en petite quantité, pour s'éviter un stock trop important en cas de reconfinement.
Prolonger les aides ?

Pour les aider à faire face, les restaurants espèrent que l'Etat va prolonger jusqu'à décembre le deuxième volet des aides covid, qui doit en principe s'arrêter au 31 octobre. Voire même une annulation pure et simple des charges reportées pendant le confinement. « Pour l'instant on a pas de nouvelles, on attend », constate Adam Coulibaly. Il tient en revanche à saluer le soutien des administrations guyanaises, notamment la CCOG et la CTG. Au niveau territorial, « nos représentants ont entendu nos cris, il y a eu grand suivi », se réjouit le représentant des restaurateurs. Il précise notamment que Sophie Charles « a obtenu via la CCOG une subvention pour l'Ouest en fonction » des pertes essuyées.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
2 commentaires
1 commentaire