• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COVID -19

Les licences IV dénoncent des "inégalités de traitement" face à la crise

Ayodélé GERMA Dimanche 3 Octobre 2021 - 19h42
Les licences IV dénoncent des "inégalités de traitement" face à la crise
Bar Hit-Box

Les Hôteliers, Restaurateurs, Cafetiers et Discothèques de Guyane souhaitent qu’on leur donne la possibilité de rouvrir leurs portes. Depuis le début de la crise, la chambre de commerce estime à 19 mois, le nombre de temps passé sans activité pour les professionnels de l’évènementiel.
 

  Le Syndicat des Hôteliers, Restaurateurs, Cafetiers et Discothèques de Guyane (SHRCDG) interpellent de nouveau l’Etat pour comprendre les fermetures de leurs établissements. La chambre de commerce et d’industrie comptabilise 19 mois d’inactivité pour les professionnels de l’évènementiel depuis le début de la crise. Quant aux restaurateurs et aux tenanciers de bars, « ça fait pratiquement 7 mois sans travail, depuis le début de l’année. Nous avons ouvert au mois de février jusqu’à fin mars 2021 et nous n’avons pas eu un seul cas», nous confie Liliane Destembert, présidente du SHRCDG. « Il y a près de 600 entreprises sous licences 3 et 4 inscrites auprès de la CCI . 20% d’entre elles ne pourront pas rouvrir », selon ses estimations. En outre, 39 restaurants ont déposé le bilan en 2020 selon la Chambre de commerce et d’industrie.
 Steve Roldan, secrétaire général du syndicat déplore « l’inégalité de traitement qu’il y a entre nous et d’autres départements de France. Le Pass Sanitaire a été rendu obligatoire pour les personnes majeures à partir du 9 août; en Corse du Sud par exemple, sur la période du 30 juillet au 5 août, le taux d’incidence était de 598/100 000 et du 6 août au 12 août de 568/100 000 selon le site Covid Tracker. Pourtant les restaurants, bars et discothèques étaient ouverts avec une couvre-feu à 1 heure du matin ». En Guyane nous sommes actuellement à 543/100 000 de taux d’incidence au 1er octobre. « Ce sont des incohérences et des différences de traitement qui nous interrogent. Nous aimerions bien avoir des explications », conclue-t-il.
Rétropédalage 
Si le préfet de Guyane semblait favorable à accorder des dérogations d’ouverture sous Pass Sanitaire malgré une entrée en vigueur prévue au 15 novembre, la récente visite de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer, a modifié la donne. Ce dernier préfère attendre la baisse du taux d’incidence pour autoriser l’ouverture des bars et restaurants sous Pass Sanitaire, nous confie Carine Sinaï Bossou, la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie. « Le ministre recommande un seuil de taux d'incidence de 150 », rapporte-t-elle.

Avec 31,9% des guyanais de plus de 12 ans vaccinés au 1er octobre 2021, la réouverture sous Pass Sanitaire n’est pas non plus la panacée. Pour la présidente du syndicat: « Ceux qui sont vaccinés ne vont pas tous venir manger chez nous; les tests PCR (non prescrits), ne seront plus remboursés à partir du 15 octobre. Ça veut dire que les clients non vaccinés vont devoir payer un « droit d’entrée » pour venir manger dans nos restaurants. A supposer que le stand de test PCR soit installé devant chez nous, il faudrait faire venir une personne pour le réaliser et une autre pour lire le résultat. Ce sont des dépenses qu’on ne peut pas se permettre ».
Peau de chagrin
Autre point de crispation, les aides qui ne couvriraient pas convenablement les effets du défaut d’activité. « Actuellement les aides sont de moins en moins suffisantes", déplore la présidente du syndicat SHRCDG. A titre d’exemple, «le dancing Polina touche 1500 euros du Fonds de solidarité alors qu’il a 5000 euros de charges », argumente Carine Sinaï Bossou, présidente de la CCI. « Pour le moment les radiations ne sont pas énormes mais nous craignons que les chefs d’entreprises n’aient pas le courage ni les moyens de rouvrir » s’inquiète-elle.

Même si la création d’entreprise a connu un ralentissement depuis le début de la crise sanitaire, la chambre consulaire dénombre 37 nouvelles entreprises, tous secteurs confondus, en 2020, et 102 pour l’année en cours. Dans un courrier adressé aux Medef de la Guyane, de la Guadeloupe et de la Martinique, en date du 17 septembre, le gouvernement se voulait rassurant: les entreprises créées avant le 31 janvier 2021 sont désormais éligibles aux aides du Fonds de solidarité. Pour les Antilles Guyane, 837 millions d'euros de crédits ont déjà été engagés, selon le gouvernement. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

g6d 04.10.2021

Au vu de son commentaire et du temps qu'il passe à laver sa voiture, JJ5 ne doit pas travailler dans le privé ou être à son compte.

Répondre Signaler au modérateur
RAPHI 04.10.2021

mise en place du pass sanitaire le plus rapidement possible pour les commerçants qui souhaitent vraiment travailler

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 04.10.2021
les boutique

qui sont pour le "pass sanitaire", ben on les "boycot" et y verront si sa va duré...

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 04.10.2021

Bercé trop prêt du mur quand il était petit...

Répondre Signaler au modérateur
Zorglub1962 04.10.2021

Appliquons le passe sanitaire. Tant pour ceux qui se sentent "discriminés". Ils se mettent en situation de l'être sans l'aide de personne.

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 04.10.2021
Jayjay avait raison

J'ai vu sur le compte FACEBOOK "théorie du complot pour un vrai guyanais" que ceci a été inventé pour nous cacher la vérité sur la terre plate et les reptiliens.

Répondre Signaler au modérateur
Tételle 04.10.2021

Les Guyanais n'ont qu'à se faire vacciner

Répondre Signaler au modérateur
g6d 04.10.2021

Les élus et les Komités font tout pour la situation perdure. A la Réunion tout ouvre aujiurd'hui, même les boîtes de nuit. Nos Komités de fonctionnaires font de la politique au lieu de se préoccuper de la santé de la population et de l'économie.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Économie

Emploi en Guyane : 10 nouvelles offres pour vous

Samedi 2 Octobre 2021

7 commentaires
5 commentaires
5 commentaires
1 commentaire
A la une
Société

Avril 1981 : Cayenne a soif

Marlène CLÉOMA ( m.cleoma@agmedias.fr) - Mercredi 8 Décembre 2021

 En ce premier trimestre de l’année 1981 les Guyanais font face à de nombreuses...