France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
ÉCONOMIE

Le rhum ne coule toujours pas à flot

Kerwin ALCIDE Mardi 08 octobre 2013
Le rhum ne coule toujours pas à flot
Malgré l'investissement de plus de 8 millions d'euros pour moderniser l'usine, Ernest Prévot ne prévoit pas de changer le prix de la bouteille de rhum dans l'immédiat (Éric Léon)

Alors que l'usine des Rhums Saint-Maurice a repris du service ces jours-ci après neuf mois d'arrêt pour une phase de modernisation, la pénurie de Belle Cabresse devra durer encore quelques semaines.

« Retrouver nos repères. » Voilà l'un des souhaits chers à Ernest Prévot, patron de l'unique distillerie guyanaise encore en activité, les Rhums Saint-Maurice. Au mois de novembre dernier, l'usine livrait ses dernières gouttes de rhum blanc avant fermeture. Depuis 2004, Ernest Prévot avait le projet de moderniser cette unité de production. Les travaux ont finalement commencé l'an passé et se sont achevés il y a quelques semaines tout juste. La première bouteille sortie de l'usine flambant neuve trône sur le bureau du patron.
Pourtant, ce n'est pas demain que la Belle Cabresse sera de retour dans les commerces. Depuis plusieurs mois, les consommateurs ont dû subir une raréfaction de ce rhum blanc. Avant que l'usine ne ferme l'an passé, les machines de la rhumerie avaient tourné à fond afin de produire suffisamment de rhum pour couvrir cette période d'inactivité. Ernest Prévot avait tablé sur une reprise d'activité à la fin du mois de mai. « Nous avons eu trois mois de retard » , concède-t-il.
UNE LIVRAISON EN NOVEMBRE CHEZ LES GROSSISTES
Les dernières bouteilles stockées ont été livrées fin juin dans les commerces. Depuis plus rien... La pénurie dure depuis juillet. Et risque de se poursuivre au moins jusqu'au mois prochain. Ernest Prévot annonce une livraison chez les grossistes au mieux en novembre, avant les fêtes de fin d'année. Le patron des Rhums Saint-Maurice reconnaît que ce contretemps aura « des incidences sur les ventes » et par ricochet sur son chiffre d'affaires. Surtout que l'entreprise fait ses meilleures ventes au cours du deuxième semestre avec les départs en vacances et la fête des communes. Mais il refuse de brusquer le calendrier, laissant au rhum en production le temps de veiller, se reposer comme il se doit. « Nous ne cherchons pas à produire plus, mais cherchons la qualité » , répète à l'envi Ernest Prévot qui tient à préserver la notoriété de ce rhum maintes fois primé dans les concours agricoles.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire