• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SURINAME

Le ponton d’Albina en ruine

Eric GERNEZ, à Paramaribo Dimanche 8 Mai 2022 - 10h49
Le ponton d’Albina en ruine

Nous l’avions annoncé dans un précédent article, le ponton d’Albina est très fragilisé par la rupture de trois des pieux qui participaient à son encadrement.

 Si l’on en croit nos confrères surinamais, Starnieuws et Dagblad Suriname qui lancent l’info : le ponton d’Albina est en passe de s’effondrer.
La Gabrielle accoste sur le plan incliné en béton
Avec l’effondrement du ponton, la Gabrielle accoste désormais uniquement en marée haute, courant descendant et en direction de l’amont pour s’amarrer sur l’ancienne cale en ciment. Les traversées se font donc en fonction des horaires de marée. De plus, la charge est limitée avec 10 passagers, trois voitures ou un camion au maximum. La Gabrielle navigue à mi-charge. Quand cessera-t-elle ?
Une situation attendue
Depuis longtemps, la structure du ponton flottant été très abimée. La question de sa solidité est apparue évidente quand on a accueilli le nouveau ferry ‘Malani’ et que l’on a dû se rendre à l’évidence d’une situation qu’on ne pouvait plus taire. Mauvaise anticipation des événements, le Malani est immobilisé, faute d’un point d’accostage au Suriname.
Urgence
Les relations transfrontalières sont affectées par cette carence de point d’accostage. Il y a urgence. Ni le plus lourd et flambant neuf Malani, ni la Gabrielle ne sont en mesure d’opérer normalement. Une solution est très attendue des deux côtés. Interrogée par la presse locale, les autorités du district de Marowijne (Maroni) n’ont pas su dire où en étaient les travaux de restauration.

Le fameux ‘Conseil du fleuve’ qui permet aux autorités des deux pays de travailler ensemble aura sans doute une question d’ordre prioritaire à sa prochaine tenue. Alors que l’arrivée du Malani « exemple de coopération régionale », qui déplace rappelons-le, 250 tonnes, est prévue depuis de longs mois, on s’interroge tout de même sur les causes d’une telle situation.

Notre dossier de janvier titrait « Le nouveau bac sur le Maroni, futur éléphant blanc ? ». Le projet initial prévoyait 68 rotations hebdomadaires, de quoi donner un vrai souffle à la logistique entre le Suriname et la Guyane. Les acteurs du tourisme et du commerce attendent des prises de décisions politiques à la hauteur des opportunités économiques en jeu.
• LIRE AUSSI :
Le nouveau bac sur le Maroni, futur « éléphant blanc » ?

Le ferry « Malani » est arrivé en Guyane







Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

siage 08.05.2022

Donc avec 2 bateaux on transporte 3 voitures par jour avec le vieux bacs et selon la marée. Les décisionnaires du Bac de St-Laurent doivent être les mêmes que ceux du Grand Port ou de la Marina. N'oubliez pas de présenter la note, c'est nous qui payons.

Répondre Signaler au modérateur
den97300 08.05.2022

C'est tout vu. Le bac l'a Gabrielle sera bientôt obsolète et remplacé par le Malani. Les autorités Surinamaises vont compter sur la Guyane et le financement de L'EUROPE pour construire le nouveau ponton. Une large partie à nos frais bien entendu.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Économie

Les offres d’emploi de la semaine

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 7 Mai 2022

2 commentaires
A la une
1 commentaire
1 commentaire