• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ECONOMIE

Le Medef exprime sont ras-le-bol face au blocage de la Sara

AG Mercredi 20 Octobre 2021 - 20h17
Le Medef exprime sont ras-le-bol face au blocage de la Sara

  Après trois jours de blocage du Grand Port Maritime par les membres du mouvement de la Caravane de la liberté, l’association des patrons d’entreprise exprime sont ras-le-bol face à une économie doublement impactée. Ils appellent de nouveau la préfecture à agir dans le sens de la reprise de l’économie guyanaise. Interview du président délégué au Medef, David Velwatcher.

Quelles sont vos inquiétudes?
Ce qui se passe en ce moment est catastrophique, c'est une prise d'otages des entreprises. Quelques soient les arguments, il faut déjà constater cette prise d'otages. Tout le monde est impacté et les entreprises ne peuvent plus produire. Je rappelle que ça fait plus de 20 mois que l'on joue au yo-yo avec les entreprises qui ne peuvent plus réellement ouvrir leurs portes. C’est véritablement anxiogène et le moral des chefs d'entreprises est mis à mal. Nous l’avons dit clairement, le Medef est pour la vaccination; c’est le seul moyen qui nous est offert aujourd'hui pour pouvoir fonctionner.
Que dites-vous du mouvement de la Caravane de la liberté ?
C'est un peu tout et son contraire. Ils parlent de liberté, mais est-ce que la liberté c'est d'empêcher les entreprises de fonctionner ? La liberté de se mouvoir et la liberté de travailler sont mises à mal aujourd'hui. Clairement, nous en avons marre. Ces luttes ont besoin d'être rationalisées, mais je constate qu'elles débordent de leur contexte.
Il faut pouvoir peser les effets des actions qui sont menées et leurs conséquences. Avec la pénurie de carburant, il y a plein de choses qui ne fonctionne pas. On ne peut pas amener les enfants à l'école, les centres aérés ne fonctionnent pas, on ne peut pas réapprovisionner ceux qui font des repas à emporter…Prenons l'exemple de l'hôpital et de la sous-traitance du linge, ce blocage a également des conséquences sur leur activité. Nous ne sommes pas préparés à ça. 
Ce blocage de la Sara intervient à un moment où les entreprises sont déjà en souffrance en raison des mesures de freinage de la pandémie. Malgré tout, des aides existent pour les soutenir.
Ce n'est pas parce que nous recevons des aides que tout va forcément bien. Ces aides permettent de limiter les dégâts et de ne pas baisser les bras. Mais ce que les entreprises recherchent aujourd'hui ce n'est pas d'avoir des aides, mais de fonctionner.
Vous estimez ne pas être suffisamment entendus ?
Nous avons écrit au Président de la République, au Premier ministre, au ministre de l’Outre Mer mais aussi au préfet. Nous nous battons et nous sommes forces de proposition. Mais aujourd'hui nous sommes confrontés à ce fameux temps administratif qui fait que nos demandes n'ont pas encore obtenu gain de cause. Mais nous sommes toujours à l'étape « des mesurettes » qui sont mises en place sous le prétexte que nous bénéficions d’aides.
Sait-on estimer le nombre d'entreprises qui ne pourront pas survivre à la crise sanitaire ?
C'est un grand débat : une entreprise qui ne va pas bien évitera de dire qu'elle va mal; pour la simple et bonne raison qu'on ne fait pas d'affaires avec une entreprise qui va mal. Aujourd'hui notre intérêt est d'avoir de l'essence pour avoir des marchandises. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

g6d 21.10.2021

JJ5, il faut être gonflé pour dire que l'argent ne vous intéresse pas, avec une voiture premium que vous chérissez tant

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 21.10.2021
les fous...

donc y preferent gagné de l'argent tout de suite au detriman de leur santée... y ont aucune vision "d'avenir", triste ce que les homme font a cause de l'argent, le pretre l'a dit: big pharma tout sa, ils vener "Mamon", le dieu de l'argent...

Répondre Signaler au modérateur
g6d 21.10.2021

Il faut dire que les fonctionnaires et les assistés de la Caravane des Komités ne sont pas impactés par les désordres qu'ils provoquent. Au contraire cela leur donne une raison de vivre puisque leurs vies doivent être si ennuyeuse.

Répondre Signaler au modérateur
Veralucia 21.10.2021

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
10 commentaires
10 commentaires
8 commentaires
1 commentaire
A la une