France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COURRIER AU MINISTRE DE LA CULTURE FRANCK RIESTER

La situation de l’unique quotidien de mon territoire

Lundi 19 août 2019
La situation de l’unique quotidien de mon territoire

Courrier du Sénateur Antoine Karam au ministre de la culture Franck Riester, concernant la situation de notre journal. 

"Je souhaite attirer votre attention sur la situation du journal FAGuyane, l’unique quotidien de mon territoire. Créé au milieu des années soixante-dix, le journal est aujourd’hui menacé de disparition. La Guyane, vaste comme l’Autriche, risque fort de se retrouver sans presse papier quotidienne.

Pourtant, cette terre foulée jadis par Albert Londres a connu pléthore d’organes de presse au siècle dernier. Une presse d’informations parfois syndicale, parfois politique souvent militante mais toujours très appréciée par les lecteurs guyanais. Aujourd’hui, alors que la population officielle avoisine les 300 000 habitants, il ne reste plus qu’un seul quotidien papier pour informer les Guyanais. Un quotidien dont l’avenir n’est pas assuré.

Vous le savez, le secteur de la presse a été frappé de plein fouet ces dernières années par le développement du numérique, fragilisant l’équilibre économique de ces entreprises. Face aux difficultés financières, les nouveaux repreneurs du quotidien FAGuyane envisagent de poursuivre l’avenir uniquement sous forme numérique. Combien même la technologie est aujourd’hui en plein essor, il faut noter qu’en 2019, seule une partie des Guyanais a un accès à internet. Une presse uniquement numérique couperait donc une partie de la population de l’information nécessaire à tout développement culturel et économique.

C’est donc une situation catastrophique qui est en préparation pour la population guyanaise. Même si je n’ai pas toujours été en accord avec la ligne éditoriale de ce quotidien, il m’est difficile, au nom de la liberté d’expression, d’assister à la disparition de ce journal.

Monsieur le ministre de la Culture, l’an passé, à l’occasion de la préparation du Projet de loi de finances pour 2019 vous avez été auditionné par la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication dont je suis l’un des vice-présidents. à cette occasion, vous avez rappelé que la presse « doit faire face à de considérables mutations » et vous avez annoncé votre volonté d’aider « à engager les transformations nécessaires ». La Guyane ne peut envisager un avenir sans presse papier quotidienne et je ne veux surtout pas croire que la population soit ainsi condamnée à un retour en arrière aussi dévastateur pour le territoire".

Antoine KARAM, sénateur de Guyane

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

BELLOD 22.08.2019

Au lieu de se cramponner au support papier, peut-être serait-il plus simple et plus logique de plaider pour l'accès au numérique pour tous, une bonne fois pour toutes. Un chantier de longue date en Guyane, y compris sous la présidence de l'ex-président de la région… Dans les deux cas, papier ou internet, ça rame…Monsieur Karam!

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 19.08.2019

En même temps, il serait peut-être temps de s'interroger quant au contenu...

Répondre Signaler au modérateur
den97300 19.08.2019
Merci monsieur le Sénateur

Merci monsieur le sénateur de défendre fièrement les valeurs de la guyane tout entière, et par l'intermédiaire de cet article, notre unique journal papier quotidien. Merci.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une