• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Collectivité territoriale

La majorité fête sa première année au pouvoir sans reconnaître d'échec

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr Samedi 2 Juillet 2022 - 15h34
La majorité fête sa première année au pouvoir sans reconnaître d'échec
Gabriel Serville, président de la Collectivité territoriale de Guyane présente le premier bilan de sa mandature, un an après son accession au pouvoir, vendredi 1er juillet, à Rémire-Montjoly. - G. Guitteau

Douze mois de pratique du pouvoir exécutif, douze fiches résumées des actions menées par la nouvelle majorité territoriale depuis le 2 juillet 2021 et pas un échec. Voilà le bilan qu'a présenté le président de la Collectivité territoriale Gabriel Serville, vendredi 1er juillet à la maison des cultures et des mémoires de Guyane à Rémire-Montjoly.

La route d'Apatou bloquée, la route de Kaw impraticable, l'Opérateur public de formation régional (OPRF) qui ferme ses portes de manière abrupte, une perquisition du parquet financier qui embarrasse jusqu'au plus haut niveau de l'organigramme des agents de la Collectivité territoriale, la centrale électrique du Larivot mise à l'arrêt pendant des semaines...

Je n'ai pas pensé aux échecs. Je n'en vois pas. Peut-être que nous ne sommes pas allés assez vite dans certains domaines comme la rémunération des stagiaires, mais nous voulons inscrire notre action dans la durée”, se défend Gabriel Serville, président de la Collectivité territoriale (CTG), lors d'une conférence de presse qui fêtait le premier anniversaire de son installation à la tête du pouvoir exécutif guyanais, à la Maison des cultures et des mémoires de Guyane, à Rémire-Montjoly, vendredi 1er juillet vers 10 heures.

   “Nous avons découvert des cadavres dans certains placards mais il n'y a pas de situation d'échec. Nous améliorons les domaines en question. Nous n’avons pas hésité à casser quelques coquilles pour faire une omelette et réinstaurer un dialogue avec les équipes”, assure Gabriel Serville qui avoue avoir été inquiet quand il a dû revenir sur certains acquis des agents de la CTG qui s'avéraient illégaux. “Nous avons dû passer de 12 jours chômés par an à 3 jours. Des contrats mentionnés 1400 heures au lieu de 1700 heures. Nous avons rencontré les syndicats qui ont accepté les mesures de rééquilibrage”, se félicite l'ancien maire de Matoury qui avait connu des mésaventures similaires lors de son mandat d'édile... avec une grève assez longue des agents municipaux.
Pas de grève pendant cette première année d'exercice à part à l'OPRF. Une grève d'un mois qui “me donne de l'urticaire quand je vois ma vice-présidente Karine Cresson-Ibris”, plaisante le président.
J'aimerais que mon nom ne soit pas attaché seulement à l'OPRF. Je travaille sur d'autres dossiers importants comme l'ouverture de l'institut de formation des soins infirmiers à Saint-Laurent”, rappelle la vice-présidente à la formation, à l'insertion et à l'emploi.

Il y avait des absents lors de la présentation de la première année au pouvoir du groupe Réussir ensemble. "Les élus qui ne sont pas là ce matin ont des obligations. Il n'y a pas d'affaiblissement de notre majorité. Les élections ont été un épiphénomène. Certaines personnes ont pu être affaiblies par l'échec mais cela ne dure qu'un temps", assure Gabriel Serville. - G. Guitteau
Un futur lycée dès septembre
Loin donc des doutes, le groupe majoritaire Réussir ensemble est présent autour de son président, vendredi. Douze fiches sont diffusées sur un écran géant. Douze points qui montrent que la CTG est au travail grâce à des compétences vastes : évolution statutaire, , jeunesse, éducation, crise sanitaire, aménagement du territoire, économie, innovation, numérique, relations régionales, biodiversité, Fonds européens.
Education :
   La promesse électorale du candidat Serville était de ne laisser aucun élève de 15 ans sans affectation à la sortie du collège. 591 élèves étaient dans ce cas à la rentrée 2021.
Le lycée du Larivot, situé dans l'enceinte de l'OPRF devrait ouvrir officiellement en septembre. Quelques travaux d'aménagement doivent être réalisés pendant les grandes vacances. Un établissement de plus de 300 places qui va permettre de relâcher la pression sur les collégiens dont l'orientation en fin de troisième ressemble plus à un casse-tête qu'à une politique bienveillante en faveur de la jeunes.
 Cette année, il se dit que des consignes ont été données aux chefs d'établissement pour donner plus d'avis favorable aux élèves désirant aller en générale. Les lycées techniques et généraux sont des lieux plutôt préservés de la surpopulation. Ils bénéficient des efforts de la Région dans le passé et aussi d'une idéologie éducative qui privilégie l'obtention d'un diplôme professionnalisant à court terme pour un public aux ressources fragiles.
Aménagement :
Les routes ont été un sujet pendant cette première année de la nouvelle mandature. Les travaux de la route d'Apatou pour près d'un demi-million d'euros sont bien avancés. Elle est entrée officiellement dans le patrimoine de la CTG afin de résoudre la question de son statut juridique jamais résolu (lire FG).
La Matourienne est de nouveau éclairée. Une voie verte et une bande d'arrêt d'urgence doivent être réalisées.
Des travaux sont aussi prévus sur la RD8, RD9. “Il s'agit pour l'instant des projets de l'ancienne majorité. Nos projets arrivent et dedans nous devons effectivement échanger avec l’État concernant le doublement du pont du Larivot et la double-voie [entre Matoury et Macouria] qui sont de leur ressort. Nous devons améliorer la fluidité de la circulation entre le rond-point Catayée  et le carrefour de Melkior et le rond-point devant le jardin botanique”, détaille Zadkiel Saint-Orice, le monsieur route de la CTG, élu délégué aux infrastructures routières.

Aïssatou Chambaud, Annie Robinson-Chocho et Jean-Luc Le West entourent Gabriel Serville. Sur les 5 premiers vices-présidents seule la Kouroucienne est présente. Jean-Paul Fereira n'est encore une fois pas présent, loin de l'image du binôme qui devait gérer la CTG après la victoire de l'union des gauches en 2021. "Vous n'avez pas de binôme mais un "trentecinqnômes". Jean-Paul Fereira par ses fonctions a peu de disponibilité mais cela ne veut pas dire qu'il n'est pas à nos côtés", rétorque Gabriel Serville. - G. Guitteau
Crise sanitaire :
Un autre satisfécit de la part de la CTG : “Nous faisons figure d'élève modèle dans les Outre-mer puisque nous avons réussi à passer cette période tumultueuse sans trop de casse contrairement à d'autres territoires”, se réjouit Gabriel Serville.
Les Fonds européens :
L'Europe abonde les fond structurels pour la Guyane entre 2021 et 2027 de plus de 80 millions d'euros d'après la CTG par rapport à la période 2015-2021. Les chiffres varient mais le constat reste exact, la Guyane bénéficie de plus de subventions de la part de Bruxelles. Le challenge pour les affaires européennes de la CTG ? Tout consommer. Une antenne de ce service a été ainsi installée à Saint-Laurent afin que “les fonds irriguent l'ensemble du territoire”, insiste la présidence de la CTG.
En tout 630 millions d'euros sont annoncés pour les 6 ans à venir soit 350 euros par personne et par an. Une ingénierie concernant le montage des projets qui financent par le remboursement des sommes engagées doit être renforcée en Guyane.
Un anniversaire donc satisfaisant pour la majorité territoriale qui retrouve, par ailleurs, une certaine aisance financière. Un travail engagé par l'ancienne équipe et consolidé par l'actuelle.
On n'avait prédit une déflagration de notre collectivité après notre victoire, on peut constater que nous avons déjoué les pronostics”, conclut Gabriel Serville qui sait que dans les deux ans qui viennent le nombre de rubans à couper va augmenter avec notamment les collèges et lycées tant attendus. Des aboutissements bien programmés qui devraient marquer les esprits jusqu'à 2027.
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Jeanjoe 04.07.2022

Gabriel Serville n'échoue jamais. Et si jamais les résultats ne sont pas au rendez-vous, c'est forcément à cause des autres. Mais bon, on a les dirigeants que l'on mérite.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 03.07.2022
Autocongratulation

Et Bellod qui espérait, avec une naïveté confondante flirtant avec la mauvaise foi, que la taxe carburant de la CTG allait financer la réhabilitation des routes.
L'aisance financière est donc telle qu'on se permet de fêter des anniversaire de début de mandature - ce qui n'a aucun intérêt - où les petits fours viennent clôturer une séance stupéfiante de négation des problèmes et de félicitations collectives.
Proclamation à la gloire d'une équipe qui tente de tirer bénéfice sur l'aboutissement des projets et actions qui ont en fait été programmés par l'ancienne mandature...
Reste dans tout cela que la Guyane est le DOM où les distances sont les plus longues, où les transports collectifs sont les moins organisés et les moins performants, et où les carburants sont les plus élevés en raison de la taxe CTG fixée au maximum de ce qu'autorise la loi.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 07.07.2022

Ben mince, la taxe carburant exorbitante passe donc dans les petits fours… Et même pas un entrefilet dans mediapart… Complicité gauchiste. Heureusement que vous êtes vigilant et de bonne foi, pour nous alerter sur ce scandale.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 02.07.2022
Pas de quoi être fier...

A part chercher des squelettes dans les placards, il a fait quoi ?
C'est que grâce à lui nous avons le carburant le plus cher non seulement des dom, mais de France et peut-être même du monde...
La CTG gagne presque 70 centimes sur chaque litre vendu, c'est une honte !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Économie

Les offres d’emploi de la semaine

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 2 Juillet 2022

2 commentaires
6 commentaires
4 commentaires
A la une
1 commentaire